• Dysphoric: A Four-Part Documentary Series Part 1

     

    Dans cette dernière partie, nous voyons comment le mouvement trans fait taire les femmes allant jusqu'à dénigrer et harceler publiquement les femmes qui luttent pour leurs droits. Et ce mouvement va jusqu'à harceler tous ceux qui luttent au côté des femmes. Rien n'est épargné et la pression est telle que les dirigeants cèdent. Le mouvement devient si puissant que les politiciens cèdent aux pressions et ils sont infiltrés.  D'ailleurs la question qui se pose, est  : ces hommes qui se prétendent transgenres et envahissent l'espace féminin, ne sont ils pas des manipulateurs ? Lorsqu'on voit la violence avec laquelle ils s'attaquent aux féministes (voir par ailleurs l'affaire de J.K. Rowlings) la question me semble pertinente.  

    Certains transgenres se rendent de plus en plus compte que leur mouvement est phagocyté (je cite Sophie Robert ) " par des phallocrates mascus, des incels, des autogynéphiles, des proxénètes, des homophobes et des pédocriminels qui s'en servent chacun pour casser les limites au moment même où le féminisme est en train de se normaliser (au moins dans les idées), détruire le féminisme de l'intérieur, et s'imposer dans tous les endroits "women only"...  il existe donc un mouvement profondément réactionnaire et violent qui s'impose partout par la force et la haine pour défendre les idées les plus réacs au nom de l'inclusion et du respect des minorités". Un combat, juste, détourné pour faire taire le féminisme. C'est grave et inquiétant.  

    Et pourtant c'est ensemble que nous devions défendre nos droits et pas en s'opposant : autant les femmes que les personnes transgenres. Le droit de vivre libre, en adéquation avec ce que nous sommes, sur un terrain égalitaire. ça ne peut pas passer par la violence, par le rejet, par l'agression. 

     

    https://www.youtube.com/watch?v=yVzodw938c4

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Dysphoric: A Four-Part Documentary Series Part 1

     

    Un grand nombre de trans regrette leur démarche et souhaite inverser le processus Vient pour eux un temps de troubles divers Le corps se déshabitue de la testostérone et les œstrogènes prennent le relai.  C'est vraiment très douloureux, perturbant. De plus ils n'ont aucun soutien pour leur santé mentale.

    De plus ces personnes (appelées détransitionneurs) deviennent la cible de leurs anciens amis qui les accusent de traîtrise, d'être devenu des transphobes. C'est un climat extrêmement violent. 

    Hélas nous avons peu d'informations sur la détransition D'abord parce que ceux qui choisissent de faire marche arrière sont peu ou pas suivis, puis en raison d'une omerta. 

    Quelques témoins évoquent leur vécu douloureux et leurs difficultés. Mais l'espoir demeure. 

    Il y a tellement de souffrances dans ces histoires, tellement d'incompréhension mais aussi tellement  de manipulation et de récupération 

     

    Si comme moi vous ne pratiquez pas l'Anglais, vous pouvez activer les sous-titres en Français 

     

    https://www.youtube.com/watch?v=FRePOJ5lbFI

    Pin It

    1 commentaire
  • Dysphoric: A Four-Part Documentary Series Part 1

     

    Dans ce second volet, on aborde l'aspect médical. On découvre comment certains médecins administrent des traitements stoppant la puberté à des adolescents de plus en plus jeunes. Des traitements destinés à l'origine à soigner le cancer de la prostate mais qui servent aussi de castration chimique aux grands délinquants sexuels avec pour  indication de ne pas administrer plus de 6 mois en raison des effets secondaires graves Or les jeunes les prennent sur le long terme avec des effets graves et irréversibles.  

    Selon le Pr Christopher Gillberg (Professeur en Psychiatrie de l'enfance et de l'adolescence, Université de Göteborg, Suède) expert de renommée mondiale dans l’autisme, les traitements hormonaux et chirurgicaux effectuées sur des jeunes femmes qui veulent devenir des hommes constituent l’un des plus grands scandales sanitaires de l’histoire.

     

    Si comme moi vous ne pratiquez pas l'Anglais, vous pouvez activer les sous-titres en Français 

     

    https://www.youtube.com/watch?v=S3dbikSgvR4

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Dysphoric: A Four-Part Documentary Series Part 1

     

    Dysphoric" est une série documentaire en quatre parties sur la montée de l'idéologie de l'identité de genre, ses effets sur les femmes et les filles - en particulier dans les pays en développement.

     

    Dans ce monde dystopique où la misogynie est endémique et où la féminité est une marchandise, être une femme a un coût. Les entreprises capitalisent sur le corps des femmes en brouillant les limites du sexe biologique et en tirant profit de la pseudo-science non vérifiée sur le plan empirique de la théorie queer. Cet éclairage est facilité par la complicité des médias, du monde universitaire, juridique et politique. Il n'est pas surprenant que les jeunes filles fuient la féminité comme une maison en feu.
    Au cours de la dernière décennie, le nombre de jeunes filles cherchant à changer de sexe en subissant des procédures irréversibles et dangereuses pour leur vie a fortement augmenté. Dysphoric" est une série documentaire en quatre parties sur la montée de l'idéologie de l'identité de genre et ses effets sur les femmes et les filles, en particulier dans les pays en développement.
    Le film explore la transition de genre, les effets secondaires médicaux permanents des hormones et des opérations chirurgicales, la propagande des entreprises "réveillées" qui glorifient des milliers de présentations stéréotypées du genre fusionnées dans la mode, une montée en puissance de la police des pronoms, le détournement du langage qui appelle les femmes "menstruatrices", et les nombreux obstacles auxquels les femmes sont confrontées lorsqu'elles tentent de remettre en question cette misogynie moderne. Le film amplifie les voix des transsexuels, des cliniciens, des psychiatres, des sociologues, des féministes, des universitaires et des citoyens concernés.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

    Si comme moi vous ne pratiquez pas l'Anglais, vous pouvez activer les sous-titres en Français 

     

    https://www.youtube.com/watch?v=w8taOdnXD6o

    Pin It

    5 commentaires
  •  

    Le Phallus et le Néant

     

    Dans ce documentaire Sophie Robert dénonce les dérives de la psychanalyse qui porte une responsabilité énorme dans la quasi impunité des crimes d'inceste en France. Ce film est un brûlot que les psychanalystes ont tenté de faire censurer. Mais heureusement le tribunal des référés du TGI de Paris a tranché : la parole peut continuer à se libérer pleinement au sujet des turpitudes des psychanalystes. 

    Ainsi vous pouvez lire sur le site officiel du documentaire : ICI

     

    " Si des psychanalystes s’allongeaient sur notre divan pour nous parler de leur vision de la sexualité et des rapports hommes femmes, que nous diraient-ils ?


    Sophie ROBERT a interrogé 18 psychanalystes freudiens et lacaniens orthodoxes pour décortiquer avec eux la théorie sexuelle, en leur demandant d’assumer la dimension politiquement très incorrecte de leurs théories. Ils se sont prêtés au jeu avec une gourmandise visible. Le résultat est stupéfiant :

    La femme n’existe pas / la femme c’est un trou / il n’y a que du masculin dans l’inconscient / il n’y a pas de rapport sexuel possible entre un homme et une femme / les homosexuels sont des psychotiques qui s’ignorent / les enfants ont des pulsions sexuelles /seule la perversion permet le rapport sexuel / l’inceste ça ne fait pas tellement de dégâts, ça rend juste les filles un peu débiles.

    Ces hommes et ces femmes sont tous des références dans leur domaine. Ces psychanalystes sont également enseignants formateurs dans les UFR de psychologie et les cursus de psychiatrie. La plupart interviennent dans des instituts accueillant des enfants autistes.

    Quelles sont les conséquences de ces théories sur les patients(e)s victimes de violences sexuelles ? "

     

    Cette profession, qui n'en est pas une puisqu'il n'y a pas de diplôme officiel reconnu et que pour l'exercer la condition sine qua non, est d'avoir été  en analyse un certain nombre de temps, oublie une chose : Freud a fait du Freud pour traiter les problèmes de Freud. De là à mettre en oeuvre ses théories pour toutes les situations, il y a une aberration. 

    Ce qui est grave, c'est que cette profession, au lieu de se retrouver, de réfléchir collégialement, fait bloc et persiste à refuser aux victimes d'inceste leur statut de victimes et les culpabilise. 

    Après une projection en salle, puis des projections publiques, il démarre une nouvelle vie par téléchargement sur différentes plateformes, notamment ICI

    Je crois qu'il est important d'en parler, il est important pour les victimes de dénoncer ces dérives 

     

    Bande-annonce du film

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique