• John GRISHAM – Les imposteurs

    Quatre étudiants en droit dans une fac médiocre de Washington se trouvent étranglés par leurs crédits. Un système américain qui permet à des organismes de crédit de prêter des sommes faramineuses à des étudiants pendant leurs études qu’ils devront rembourser dès qu’ils ont obtenu leur diplôme. A peine sur le marché du travail et déjà surendettés.

    Or l’un des amis met à jour une arnaque monumentale. Un riche financier est possesseur de plusieurs écoles de droit, ce qui n’est pas un crime en soi. Mais il possède aussi les organismes de crédit qui prêtent aux étudiants. Le désespoir saisit nos 4 amis. L’un d’eux fragile psychologiquement, met fin à ses jours. Pour les trois autres, hors de question de retourner dans cette fac, et surtout hors de question de rembourser leurs emprunts.

    Comment se faire une place au soleil sans aller au bout de leur cursus et comment dénoncer cette combine mettant des milliers d’étudiants à genoux ?

    Un Grisham différent de ce qu’il écrit en général. Si le livre ne manque pas d’intérêt, il est loin d’avoir le même punch que les autres romans de l’auteur. Néanmoins il y dénonce les abus, les désillusions dans les universités américaines. On découvre un univers impitoyable qui broient des jeunes sans pitié. L’auteur y évoque aussi la dure condition des personnes en situation irrégulière aux USA. On est bien loin du rêve américain.

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Le bruit des pages de Livia Meinzolt - Grand Format - Livre - Decitre

     

    Prix de Livre Romantique 2019

    Un amour passion s’éteint-il avec la mort ? Toute l’histoire est là. Lorsque Eva hérite de la librairie d’un vieil ami, elle a deux conditions à remplir : ne jamais se séparer d’un tableau et d’un vieil exemplaire d’un roman russe et ne jamais vendre la librairie.

    Eva est passionnée par la Russie et elle se sent terriblement inspirée par le tableau. Il lui fuse l’idée d’un roman sous forme d’un journal. Celui de Apollinariya dite Polina, jeune aristocrate vivant à St Pétersbourg au moment de la grande révolution tombant éperdument amoureuse de Sasha. Il y a beaucoup d’Eva dans son personnage de fiction. Mais est-ce vraiment un personnage de fiction ? Celle-ci ne rejoindrait-elle pas la réalité ? Les destins de Polina et d’Eva semblent liés, mystérieusement.

    Pour les adeptes du genre, c’est le livre à lire. Je suis persuadée que vous aimerez ce roman.

    Pin It

    1 commentaire
  •  Kenneth COOK - L'ivresse du kangourou et autres histoires du bush

     

    Un recueil de récits se passant au cœur de l’Australie dans le bush. Des situations burlesques, incongrues, des rencontres surprenantes  avec des aborigènes ayant certains talents, de l’absurde, des défis voilà ce que l’on trouve dans ce recueil.  Entre le kangourou alcoolique, l’autruche furieuse, un rat mordeur, une voiture volée pas volée, le parieur, autant d’histoires surprenantes pour passer un moment de détente. C’est drôle, sarcastique parfois. Ne boudez pas votre plaisir si vous avez besoin d’une lecture sans prise de tête.

    Pin It

    1 commentaire
  • Au nom du père, du fils, et du rock'n'roll

     

    Christian le père et Victor le fils, deux personnalités qui s’opposent. Deux caractères qui s’affrontent. Deux vécus différents.  C’est un roman qui parle avec pudeur de cette filiation manquée.

    Pourtant Christian était heureux de devenir père. C’était pour lui une revanche sur la vie, sur son propre père qui l’a abandonné et qui ne s’est manifesté au fils qu’une fois celui-ci adulte. Victor, c’était la concrétisation de son amour pour Lorraine. Un amour qui la fait rentrer dans le rang alors qu’il était un célèbre DJ à une époque où on n’appelait pas encore les animateurs de soirée ainsi. A une époque où le rock’n’roll donnait à plein tube, où les Stones rivalisaient avec Jimi Hendrix, les Doors, Lou Reed, Led Zeppelin et tant d’autres.

    Mais Victor était un enfant orgueilleux, forte tête, irraisonnable. Entre Christian qui essayait un semblant d’autorité et Lorraine qui surprotégeait l’enfant, c’est la famille qui allait vers un effondrement.

    La séparation a été pour Victor l’erreur de trop. Il allait faire payer à son père ses écarts, sa défection.

    Et ce n’est que tardivement que Victor découvre qui était son père, ce qu’il a vécu. Ce n’est que trop tard qu’il comprend ce qu’il a raté avec lui.

    C’est le roman d’une histoire ratée, inachevée. J’ai adoré ce livre qui traite des relations compliquées entre père et fils. Et avec en prime une bande originale du livre que j’ai eu plaisir à rechercher et écouter.


    1 commentaire
  • Genevièvre BRISSAC - Dans les yeux des autres

     

    Anna est écrivain éloignée du succès, sa sœur Molly est médecin. Les deux sœurs ont partagé le même engagement révolutionnaire dans les années 70 mais sans avoir les mêmes idéaux, les mêmes motivations. Cette histoire commune va à la fois les unir et les séparer. Entre elles se dressent aussi Boris, l’éternel amoureux de Molly, Marek mort dans les geôles mexicaines et auréolé de l’aura de l’absent, mais aussi leur mère atypique, égoïste, véritable typhon dans leur vie.

    Que reste-t’il de leur vie clandestine et armée ? Quelle trace a-t-elle laissé en elles ? Quelles blessures, fractures ?  Anna a tout noté dans des petits carnets. Chaque thème, personnage a son carnet ayant une couleur dévolue. Et Anna part à la recherche de ce passé, d’elle-même sans doute en les relisant.

    Un roman qui me laisse mitigée. J’ai la sensation d’une critique acerbe de ces années 70 et des engagements politiques d’une bonne partie de la jeunesse intellectuelle de cette époque. J’ai eu du mal à trouver de la sympathie pour les personnages. Je crois être passée à côté de ce roman.

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique