•  

    Auprès de Grand-arbre

     

     

          Grand-arbre était si grand… Je me demandais si un jour je serais aussi grand que lui…

     

          Les nuits de pleine lune, Grand-arbre scintillait sous le ciel noir. Par la fenêtre, je regardais ses branches se balancer avec grâce. Son ombre dansante sur les murs de ma chambre m’aidait à m’endormir. Je lui disais :

     

          ― Bonne nuit, Grand-arbre !

     

          Et il s’ébrouait comme un ours hors de l’eau pour me répondre.

     

          Les matins de printemps, quand il faisait beau, je m’allongeais sur l’herbe à son pied. Les rayons du soleil se frayaient un chemin à travers le feuillage, et ils dessinaient sur mon ventre une dentelle de lumière. Un couple d’écureuils venait souvent s’amuser dans Grand-arbre. Ils passaient leur temps à se courir après le long de ses branches interminables. Lorsqu’ils détalaient à toute vitesse sur l’herbe, même le chat de la voisine ne parvenait à les rattraper.

     

          ― Bien fait pour toi ! lui criais-je. Tu n’as qu’à les laisser jouer !

     

          Grand-arbre donnait en été des fruits sauvages. L’automne venu, ils éclataient en tombant lourdement sur l’herbe : « Plonc ! » Alors ses feuilles se mettaient à roussir si fort qu’on aurait dit que le feu était passé par là. Durant cette saison, les écureuils s’en donnaient à cœur joie car ils devenaient parfaitement invisibles. Et Grand-arbre riait car les écureuils lui chatouillaient le ventre et les bras.

     

          L’hiver, Grand-arbre se dressait, nu, jetant ses mille branches dans les nuages gris, comme s’il portait le ciel. Certains jours, une tourterelle venait s’y poser.

     

          ― Bonjour, Tourterelle ! lui disais-je. Comme tu es belle !

     

          Alors elle rougissait. Du moins ça me plaisait de le croire… Quand le chat la laissait tranquille, elle plantait son bec dans un fruit encore accroché à une branche pour en picorer les pépins.

     

          Un soir d’hiver, en rentrant de l’école, je découvris que Grand-arbre avait disparu. On avait arraché mon meilleur ami ! Depuis ma fenêtre, je ne voyais plus que des tours, des usines, des routes, des ponts. À la place de Grand-arbre, il ne restait qu’un rond de terre noire dans la pelouse verte. Une horrible cicatrice !

     

          Moi, je pensais que Grand-arbre m’appartenait parce qu’il vivait sous ma fenêtre.

     

          ― Tu te trompes, m’a-t-on expliqué. Grand-arbre, comme beaucoup d’autres arbres, appartient à la ville. Là-bas, il y a des hommes et des femmes qui décident de leur sort.

     

          Alors, le mien devait disparaître ? Je ne comprenais pas pourquoi.

     

          Mon amie la tourterelle vint me voir par un froid matin.

     

          La pauvrette tournoyait au-dessus du rond de terre noire en battant des ailes. Son perchoir préféré s’était envolé et elle me lançait des regards étonnés… Elle finit par se poser sur l’herbe et s’intéressa à un vieux fruit qui pourrissait là – Grand-arbre lui avait laissé un souvenir. Ce n’était plus qu’une peau brune renfermant quelques pépins. Elle planta son bec et s’apprêtait à les picorer quand le chat de la voisine l’effraya et elle disparut dans le ciel blanc…

     

          ― Vilain, le chat ! Pourquoi fais-tu peur à tout le monde ?

     

          Le chat joua un moment avec cette petite boule toute ridée. Il la poussa de la patte, comme s’il s’agissait d’un ballon, et le fruit roula jusqu’au rond de terre noire. Il s’amusa à le recouvrir en grattant la terre, puis, lassé de son jeu, s’éloigna de sa démarche imperturbable, sans même se retourner.

     

          Un peu plus tard, ce même jour, le couple d’écureuils vint lui aussi.

     

          ― Bonjour les amis ! leur lançai-je alors qu’ils tournaient sur eux-mêmes comme des toupies à la recherche de leur arbre de jeu.

     

          Comment pouvais-je leur expliquer ce que je ne comprenais pas moi-même ? Ils semblaient si tristes. On aurait dit qu’ils attendaient le retour de Grand-arbre.

     

          Le temps était devenu menaçant et le chat avait dû rentrer chez lui. Un violent orage éclata durant la nuit. Le tonnerre grondait sans relâche, des éclairs zébraient le ciel et la pluie ne voulait cesser.

     

          Hélas, Grand-arbre n’était plus là pour me protéger. Je grelottais de frayeur au fond de mon lit…

     

          L’hiver se termina sans que je revoie la tourterelle et les écureuils. D’ailleurs, je ne voulais plus regarder au-dehors. Je n’ouvrais plus mes rideaux…

     

          Et puis le printemps pointa le bout de son nez. Mais sans Grand-arbre, ma joie n’était pas complète.

     

          Un matin, mon amie la tourterelle me réveilla en tapant au carreau.

     

          Je me précipitai à ma fenêtre, écartait les rideaux et… « Oh ! » Je n’en croyais pas mes yeux.

     

          ― Vite ! Descendons !

     

          Au centre de la pelouse, dans le rond de terre, un arbre poussait. Un vrai petit arbre qui ressemblait déjà à Grand-arbre.

     

          Alertés par la tourterelle qui virevoltait de bonheur, le couple d’écureuils vint aux nouvelles et nous dansâmes autour de Petit-arbre. Intrigué par cette sarabande, le chat de la voisine entra à son tour dans la ronde. C’était aussi un peu grâce à lui que Petit-arbre avait pu naître. La pluie de l’orage avait fait germer un pépin, mais c’est le chat qui avait enterré le fruit…

     

          Bien sûr, Petit-arbre était beaucoup plus petit que moi, mais il allait grandir, et c’était à moi de veiller sur lui.

     

          ― Je viendrai t’arroser chaque matin, lui promis-je.

     

          Petit-arbre était si petit… Je me demandais si un jour il serait aussi grand que moi.

     

    Michel Deydier

     

    Auprès de Grand-arbre

     

    Paris, Gautier-Languereau, 2006

    Source :   https://contesarever.wordpress.com/2012/02/20/aupres-de-grand-arbre/  

    Pin It

    4 commentaires
  • Ombres et Lumières

     

    Il faisait déjà sombre lorsque Ning, Chang et Kong partirent trouver Shen, leur vieux Maître, dans la montagne. Ils avaient décidé d’aller le consulter, car ils se faisaient sans cesse entre eux des reproches qui ternissaient leur amitié.

    Dans l’agitation du départ, ils partirent sans lanterne et gravirent péniblement le chemin escarpé et dangereux qui menait chez le Maître. Ils arrivèrent exténués, les mains et les genoux écorchés. Le vieux Shen les fit entrer.

    – Que voulez-vous ?

    – Nous sommes venus te trouver, dit Chang, car nous éprouvons les uns envers les autres des sentiments négatifs qui nous empêchent de vivre en harmonie. Nous avons besoin de tes lumières.

    – Je vous écoute répondit Shen.

    – Ning m’énerve, dit Chang. Je le trouve hésitant, passif et soumis.

    – C’est possible, dit Shen, mais as-tu pensé que s’il est ainsi, il est peut-être aussi réfléchi, réceptif et calme ?

     – Chang m’agace, dit Kong. Je le trouve autoritaire, agressif et intolérant.

    – Cela se peut, dit Shen, mais il est probablement aussi entreprenant, combatif et franc.

     – Kong m’irrite, dit Ning. Je le trouve fourbe, manipulateur et hypocrite.

    – Alors, dit Shan, il est vraisemblablement aussi habile, convaincant et diplomate.

    – Pas d’ombre sans lumière, ni l’inverse, ajouta en souriant le vieux Maître. Avant de repartir, prenez ma lanterne. C’est plus prudent avec cette obscurité.

    Kong, Chang et Ning prirent le sentier du retour sans trébucher ni tomber. Chemin faisant, ils s’amusaient du jeu des ombres et des lumières projetées par la lanterne de Shen.

    Charles Brulhart Janvier 2007  www.metafora.ch

    Pin It

    votre commentaire
  • Les 3 portes de la sagesse

     

    Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.

    « Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie », demanda le Prince.

    « Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. ».

    Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire :

     « CHANGE LE MONDE ».

     « C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas. » Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du cœur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent. Bien des années passèrent.

    Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

     « J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas ».

     « C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise. » Et il disparut.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire

    « CHANGE LES AUTRES ».

    « C'était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d'amertume et de frustration. » Et il s'insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat.

    Bien des années passèrent. Un jour, alors qu'il méditait sur l'utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

    « J'ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n'en sont que le révélateur ou l'occasion. C'est en moi que prennent racine toutes ces choses. »

    « Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu'ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t'enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir. » Et le Vieil Homme disparut.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots :

     « CHANGE-TOI TOI-MEME ».

    « Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c'est bien ce qui me reste à faire, » se dit-il. Et il entama son 3ème combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.

    Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

     « J'ai appris, répondit le Prince, qu'il y a en nous des choses qu'on peut améliorer, d'autres qui nous résistent et qu'on n'arrive pas à briser. »

    « C'est bien, » dit le Sage.

     « Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J'ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise. »

     « C'est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d'aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru. » Et il disparut.

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la 3ème porte et s'aperçut qu'elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait :

    « ACCEPTE-TOI TOI-MEME. »

    Le Prince s'étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu'il avait franchi la porte la première fois, dans l'autre sens. « Quand on combat on devient aveugle », se dit-il. Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu'il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s'aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer.

    Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

     « J'ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c'est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J'ai appris à m'accepter moi-même, totalement, inconditionnellement. »

    « C'est bien, dit le Vieil Homme, c'est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la 3ème porte. »

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    A peine arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut :

    « ACCEPTE LES AUTRES ».

    Tout autour de lui il reconnut les personnes qu'il avait côtoyées dans sa vie, celles qu'il avait aimées comme celles qu'il avait détestées. Celles qu'il avait soutenues et celles qu'il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l'avait tellement gêné et contre quoi il s'était battu.

    Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. « Qu'as-tu appris sur le chemin ? » demanda ce dernier.

    « J'ai appris, répondit le Prince, qu'en étant en accord avec moi-même, je n'avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d'eux. J'ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement. »

    « C'est bien, dit le Vieux Sage. C'est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte. »

     

    Les 3 portes de la sagesse

     

    Arrivé de l'autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut :

    « ACCEPTE LE MONDE ».

    « Curieux, se dit-il, que je n'aie pas vu cette inscription la première fois ». Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu'il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l'éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C'était pourtant le même monde qu'autrefois. Etait-ce le monde qui avait changé ou son regard

     

    Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda.

    « Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

    « J'ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n'est ni triste ni gai. Il est là, il existe, c'est tout. Ce n'était pas le monde qui me troublait, mais l'idée que je m'en faisais. J'ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement. »

     « C'est la 3ème Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde. »

    Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l'habita.

     « Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la PLENITUDE DU SILENCE ».

    Et le Vieil Homme disparut.

     

                                                   Texte de Charles Brulhart http://www.metafora.ch/

     

    Les 3 portes de la sagesse

    Pin It

    2 commentaires
  • La parabole de l’éléphant – Frédéric Lenoir

     

    Un jour, un roi réunit des aveugles de naissance et leur dit : "Connaissez-vous les éléphants ?"

    Ils répondent : "Ô grand roi, nous ne les connaissons pas, nous ne savons pas de quoi il s'agit."

    Le roi leur dit encore : "Désirez-vous connaître leur forme ?"

    Les aveugles répondent encore en chœur : "Nous désirons la connaître."

    Aussitôt, le roi ordonne à ses serviteurs d'amener un éléphant et demande aux aveugles de toucher l'animal.

    Parmi ceux-ci, certains, en tâtant l'éléphant, touchent la trompe et le roi leur dit : "Ceci est l'éléphant."

    Les autres saisissent soit une oreille, soit les défenses, soit la tête, soit le flanc, soit la cuisse, soit la queue.

    A tous, le roi dit : "Ceci est l'éléphant."

    Puis le roi demande aux aveugles : "De quelle nature est l'éléphant ?"

    L'aveugle qui a touché la trompe dit : "l'éléphant est semblable à une grosse liane."

    Celui qui a touché l'oreille dit : "L'éléphant est semblable à une feuille de bananier."

    Celui qui a touché une défense dit : " L'éléphant est semblable à un pilon".

    Celui qui a touché la tête dit : "L'éléphant est semblable à un chaudron."

    Celui qui a touché le flanc dit : "L'éléphant est semblable à un mur."

    Celui qui touché la cuisse dit : "L'éléphant est semblable à un arbre".

    Celui qui a touché la queue dit : "L'éléphant est semblable à une corde."

    Ils s'accusent tous mutuellement d'avoir tort et leur discussion s'envenime. Le roi ne peut s'empêcher de rire, puis il prononce cette parole : "Le corps de l'éléphant est unique, ce sont les perceptions divergentes de chacune de ses parties qui ont produit ces erreurs."

    Il en va de même pour les tenants des différentes doctrines religieuses, conclut le soufi. Chacun parle de Dieu, du divin ou de l'Absolu selon la perception limitée qu'il en a. Et aucune religion ne peut prétendre posséder la totalité de la Vérité. Celle-ci s'est comme éclatée en morceaux en se manifestant dans le monde.

    Frédéric Lenoir (extrait de l’âme du monde)

    Pin It

    4 commentaires
  • La ferme aux animaux

     

    Une adaptation animée du livre de Georges Orwell, écrit en 1945 qui est une critique politique qui démonte les idéologies.

    Un vent de rébellion souffle sur la ferme de Mr Jones. Assez des maltraitances, des humiliations, les animaux décident de reprendre leur liberté stigmatisés par le discours d’un vieux porc allant sur la fin de sa vie. La révolte est en cours, fini la servitude et vive l’égalité entre tous les animaux. Mais l’égalité est un beau rêve pas toujours facile à appliquer. Et si les oppressés finissent pas devenir eux-mêmes des oppresseurs ?

     

    https://www.youtube.com/watch?v=3Nvy4FIH__0

     

    Pour ceux qui voudraient lire ce roman, voici le lien d’un e-book gratuit

    https://beq.ebooksgratuits.com/classiques-xpdf/Orwell_La_ferme_des_animaux.pdf

    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique