• Le temps de cerveau disponible

     

    Un documentaire qui tend à nous montrer combien nous sommes formatés par ce que nous voyons à la télévision. Celle-ci a un véritable pouvoir sur nous et il s’avère que ce pouvoir est devenu nuisible.

    En augmentant notre capacité à voir des choses horribles, nous diminuons notre sensibilité, ce qui fait de nous des êtres humains. Bref, l’ingurgitation régulière et massive d’ignominies, de matraquages publicitaires, de jeux pervers et idiots nous déshumanise.

    On nous abreuve au quotidien d’images pleines de cruauté, de sexualité, d’humiliation, de violences et c’est une forme de lobotomie volontaire. Vous êtes-vous demandés si ces émissions ne sont pas simplement là pour vous contrôler ?

    La télévision transgresse les tabous, les interdits, franchit des limites, expose l’intimité et joue le jeu des exhibitionnistes et des voyeurs. Dès 1983 la télé n’a plus de barrières morales. En exacerbant nos pulsions, elle nous rend plus manipulables. A force nous perdons notre capacité de raisonnement et nous restons passif à regarder ce grand n’importe quoi.

    Vous comme moi allez être surpris en voyant ce documentaire le nombre de choses sordides que nous avons regardé sans même nous rendre compte du caractère scabreux de ce que nous regardions.

    Aujourd’hui tous les divertissements ont un seul et même but : la surconsommation. Tout est bon pour nous pousser en ce sens, relooking des personnes, des maisons (sous couvert bien sûr d’une bonne action)… et comme la télé n’a plus de limites, elle passe à la proposition d’un remodelage sur table d’opération pour chirurgie plastique. Cette fois elle transgresse l’intégrité physique des humains. Elle exploite l’homme et ses pulsions. Mais vous verrez jusqu’à où elle est prête à aller pour exploiter les pulsions et vous allez être horrifiés.

    Peut-on laisser la télé continuer à exploiter les pulsions au risque d’engendrer des comportements violents de nos concitoyens ?

     

    https://www.youtube.com/watch?v=amzLnvfaeJM&feature=youtu.be

     

    Pin It

    7 commentaires
  •  

    Difficile de dire ce qu’est un chaman tant les mots sont réducteurs. Schématiquement, il est un pont qui relie le monde visible et invisible et joue un rôle de médiateur, de rééquilibreur, de régulateur entre les deux ; il est donc celui qui communique avec le monde invisible et en reçoit des messages, des informations. Mais le chaman est aussi un guérisseur. Souvent la maladie est un déséquilibre entre le corps et l’esprit. Le déséquilibre concerne à la fois le corps physique, le mental, l’émotionnel et le spirituel.  Une fois le déséquilibre constaté, mis au jour, le chaman peut nettoyer, purifier les organes et l'âme de la personne de tout ce qui lui est toxique puis il invoquera l’esprit, insufflera l'énergie positive qui aidera à la guérison de la personne. Son contact étroit avec la nature lui permet aussi de trouver les plantes adéquates à chaque situation. Le chaman est au service de la nature, du vivant, de l’univers et fonctionne comme un outil.

    Contrairement à ce que beaucoup pensent, le mot chaman ne vient pas d’Amérique ou d’Asie mais de Sibérie et il désigne les guérisseurs, les voyants… Mais on trouve le chamanisme dans toutes les cultures du monde jusqu’aux confins les plus reculés de notre planète. Et il existe depuis la nuit des temps. 

    Aujourd’hui nombreuses sont les personnes qui sont en recherche personnelle pour trouver une solution afin de guérir de blessures, de blocages, d’errance, de mal être, mais aussi pour trouver des réponses et surtout un sens à la vie. C’est dans les forces de la nature qu’elles vont se tourner, vers le chamanisme afin de retrouver la sensation d’exister, d’être dans ce monde. Mais il faut réapprendre à laisser parler son corps, son soi sans tout analyser, sans penser, se libérer de ses croyances. Retrouver le sens de l’instinct primaire, de l’intuition, retrouver sa place dans la nature et le sens du lien avec l’environnement et ce qui y vit, retrouver et préserver le sens du sacré de la nature.

    Mais devenir chamane demande du travail quotidien, du temps, de la présence. C’est une expérience intime avec soi et avec la nature.

    En toute sincérité, même intéressée, je suis assez mal à l’aise avec certaines formes de chamanisme qui mélangent  spiritualité, religion, occultisme, sorcellerie, magie, histoire de possession. Tout cela se cumule avec un savoir concernant la nature. Et ça fait une drôle de salade. Néanmoins, il y a des interrogations qui ne trouvent aucune réponse cartésienne aux différentes manifestations que nous sommes appelés à constater en présence d’un ou d’une chamane. Du point de vue neuroscientifique, il a été constaté et étudié que la transe chamanique amène le chamane à un état de conscience modifiée. Il y a donc bien quelque chose derrière tout cela.

    Mais cet engouement pour le chamanisme actuellement démontre, à mon sens, un manque réel, pour l’être humain, d’un contact intime avec son environnement. Il y a un vrai déséquilibre qui s’est instauré chez l’homme, l’ayant éloigné de lui-même. Il a perdu sa place au cœur de la nature et il ressent le besoin de la retrouver, de retrouver un lien intime avec elle car inconsciemment il sait bien qu’il en fait partie.

    Mais ça le laisse à la merci d’un tas d’escroc qui vont vendre des séances, des marches chamaniques à un prix fou. Et c’est aussi un formidable tremplin pour les sectes qui peuvent ainsi atteindre des personnes fragiles.

    Donc si vous êtes intéressés, attention aux charlatans.  Le magasine Psychologies donne les conseils suivants :

    -      S’informer de la réputation du praticien

    -      Prendre le temps de discuter avec lui sur son parcours et sa pratique

    -      Ne pas s’engager s’il se présente comme « chaman » ou « guérisseur » surtout s’il fait la promotion de son pouvoir et de ses « miracles »… Les vrais chamans ne se proclament ni chamans, ni guérisseurs.

    -      S’assurer qu’il pratique des prix corrects (pas plus de 200€ le week-end)

    -      Ne pas s’engager s’il propose des substances (ayahuasca, champignons, etc.). Elles sont illégales et dangereuses.

    -      S’enfuir si le pseudo-chaman vous demande d’arrêter un traitement médical ou un travail avec un psychologue ou un thérapeute. Son travail doit être présenté comme un complément.

    -      Se désengager s’il pose des diagnostics, fait des prédictions ou vous incite à revenir le voir plusieurs fois pour régler votre problème.

    Garder à l’esprit qu’un bon praticien est un passeur. Il propose des outils et laisse toujours au pratiquant son libre arbitre. Il n’interfère pas dans vos choix, ne vous fait pas de révélations et ne vous dit jamais comment agir.

    https://www.youtube.com/watch?v=99xnokc5bds

     

    https://www.youtube.com/watch?v=eLExRKdUCYQ


    2 commentaires
  •  

    Comme de nombreuses personnes, j’aime la musique, elle fait partie de ma vie, m’accompagne à des moments-clés de mon existence. Elle apporte soutien, plaisir, parfois tristesse. Elle est un bienfait pour la santé : la musicothérapie. Elle touche le plus intime de notre âme.

    Mais soudain je découvre qu’il y a aussi une face obscure à la musique. Du moins on s’en sert pour faire du mal. Avec des chansons aussi innocentes que celle de la « rue Sésame », l’armée américaine torturait les prisonniers à Guantanamo et dans bien d’autres lieux secrets. La musique fait partie des méthodes de torture préconisées pour faire craquer les prisonniers.

    L’auteur des chansons de la rue Sésame enquête parce qu’il a besoin de comprendre comment on arrive à cette idée de se servir de la musique de cette façon.

    Seuls dans une cellule sombre, la tête recouverte d’un sac, la musique lancée à fond voire plusieurs musiques à fond, avec de la distorsion, pendant des heures, des jours, les prisonniers finissent très vite par être brisés, dans un état de détresse extrême. Une méthode insidieuse, pas de coups, pas de maltraitance physique.

    Mais cette technique d’utiliser la musique comme moyen de pression psychologique n’est pas nouvelle. Elle a déjà servi par le passé, notamment en Corée. Les Américains déjà se servaient de la musique pour terroriser et démoraliser les Viêt-Cong en diffusant des sons discordants à travers la jungle par hélicoptère. On a pu le voir dans le film Apocalypse Now.

    La recherche scientifique nous montre à quel point le corps, le cerveau réagit aux sons que l’on juge dissonants. C’est intéressant et cela démontre que certaines musiques peuvent créer un malaise, de la peur.

    Une fois de plus, on découvre comment l’être humain détourne la beauté pour le mal. Cette phrase tirée du reportage sera ma conclusion : « La musique sera une arme perfide de plus dans l’arsenal des armées modernes. »

    https://www.youtube.com/watch?v=fDr6Wsx85z8


    votre commentaire
  •  

    Pierre Desproges :

        « Savez-vous seulement quelle différence il y a entre un psychotique et un névrosé ?

        Un psychotique, c'est quelqu'un qui croit dur comme fer que 2 et 2 font 5, et qui en est pleinement satisfait. Un névrosé, c'est quelqu'un qui sait pertinemment que 2 et 2 font 4, et ça le rend malade.»

    Regardez bien ce court-métrage iranien. Absurde vous dites-vous ? Pas si absurde que cela puisque c’est une vision assez réaliste de nos sociétés qui nous diffusent des informations tronquées, des contre-vérités, des mensonges que la majorité d’entre nous s’empresse de croire. Nous devenons une génération de moutons gobant tout, pourvue qu’elle reste dans le rang, qu’elle ne fasse pas trop de vague, que cela ne dérange pas trop notre confort. Mais parfois aussi la peur, l’oppression incite les gens à admettre ce qu’on veut pourvu que l’on ne soit plus en danger. C’est ainsi que procèdent les idéologies politiques, le totalitarisme de la pensée ou la pensée unique car il faut penser comme le veut le système ou mourir.

    Il y a bien quelques sceptiques qui lèvent la voix mais trop timidement et trop peu nombreux, ils ne sont que peu écoutés.

    2+2=5 est un argument paraissant logique mais qui trompe le monde.  On appelle cela un sophisme.

    Et si je vous disais que ce court-métrage date de 1966 ? Peu de choses ont changé depuis, je dirais même que cela a empiré.

    https://www.youtube.com/watch?v=X4DmDj45qGY


    2 commentaires
  •  

    Comédienne, humoriste, Maysoon Zayid cumule les handicaps : paralysie cérébrale, palestinienne aux Etats-Unis, musulmane… Mais elle a appris à être une battante dès le plus jeune âge grâce à ses parents qui l’ont toujours poussée à aller de l’avant. D’abord en lui apprenant à marcher alors que tous les médecins affirmaient que ce serait impossible, en la scolarisant dans le cursus normal, bref en lui faisant vivre la même vie que le reste de la famille. Et ça se voit. Elle est forte, déterminée mais aussi pleine d’humour et d’autodérision. Maysoon Zayid est devenue une véritable célébrité qui se bat pour défendre la cause des handicapés en magnant l’humour. Une vidéo à regarder pour un regain d’optimisme dans nos vies. La comédienne y raconte son parcours avec beaucoup d’humour en assénant quelques vérités au passage mais avec finesse et émotion.

    https://www.youtube.com/watch?v=buRLc2eWGPQ


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique