• Les 3 portes de la sagesse

     

    Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.

    « Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie », demanda le Prince.

    « Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. ».

    Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire :

     « CHANGE LE MONDE ».

     « C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas. » Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du cœur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent. Bien des années passèrent.

    Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

     « J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas ».

     « C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise. » Et il disparut.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire

    « CHANGE LES AUTRES ».

    « C'était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration. » Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat.

    Bien des années passèrent. Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

    « J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racine toutes ces choses. »

    « Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir. » Et le Vieil Homme disparut.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots :

     « CHANGE-TOI TOI-MEME ».

    « Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire, » se dit-il. Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.

    Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

     « J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser. »

    « C'est bien, » dit le Sage.

     « Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise. »

     « C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d'aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru. » Et il disparut.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s'aperçut qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait :

    « ACCEPTE-TOI TOI-MEME. »

    Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi la porte la première fois, dans l'autre sens. « Quand on combat on devient aveugle », se dit-il. Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer.

    Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

     « J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement, inconditionnellement. »

    « C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte. »

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut :

    « ACCEPTE LES AUTRES ».

    Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie, celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.

    Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. « Qu'as-tu appris sur le chemin ? » demanda ce dernier.

    « J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux. J'ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement. »

    « C'est bien, dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte. »

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut :

    « ACCEPTE LE MONDE ».

    « Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois ». Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard

     

    Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda.

    « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

    « J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là, il existe, c'est tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement. »

     « C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde. »

    Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l'habita.

     « Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la PLENITUDE DU SILENCE ».

    Et le Vieil Homme disparut.

     

                                                   Texte de Charles Brulhart http://www.metafora.ch/

     

    Les 3 portes de la sagesse

    Pin It

    2 commentaires
  • La parabole de l’éléphant – Frédéric Lenoir

     

    Un jour, un roi réunit des aveugles de naissance et leur dit : "Connaissez-vous les éléphants ?"

    Ils répondent : "Ô grand roi, nous ne les connaissons pas, nous ne savons pas de quoi il s'agit."

    Le roi leur dit encore : "Désirez-vous connaître leur forme ?"

    Les aveugles répondent encore en chœur : "Nous désirons la connaître."

    Aussitôt, le roi ordonne à ses serviteurs d'amener un éléphant et demande aux aveugles de toucher l'animal.

    Parmi ceux-ci, certains, en tâtant l'éléphant, touchent la trompe et le roi leur dit : "Ceci est l'éléphant."

    Les autres saisissent soit une oreille, soit les défenses, soit la tête, soit le flanc, soit la cuisse, soit la queue.

    A tous, le roi dit : "Ceci est l'éléphant."

    Puis le roi demande aux aveugles : "De quelle nature est l'éléphant ?"

    L'aveugle qui a touché la trompe dit : "l'éléphant est semblable à une grosse liane."

    Celui qui a touché l'oreille dit : "L'éléphant est semblable à une feuille de bananier."

    Celui qui a touché une défense dit : " L'éléphant est semblable à un pilon".

    Celui qui a touché la tête dit : "L'éléphant est semblable à un chaudron."

    Celui qui a touché le flanc dit : "L'éléphant est semblable à un mur."

    Celui qui touché la cuisse dit : "L'éléphant est semblable à un arbre".

    Celui qui a touché la queue dit : "L'éléphant est semblable à une corde."

    Ils s'accusent tous mutuellement d'avoir tort et leur discussion s'envenime. Le roi ne peut s'empêcher de rire, puis il prononce cette parole : "Le corps de l'éléphant est unique, ce sont les perceptions divergentes de chacune de ses parties qui ont produit ces erreurs."

    Il en va de même pour les tenants des différentes doctrines religieuses, conclut le soufi. Chacun parle de Dieu, du divin ou de l'Absolu selon la perception limitée qu'il en a. Et aucune religion ne peut prétendre posséder la totalité de la Vérité. Celle-ci s'est comme éclatée en morceaux en se manifestant dans le monde.

    Frédéric Lenoir (extrait de l’âme du monde)

    Pin It

    4 commentaires
  • La ferme aux animaux

     

    Une adaptation animée du livre de Georges Orwell, écrit en 1945 qui est une critique politique qui démonte les idéologies.

    Un vent de rébellion souffle sur la ferme de Mr Jones. Assez des maltraitances, des humiliations, les animaux décident de reprendre leur liberté stigmatisés par le discours d’un vieux porc allant sur la fin de sa vie. La révolte est en cours, fini la servitude et vive l’égalité entre tous les animaux. Mais l’égalité est un beau rêve pas toujours facile à appliquer. Et si les oppressés finissent pas devenir eux-mêmes des oppresseurs ?

     

    https://www.youtube.com/watch?v=3Nvy4FIH__0

     

    Pour ceux qui voudraient lire ce roman, voici le lien d’un e-book gratuit

    https://beq.ebooksgratuits.com/classiques-xpdf/Orwell_La_ferme_des_animaux.pdf

    Pin It

    5 commentaires
  • Histoire du lion et de ses compagnons avec l’homme

     

    Un lion habitait une forêt et il s’y sentait bien seul. Un matin, il décida d’explorer les montagnes pelées, de l’autre côté de la forêt, à la recherche d’un ami. Arrivé au sommet des montagnes, il inspecta l’horizon et vit s’élever dans la grande plaine grise un nuage de poussière. A l’intérieur du nuage, un drôle d’animal aux grandes oreilles galopait et ruait dans tous les sens. C’était un âne. Mais le lion n’avait jamais vu d’âne, c’est pourquoi il demanda :

    - Qui es-tu ?

    Et il ajouta – car ce point aussi le tracassait :

    - Pourquoi courais-tu si vite ?

    - Je suis l’âne, répondit le drôle d’animal en secouant ses grandes oreilles. Et si je galopais ainsi, c’était pour échapper à l’homme.

    - L’homme ? Qui est-ce ? Et pourquoi voulais-tu lui échapper ?

    - Chaque matin que le soleil fait, sans même que j’aie le temps de m’ébrouer, vloum ! un bât sur le dos. Ensuite, vloum ! deux grands sacs qui m’écorchent les flancs. Et voilà l’homme qui grimpe là-dessus ! Moi, je suffoque, je n’arrive même pas à lever une patte, et tu crois qu’il s’en soucie ? Ah oui ! Il me pique de son bâton pointu et m’oblige à l’emmener où il lui plaît.

    Le lion n’aurait jamais pensé qu’il existait un animal aussi méchant.

    - C’est vraiment affreux ! s’exclama-t-il. Reste donc avec moi, je te protégerai. Justement, je cherchais des amis.

    Et ils partirent ensemble, très contents l’un de l’autre.

    Ils marchaient au hasard dans la grande plaine grise lorsqu’ils virent monter du bout de l’horizon un tourbillon de poussière. Un dromadaire arrivait vers eux de toute la vitesse de ses grosses pattes. Ce fut l’âne qui le reconnut, car le lion n’en avait jamais vu. Il contempla avec un peu d’étonnement la  bizarre bosse qui surmontait le dos de l’animal.

    - Salut, dromadaire ! dit l’âne. Où vas-tu si vite ?

    - Ouf ! souffla le dromadaire. Je crois que je lu ai enfin échappé.

    - A qui ? demanda le lion.

    - A l’homme, ce maudit !

    - Encore lui ! Il est donc bien redoutable si même toi tu le crains. Tu parais pourtant de taille à te défendre.

    - Redoutable ? C’est pire que cela ! Chaque jour, à l’heure où le soleil dort encore, il me fixe entre les mâchoires un morceau de fer qui me scie les lèvres et les joues. Ensuite il y tend une bride, et à la bride il attache une charrue, lourde comme vingt de mes bosses ! Et je dois tirer pendant qu’il appuie de toutes ses forces sur la charrue et l’enfonce dans le sol. Ce n’est qu’hier que j’ai pu m’enfuir.

    - Et bien, reste avec nous, proposa le lion. Nous parcourons le monde à la recherche d’amis et je vous protégerai.

    Ils traversèrent la grande plaine grise et rencontrèrent le cheval. Puis le mulet. Ces deux-là avaient aussi beaucoup à se plaindre de l’homme et ils ne s’en privèrent pas…

    Un jour que l’âne était parti se promener tout seul, ses compagnons le virent revenir si affolé qu’il s’emmêla les pattes et s’étala par terre.

    - Je l’ai vu ! hurlait-il. Il nous cherche sûrement.

    Personne n’eut besoin de demander qui l’âne avait vu.

    - Aide-nous, lion ! criait l’âne. Tu as promis de nous protéger.

    - Oui, oui, tu as promis ! reprirent les autres en chœur. Et tu es fort, toi, tu ne crains personne !

    Le lion ne se sentait pas fort du tout. Il aurait bien aimé pouvoir refuser mais ses amis avaient une si grande confiance en lui. Il fut donc obligé de partir à la recherche de l’homme. Il s’éloigna, avançant avec prudence, surveillant les alentours d’un œil méfiant, regardant autour de lui, mais il oublia de regarder devant lui et tomba dans un trou profond. Un peu étourdi, penaud, il se demanda comment il allait sortir de là. Dans l’espoir que ses amis l’entendent, il se mit à siffloter, grogna de plus en plus fort, et enfin lança un énorme rugissement. Une tête ronde apparut dans l’ouverture du trou :

    - Eh bien, mon pauvre, que t’arrive-t-il ?

    - Tu le vois, je suis  tombé ! Peux-tu m’aider à sortir ?

    La tête ronde lui jeta une longue corde. Le lion eu du mal à remonter le long des parois, ses griffes glissaient sur la corde, mais la tête ronde tenait ferme et le lion se retrouva au bord du trou. Il commença par s’en éloigner – on ne sait jamais –  et examina celui qui venait de le tirer de ce mauvais pas.

    - On dit qu’il ne faut pas juger les gens sur leur apparence, et on a raison. Tu sembles fragile, pourtant tu m’as sauvé d’un grand danger.

    - Cela n’et rien, répondit la tête ronde. Il faut bien s’entraider. D’ailleurs, tu pourras peut-être m’être utile un jour.

    Il s’apprêtait à partir mais le lion le retint.

    - Attends ! Fais autre chose pour moi. Je cherche l’homme. Saurais-tu par hasard où il se trouve ?

    - Rien de plus facile. Il est en face de toi. Je suis l’homme.

    Le lion en fut muet d’étonnement et se sentit de nouveau très fort.

    - Toi, l’homme ! Eh bien, mon pauvre ami, tu n’as pas de chance. Je dois te punir et c’est pour cela que je te cherchais.

    - Me punir ? De quoi s’il te plaît ?  Je ne te connais pas, je ne t’ai fait aucun mal.

    - C’est vrai, ce sont mes amis que tu as maltraités. L’âne, le dromadaire, le cheval et le mulet m’ont chargé de les venger et je le leur ai promis.

    - Tu oublies quelque chose : je viens de e sauver d’un grand danger. Tu voudrais me punir après cela ? Peut-on rendre le mal pour le bien ?

    Interloqué, le lion hésita.

    - Sais-tu ? reprit l’homme. Nous allons partir tous les deux et nous soumettrons le cas à la première personne que nous rencontrerons. Elle jugera entre nous.

    - Bien raisonné, approuva le lion.

    Et ils se mirent en route pour chercher  la réponse à cette question : Peut-on rendre le mal pour le bien ?

    La première personne qu’ils rencontrèrent fut un chien sloughi. Il était très vieux, très maigre, n’avait plus de dents et leur parut très sage. Le lion et l’homme s’expliquèrent, puis interrogèrent leur juge :

    - Qu’en penses-tu ? Peut-on rendre le mal pour le bien ?

    Le sloughi répondit :

    - Quand j’étais jeune, j’étais au service de l’homme et je chassais pour lui le chacal. Alors, il me nourrissait de couscous ; il enlevait de sa bouche les meilleurs morceaux de viande pour me les donner. Et j’ai vieilli. Mon souffle s’est raccourci, mes pattes se sont alourdies. Quand le chacal a commencé à se jouer de moi, l’homme m’a dit : « À quoi sers-tu désormais ? Tu ne mérites mêle pas une croûte de pain. Va-t’en ! » Et il m’a chassé, moi qui l’avais fidèlement servi. Voilà pourquoi je vous dis, à vous qui me l’avez demandé : Oui, l’homme rend le mal pour le bien, l’homme n’est qu’un traître ! Je donne raison au lion.

    Le lion se retourna vers l’homme mais celui-ci leva un doigt en souriant et, s’adressant au sloughi :

    - Oublierais-tu que tu ne peux être juge et partie ? Tu as à te plaindre de l’homme, et la colère t’aveugle. La justice ne peut pas être aveugle. Je refuse ton jugement et demande un autre juge.

    Le lion dut reconnaître que l’homme avait raison et que le sloughi ne pouvait être impartial. Ils le laissèrent à sa tristesse et s’en furent chercher ailleurs la réponse à cette question : peut-on rendre le mal pour le bien ?

    La deuxième personne qu’ils rencontrèrent fut une vieille vache. Elle broutait une herbe rare en se traînant sur ses pattes fatiguées. Ils s’expliquèrent, attendirent sa réponse. Après avoir ruminé quelques brins d’herbe, elle dit :

    - Quand j’étais jeune, j’étais au service de l’homme et je lui donnais des veaux et du lait. Alors, il me conduisait à de gras pâturages ; il m’apportait chaque soir de l’herbe qui me servait de litière. Et j’ai vieilli. Mon lait s’est tari, mon ventre s’est flétri. L’homme m’a dit : « A quoi sers-tu désormais ? Tu ne mérites même pas une croûte de pain.  Va-t’en ! » Et il m’a chassé, moi qui l’avais fidèlement servi. O vous qui me l’avez demandée, voici ma réponse : Oui, l’homme rend le mal pour le bien, l’homme n’est qu’un traître ! Je donne raison au lion.

    L’homme refusa aussi ce deuxième jugement. Le lion accepta de tenter une autre expérience, mais il avertit l’homme ;

    - Di le troisième est encore du même avis, je considérerai que c’est moi qui ai raison et je m’acquitterai de ma vengeance. J’ai bien peur qu’on ne puisse trouver sur terre personne qui n’ait à se plaindre de toi …

    Ils marchèrent donc et finirent par rencontrer un hérisson qui chauffait ses piquants au soleil. Ils s’assirent, lui expliquèrent ce qu’ils attendaient de lui. Le hérisson s’étira paresseusement, bâilla largement et déclara enfin :

    - Hmmm… J’ai dû rester trop longtemps au soleil. J’ai la tête lourde et ne comprends pas très bien. Pouvez-vous recommencer ?

    On recommença. Le hérisson s’écria :

    - Non ! C’est trop difficile ainsi. Et ma tâche est terriblement délicate. Nous allons tout reprendre depuis le début. Conduisez-moi à l’endroit où vous vous êtes rencontrés.

    Ce qu’ils firent.

    - Voilà le trou dans lequel je suis tombé, dit le lion. C’est de là que l’homme m’a sorti.

    - Mais… comment a-t-il pu te sortir de là ? s’étonna le hérisson.

    L’homme s’approcha et prit la corde.

    - Je lui ai jeté cette corde-ci.

    Et il la jeta au fond en la tenant ferme par l’autre bout.

    - Et moi, reprit le lion, je m’y suis accroché et je suis remonté. Comprends-tu maintenant ?

    - Je comprends mieux, dit le hérisson. Mais ce que je ne comprends pas, c’est comment tu as pu tomber dans ce trou.

    - C’est simple, expliqua le lion, agacé. Je marchais en regardant autour de moi et…

    - Comment cela, en regardant autour de toi ?

    - Eh bien, en regardant autour de moi !

    - Montre-le-moi, alors !

    Le lion se mis à marcher en regardant autour de lui et… il tomba dans le trou !  Un peu étourdi, il se secoua, puis s’apprêta à saisir la corde en disant au hérisson :

    - J’espère que tu as compris à présent, tête dure !

    - J’ai parfaitement compris ! répondit le hérisson.

    - Et moi aussi ! dit l’homme, qui jeta la corde au fond du trou en riant.

    Le lion aussi avait compris, mais trop tard !

    L’homme et le hérisson s’en allèrent sans lui accorder un regard ni écouter une plainte. Ils marchèrent un moment en silence, puis l’homme se tourna vers le hérisson.

    - Sais-tu petit hérisson, que j’ai eu beaucoup de chance de te trouver ? Tu m’as sauvé la vie. Et sais-tu autre chose ? Tu vas pouvoir sauver celle de mon fils.

    L’homme raconta que le médecin avait prescrit comme remède à la maladie qui consumait son fils un bouillon de hérisson. Cela faisait des jours qu’il en cherchait un.

    - Oui, oui, dit le hérisson en se grattant le bout du nez. Ton médecin est un grand médecin. Mais tu comprendras que je t’indique quelqu’un d’autre que moi pour faire ton bouillon ! Je connais un trou où nichent des bébés hérissons. Ils sont tendres, ils feront un meilleur remède pour ton fils.

    Le hérisson conduisit donc l’homme vers un trou, non loin de là.

    - C’est ici. Tâte-les et choisis le plus gras.

    - Me prendrais-tu pour un imbécile ? entre d’abord, et fais-les sortir.

    - Comme tu voudras.

    Or au fond de ce trou vivait un serpent. Le hérisson se mit en boule, piqua durement le serpent et le poussa hors du trou en criant à l’homme :

    - En voilà un beau ! Attrape-le !

    Comme les serpents n’aiment pas beaucoup qu’on les dérange au fond de leur trou, l’homme fut mordu. Il se releva en criant et prit ses jambes à son cou. Peut-être même court-il encore.

    Le hérisson se déroula et repartit tranquillement vers son trou à lui. Il en avait vu d’autres !

    Quant au lion, on raconte que ses compagnons l’ont retrouvé et qu’ils ont repris leurs voyages. Mais il y a un nom qu’il ne faut surtout jamais prononcer devant eux …

    Extrait de « Avec la rivière mon conte s’en est allé » de Jocelyne LAABI –.

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Deux frères avaient connu des fortunes très différentes. L’un possédait argent, maison et boutique, l’autre bataillait chaque jour pour un quignon de pain. Le riche était insouciant et égoïste. Jamais il ne s’enquérait de son frère. Le pauvre était si orgueilleux que pour rien au monde il ne lui aurait demandé son aide. Mais sa vie était si difficile, il se tourmentait tant pur sa malheureuse famille, qu’il fut atteint par une étrange maladie de langueur.

    Le vieux médecin qu’il consulta comprit vite les raisons de cette maladie. Le remède était entre les mains du riche. Il le fit venir, lui apprit l’état de son frère. Lui seul, expliqua-t-il, pouvait lui apporter la guérison : il devait lui procurer une plume du plus mauvais oiseau, une feuille de la plus mauvaise plante et une branche du plus mauvais arbre.

    Le riche partit donc en quête des étranges remèdes à cette étrange maladie. Mais d’abord il fallait réfléchir. Le plus mauvais oiseau ? Certainement pas le rossignol, qui chantait si bien. Alors l’aigle et ses serres redoutables ?  Ou bien le vautour ? Après mûre réflexion, il décida que le plus mauvais des oiseaux ne pouvait être que le hibou, avec ses gros yeux ronds et ses habitudes nocturnes. Il alla le trouver et lui exposa sa requête : une simple plume pour guérir son frère.

    - Moi, Mauvais ? répondit dédaigneusement le hibou. Pas du tout ! Je vis la nuit, et alors ? C’est parce que je suis myope ! Je suis utile, moi. Je vous débarrasse, toi et tes semblables, des rats et des souris qui envahissent vos maisons. Et toi, es-tu utile ? Qui aides-tu ?

    Le riche battit en retraite et partit à la recherche de la plus mauvaise plante. Il n’hésita pas longtemps : c’était forcément le cactus, le traître inaccessible qui se barricade derrière ses épines.

    - Moi mauvais ? s’exclama le cactus. Et depuis quand ? Où l’assoiffé égaré dans le désert peut-il espérer trouver de l’eau sinon dans mes tiges ? Je suis utile, moi. Et toi, es-tu utile à quelqu’un ? Tu ne sers à rien, ni à personne !

    Le riche désespérait de pouvoir guérir son frère. Pour se reposer un peu, il s’arrêta sous un chêne plusieurs fois centenaire, si haut qu’il touchait presque le ciel.

    - Hélas ! se plaignit-il. Je n’ai trouvé ni le plus mauvais oiseau ni la plus mauvaise plante. Alors, comment trouverais-je le plus mauvais arbre pour lui demander une de ses branches ?

    Le chêne pencha vers lui sa ramure.

    - Sers-toi, lui dit-il. J’ai aussi peu de cœur que toi. J’ai placé mes glands si haut que personne ne peut les atteindre, et ainsi ils ne servent à personne.

    Alors seulement le riche comprit la leçon.

    Extrait de « Avec la rivière mon conte s’en est allé » de Jocelyne LAABI –.

     

    Le Riche et le pauvre de Jocelyne Laabi

    Pin It

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique