•  

    Comédienne, humoriste, Maysoon Zayid cumule les handicaps : paralysie cérébrale, palestinienne aux Etats-Unis, musulmane… Mais elle a appris à être une battante dès le plus jeune âge grâce à ses parents qui l’ont toujours poussée à aller de l’avant. D’abord en lui apprenant à marcher alors que tous les médecins affirmaient que ce serait impossible, en la scolarisant dans le cursus normal, bref en lui faisant vivre la même vie que le reste de la famille. Et ça se voit. Elle est forte, déterminée mais aussi pleine d’humour et d’autodérision. Maysoon Zayid est devenue une véritable célébrité qui se bat pour défendre la cause des handicapés en magnant l’humour. Une vidéo à regarder pour un regain d’optimisme dans nos vies. La comédienne y raconte son parcours avec beaucoup d’humour en assénant quelques vérités au passage mais avec finesse et émotion.

    https://www.youtube.com/watch?v=buRLc2eWGPQ


    votre commentaire
  •  

    Cette vidéo nous amène à la réflexion. Un rideau,  de part et d’autre deux personnes sont appelées à répondre à la même question : « Qu’est-ce qui vous rend heureux ? » La différence entre ses deux personnes est leur état de santé. Si pour l’une d’elle tout va bien, l’autre est un malade du cancer ou un proche d’un malade. Et la vision du bonheur des uns est si éloignée de celle des autres.

    D’un côté, il y a les réponses terre à terre, les exams, le voyage, la richesse et de l’autre des réponses toutes différentes : marcher, la guérison, le vent sur le visage.  C’est lorsque les personnes se présentent, lorsqu’elles disent leur maladie ou le drame de leurs proches que l’émotion gagne l’autre groupe qui se rend compte de la futilité qu’il donne au mot bonheuLe bonheur c’est le quotidien, le plaisir d’un instant, le plaisir de vivre, d’être, de partager, d’aimer.

    « On n’apprécie pas notre vie, jusqu’à ce qu’on réalise qu’on peut la perdre à tout moment ».

    C’est une association espagnole pour les adolescents et jeunes adultes touchés par le cancer, qui a réalisé cette vidéo avec l’aide de la photographe Paola Calasanz. Le but est de faire comprendre la valeur de la vie, de faire prendre conscience du sens du bonheur qui est loin du matériel.

     

     

    https://www.youtube.com/watch?v=P0V-ERok0EQ

     

     


    5 commentaires
  •  

    Ce petit film indépendant espagnol nous parle d’approches éducatives différentes en Amérique Latine et en Espagne.

    Tout le monde s’accorde à dire que l’éducation est primordiale. Mais il semble que tous veulent s’aligner sur le même modèle que nous connaissons. Et toutes les écoles ont pour objectif d’accueillir un maximum d’élèves que ce soit pour des formations théoriques, ou professionnelles, dans les écoles publiques ou privées. Toutes ces écoles aspirent  à un même idéal mais néglige le développement personnel et collectif de ces élèves. L’école n’apprend pas à avoir une bonne qualité de vie. L’échec scolaire va en augmentant. Les élèves ne se sentent pas écoutés, pas entendus, pas compris. IL n’y a plus de dialogue avec les enseignants. L’école aujourd’hui c’est « ferme-la, fais ce qu’on te dit et laisse bosser les autres » si tu n’arrives pas à t’accrocher. En France chaque ministre de l’éducation nationale cherche à marquer son passage « de sa patte » et remets systématiquement en cause ce qu’a fait son prédécesseur. Les réformes succèdent aux réformes. Chacun ne parle que de développer les programmes. La chasse à l’élitisme devient un sport national ce qui met les bons élèves à l’index alors que le problème n’est plus là.  Mais aucun ministre ne remet le système éducatif en cause. Il y a bel et bien quelque chose de pourri dans l’école. Peut-être ces ministres et leurs secrétaires d’état, devraient-ils regarder ce documentaire ! Comme dit l’un des interlocuteurs du documentaire : « ce n’est pas l’élève qui échoue, c’est le système éducatif… ». Il est de plus évident que dans le monde moderne où tout est en bouleversement continuel, ce que l’élève apprend aujourd’hui, sera obsolète dans les 4 ans qui suivent. Dans un premier temps, les interlocuteurs nous font un constat du système éducatif qui nous est commun à tous et qui amène aux mêmes échecs partout.

    Puis dans un second temps, ils nous parlent des écoles alternatives, d’autres expériences éducatives sortant du modèle tradtionnel. L’éducation actuelle est coupée de la nature. Elle ne se sert pas assez du jeu comme méthode d’apprentissage. Chercher, explorer, trouver, expérimenter dans le jeu comme dans la nature, voilà une autre façon d’éduquer en créant une connexion entre les enfants et leur environnement. Par l’expérimentation, l’enfant apprend à corriger lui-même ses erreurs ce qui le fait progresser. C’est par les erreurs que l’on apprend. Dans ces écoles on progresse au rythme de l’enfant alors que dans notre système, c’est l’enfant qui doit progresser au rythme des programmes scolaires. Ce qui est un non-sens total, chaque enfant est différent, sa maturité, sa capacité d’analyse lui est propre. On voit  à l’échec scolaire, les limites de cette uniformisation. Et si l’hyperactivité, tellement à la mode et contre laquelle on donne des psychotropes aux enfants « diagnostiqués » était simplement la cause du non-respect de la diversité des enfants ? Pour certains d’entre eux, rester assis une journée à écouter ou écrire n'est tout simplement pas possible parce qu’ils ont besoin d’autres intérêts. Le développement personnel avec l’ouverture au monde, dans le respect et l’expression de ses émotions, l'accès à l’art, le contact avec la nature mais aussi avec la vie active est essentiel.

    Dans ces pratiques, pas de compétitivités, pas de concurrences

    Le documentaire nous ouvre la voix de nouvelles perspectives d’enseignement et elles sont nombreuses : la méthode Montessori, l'éducation à domicile, la pédagogie systémique, l'éducation populaire, l'éducation libre, la pédagogie logosophique, la méthode de projets Kilpatrick, l'école active, l'école démocratique, la pédagogie Waldorf et la méthodologie Reggio Emilia permettant aux enfants de développer leurs pleines capacités dans le respect de leur personnalité. Des enfants que l’on respecte et dont on respecte le développement naturel sont des enfants qui sauront se discipliner seuls, et qui apprendront à gérer leur propre conduite,

    Il est temps que notre école fasse son autocritique et se réapprenne

    https://www.youtube.com/watch?v=qmB3fexQul0


    2 commentaires
  •  

    Dix chapitres dans ce petit livre pour arriver à la paix intérieure, à la conscience mystique. Son auteur, le docteur Wayne W. Dyer, est un psychothérapeute internationalement connu ayant écrit de nombreux ouvrages sur le développement personnel.

    Sans titre 1

     

     

    1er secret: avoir un esprit ouvert à tout et attaché à rien.

    Un esprit ouvert est paisible, on rayonne d'amour, on sait pardonner, on est généreux, on respecte toute forme de vie, on se sait capable de faire tout ce qu'on peut concevoir dans notre esprit ou dans notre cœur.

    Vos attachements sont responsables de tous vos problèmes.Le besoin d'avoir raison, de posséder quelqu'un ou quelque chose, de gagner à tout prix, d'être perçu par les autres comme un être supérieur, tout cela c'est de l'attachement. Qui renonce à ses attachements, connait une paix intérieure.

    2e secret: ne pas mourir sans avoir joué sa propre musique intérieure

    Ne pas s'occuper de ce que les gens pensent à votre place. Faites ce que vous avez envie au plus profondément de vous, vos passions, vos amours. N'ayez pas peur des échecs, lancez-vous. L'échec n'est qu'un obstacle à votre épanouissement, une illusion, un jugement, une opinion. Prenez des risques, poursuivez vos rêves. Vivez tout ce que vous pouvez avec enthousiasme tant que vous le pouvez. N'ayez pas de regrets à la fin de votre vie.

    3e secret: vous ne pouvez pas donner ce que vous ne possédez pas

    Vous ne pouvez pas donner ce que vous ne possédez pas. Si l'amour et la joie sont ce que vous voulez donner et recevoir, rappelez-vous bien que vous ne pouvez pas donner ce que vous ne possédez pas. Mais vous pouvez changer ce qui est en vous.  Changez tout ce qui en vous peut être un obstacle au don.  Vous recevrez en retour ce que vous aurez distribué autour de vous. Et cette énergie reçue va se multiplier et vous donnerez plus encore.

    Travaillez à vous aimer vous-même.  Posez-vous la question : qu'est-ce que j'ai en moi et pourquoi ai-je envie de le partager avec les autres.

    Vous arrivez dans ce monde sans rien et vous repartirez tel quel. La seule chose qui vous appartient et que vous pouvez offrir, c'est votre vie. Alors donnez un sens à cette vie, trouvez votre but. Cessez de considérer votre vie d’un point de vue personnel. Votre but pourrait être de donner, mais possédez-vous vraiment ce que vous voudriez donner ?

    4e secret: adopter le silence

    Vous vivez dans un monde bruyant qui tient le silence à l'écart. Celui-ci terrifie. Si être seul est un cauchemar, être seul dans le silence est dans le monde d'aujourd'hui une torture.

    Il y a un silence momentanée dans l'espace de votre pensée. En prenant conscience de cet espace, vous pourriez avoir accès à la paix. "Nous avons besoin du silence pour toucher les âmes." Même la musique a besoin du silence pour s'exprimer.

    Le silence diminue la fatigue, l'anxiété ; il apporte la paix, la sérénité. Faites de la place au silence. Par la méditation quotidienne par exemple.

    Le silence vous fait prendre conscience de l'indivisibilité. Vous aurez beau le couper en deux, vous obtiendrez toujours du silence. Le silence est un. C'est une façon de prendre contact consciemment avec Dieu.

    5e secret: renoncer à son histoire personnelle

    S'accrocher au passé ne fait pas avancer. Le passé est derrière vous, laissez-le derrière. Votre passé ne reviendra plus. En maintenant vos liens avec votre passé, vous vous immobilisez et  vous vous empêchez aussi de guérir.

    Toutes les souffrances, toutes les larmes n'effaceront pas votre passé. Alors débarrassez-vous de votre passé en l'acceptant comme une réalité. Acceptez votre histoire personnelle. Vous avez vécu ce que vous avez subi pour en arriver à ce que vous êtes aujourd'hui. Toutes ces choses difficiles que vous avez vécues, ont été faites et vous ne pouvez les défaire. Vous n’êtes pas ce que vous avez fait, ce qu’on vous a fait. Il ne vous reste qu'une alternative : pleurer à jamais en vous imposant comme une victime à vie ou accepter l'immuabilité de ce qui a été. C'est comme ça, on ne peut pas le changer alors vivons dans le présent. Ne gaspillons pas notre moment présent en repartant en arrière, en dérivant.  Exercez-vous à vivre dans le moment présent et interdisez-vous de revenir en arrière. Restez dans le présent.

    6e secret: il est impossible de résoudre un problème avec le même esprit qui l'a créé

    Vos relations aux autres sont étroitement liées à la façon dont vous pensez à eux. Acceptez l'idée qu'un lien relie chaque individu. Acceptez l'idée que nous sommes tous de la même famille humaine et votre vision de l'autre changera et votre vie changera.

    La façon dont vous pensez aux personnes, influe sur la façon dont vous les voyez. Si vous ne pensez qu'aux mauvais côtés de cette personne, vous entretenez des pensées néfastes à son égard, une mauvaise opinion.  Mais si vous pensez à ses bons côtés, à ce que vous aimez en elle, votre vision va complètement changer à son sujet. Votre relation deviendra merveilleuse parce que vous avez pensé différemment à elle. Vous êtes votre propre instrument de paix. 

    "Le seul remède à l'amour est d'aimer davantage".Henry David Thoreau.

    7e secret: il n'y a pas de ressentiment justifié

    Chaque fois que vous êtes remplis de ressentiments, vous remettez le cours de votre vie aux autres pour qu'ils vous manipulent.

    Ne blâmez pas les autres pour vos ressentiments. N'attribuez pas la responsabilité de votre vécu aux autres. Acceptez la responsabilité de votre vécu. Oubliez le blâme. Donnez de l'amour plutôt que de la colère et du ressentiment. Vous trouverez toujours une raison d'être offensé si vous le voulez mais cela ne vous apportera que de la tourmente. Refuser de se sentir offensé, c’est avoir le contrôle de ce que nous allons ressentir et faire le choix d’être paisible en toute circonstance. Acceptez que les autres puissent avoir d'autres opinions que vous sans pour autant les juger avec ressentiment, sans vous persuader d'avoir toujours raison. Ne jugez plus mais soyez un observateur.

    Amour et pardon vous aiderons à travailler en faveur des choses.

    Le ressentiment est une énergie autodestructrice

    8e secret: traitez-vous comme la personne que vous aimeriez être

    Soyez fidèle à vous-même. Traitez-vous comme la personne que vous aimeriez être.  Devenez inspiré, dirigez vos pensées sur ce qui vous aimeriez devenir, dans votre pensée voyez les qualités nécessaires et agissez comme si ces qualités vous étaient propres. Dans vos relations avec les autres, agissez comme si la relation que vous souhaiteriez, était déjà là.  Si vous voulez de l'harmonie, entretenez une vision et une attente de l'harmonie.

    Si vous voulez une relation paisible, harmonieuse avec une personne. Imaginez-là ainsi et l'inspiration vous préparera mentalement à la voir ainsi dans la réalité. C'est ainsi que votre relation deviendra paisible, harmonieuse.

    Anticipez le meilleur pour que le meilleur vous appartienne.

    9e secret: chérissez le divin en vous

    Ne vous coupez pas de notre source. Votre source est le pouvoir de l'amour qui ne se tarira jamais, votre divinité en vous. Sinon  votre ego prendra le dessus. L'ego vous pousse à croire qu'il y a des ennemis partout, qu'il faut vous méfier de tout le monde, il vous fait croire qu'il vous manque toujours quelque chose, que vous êtes la somme de ce que vous possédez, de ce que vous faites, de qui vous êtes. 

    Chaque fois que vous ressentez des sentiments négatifs, néfastes, vous laissez parler votre ego.   

    Vous êtes divinité créatrice de votre vie et du monde dans lequel vous vivez.

    10e secret: la sagesse consiste à éviter toute pensée affaiblissante

    la sagesse consiste à éviter toute pensée affaiblissante, tout apitoiement. Les comportements passés ne doivent plus nous faire culpabiliser ou nous humilier, ils sont des leçons de vie.

    La peur et la colère produisent un climat intérieur de tension puis de faiblesse, vous éloigne de l'amour et finissent par vous entraîner sur le chemin destructeur de la haine.

    Pardonnez-vous. Renoncez à la culpabilité. Laissez entrer en vous les pensées dynamisantes d'amour et de respect de soi. Les pensées heureuses amènent des molécules heureuses. Votre santé est déterminée par vos pensées. L’esprit est un moteur puissant pour maintenir la bonne santé. Vous avez le choix des pensées que vous permettez de pénétrer votre esprit. Les pensées dynamisantes que vous pouvez avoir sont des pensées de paix, de joie, d'amour, d'acceptation et de bonne volonté.

     

    Le livre audio en version complète pour ceux qui le souhaitent

    https://www.youtube.com/watch?v=JRYGG0DTI-k

    Pin It

    2 commentaires
  • gm_28474401
    Graciela Iturbide
     

    Le racisme est une idéologie unanimement condamnée et pourtant mondialement pratiquée, qui veut qu’il y ait plusieurs races humaines et que certaines seraient supérieures à d’autres. Au cours de l’Histoire du monde, ce sentiment est basé sur plusieurs théories qui aboutissent toutes à la même conclusion : le rejet puis la domination de l’autre.

    Au cours du XVIIIème – XIXème siècle, les théories raciales étaient issues de recherches d’anthropologues qui croyaient à une hiérarchisation au sein de l’espèce avec pour explication la possibilité qu’il y a eu plusieurs Adam et Eve simultanément donnant lieu à des groupes humanoïdes parallèles mais différents. C’est le siècle des mesures anthropologiques, une grande mode, telles que la couleur de la peau, la taille du crâne, l’angle facial… Et tout cela était enseigné jusqu’à très récemment dans  les écoles. Une théorie affirmait que le noir était le chaînon manquant entre le blanc et le singe. Sur ce postulat, il y a encore 100 ans à peine, on exhibait des personnes noires, des amérindiens comme des animaux de cirque en mettant même un écriteau proclamant qu’il ne fallait pas leur donner à manger. C’est le racisme biologique.

    Mais le racisme est aussi la conséquence d’une domination économique, religieuse et morale. Toutes les puissances européennes ont capté les ressources des pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique en prétendant que c’est le progrès et que les autochtones n’avaient pas la capacité de gérer les richesses de leur pays. Les japonais ont eu la même démarche. C’est le racisme colonial qui a ouvert la porte à l’esclavage. Dans le dictionnaire, noir était synonyme avec esclave. Le mythe de la modernité est né.

    Toutes les recherches paléontologiques depuis plus de 2 siècles le prouvent : homme africain ou homme européen nous avons tous la même origine. Biologiquement nous savons que le génome n’a pas de couleur.

    Nous avons atteint le summum de l’horreur avec la prétendue supériorité raciale aryenne. Avec eux, les races inférieures ne se contentaient plus d’être « prétendues différentes » racialement, en plus des juifs, noirs, tsiganes, il y avait les homosexuels, les handicapés, les malades, les faibles…

    Aujourd’hui le racisme prend un nouveau visage. Basé sur l’identité culturelle, il amène à un rejet de l’autre, à la peur du mélange, à des amalgames, des préjugés. Il est aussi le résultat d’une histoire compliquée non réglée comme la guerre d’Algérie ou l’apparteid par exemple, des humiliations subies et non reconnues avec une stigmatisation de certaines communautés. C’est le racisme sociologique.

    Le racisme n’est pas une fatalité. En apprenant à comprendre ses origines, nous ferons tomber les fausses croyances. Il ne faut pas faire fi du passé, au contraire, il faut le décortiquer, le regarder en face, pointer les erreurs au cours des siècles en expliquant pourquoi ces idées sont fausses. Il faut apprendre à affronter ses peurs, à les regarder et à les comprendre. Il n’y a pas de hiérarchisation de l’être humain. Sortir du racisme est une question d’intelligence. Les enfants ne naissent pas racistes, s’ils le deviennent, c’est plus tard sous l’influence de ce qu’ils entendent. Cela devrait nous faire réfléchir.

    https://www.youtube.com/watch?v=MlueZ1-wgMA

     

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique