• DAENINCKX Didier – La repentie

     

    Un tout court roman qui m’a laissé sur ma faim. L’héroïne, Brigitte, sort de prison. Elle est obligée de changer d’identité sans qu’on comprenne pourquoi et s’embarque dans le premier train venu qui l’emmène à St Nazaire où elle rencontre Stellio, plongeur qui travaille à renflouer un bateau. Une histoire se construit entre ses deux mais le passé de Brigitte jette une ombre. Et il y a quelqu’un quelque part qu’elle protège. Et cela va entrainer un nouveau drame dans la vie de cette femme.

    J’avoue que je suis complètement passée à côté de ce roman. Je n’ai pas accroché du tout et surtout je n’ai pas compris le but de l’auteur en l’écrivant.

    Pin It

    2 commentaires
  • GEMMEL Nikki – Les noces sauvages

     

    Snip est une étrange jeune femme qui se veut libre et sans entrave. Mais est-elle aussi libre qu’elle veut le faire croire ? N’est-elle pas attachée à l’énigme de son passé, à cette terre qui l’a vu grandir ?

    Aujourd’hui dans sa nouvelle camionnette elle revient au pays vers Bud son père et une lettre testament de sa grand-mère avec ces simples mots : traque-le.  Parle-t’elle de son père ? Pourquoi celui-ci a-t-il quitté le domicile conjugal en l’emmenant avec elle après l’avoir déguisée en petit garçon ? Il y a un drame familial dont elle ne connait rien mais qui pèse sur elle.

    Dans sa quête au cœur du bush australien, elle rencontre Dave et tout est remis en question. L’amour perturbe une vie et celle de Snip plus encore.

    Mais pour pouvoir vivre sereinement cet amour, il lui faut résoudre le mystère de sa famille. Pour y arriver, il lui faudra aller au bout d'elle-même, presque au bout de sa vie au cœur du désert dans la douleur physique et morale. Qu’en ressortira-t’il ? Snip trouvera-t’elle enfin un équilibre ?

    Il y a de l’amour dans cette histoire, beaucoup d’amour et pourtant la douleur est omniprésente. C’est une histoire profondément humaine et pourtant aussi impitoyable que le paysage australien. J’ai beaucoup aimé.

    Pin It

    votre commentaire
  • EVANS Nicholas – Le Cercle des loups

     

    L’éternelle histoire de la cohabitation entre éleveurs et loups sous la plume de Nicholas Evans (L’homme qui murmure à l’oreille des chevaux). Au cœur de cette histoire Buck Calder bien décidé à éradiquer le loup protégé ou non et Helen Ross, jeune zoologiste, qui fait tout pour éviter le massacre épaulée en ça par le jeune fils de Buck, Luke.

    Un magnifique cadre naturel pour ce roman : le Montana à la frontière entre les USA et le Canada. Une lutte inégale entre un animal qui devrait avoir le droit de vivre, qui a son utilité et l’Etre humain qui s’estime avoir tous les pouvoirs décisionnaires de cette planète ainsi que celui de vie et de mort sur les autres espèces, y compris la sienne. Mais ce n’est pas un roman sur le loup, je dirais plutôt que c’est un roman sociologique qui fait et défait les sentiments des humains : amour, haine, amitié, vengeance….

    Le roman est beau mais néanmoins, pour moi qui aime les loups, il est décevant car par le titre, je m’attendais à le rencontrer au détour des pages tout le long mais en réalité, il n’est que celui par qui l’histoire arrive. Toutefois la conclusion m’amène à dire qu’hélas, le loup a peu de chance de vivre libre comme il en a le droit.

    Pin It

    2 commentaires
  • McLAIN  Paula – L’aviatrice

     

    C’est l’histoire d’une femme indépendante vivant au Kenya au début du XXème siècle. Béryl Markham arrive au Kenya avec ses parents alors qu’elle a 2 ans. Mais la vie dans une ferme d’élevage équin en devenir est au-delà des forces de sa mère, qui quitte le foyer et retourne en Angleterre avec son fils ainé de constitution plus fragile. Béryl se retrouve seule avec son père et est prise en affection par les membres de la tribu Kdipsigi. Son enfance se passe dans la liberté à courir la savane, chasser avec son ami Kibii jusqu’à l’arrivée de la compagne de son père qui voit d’un très mauvais œil cette éducation pour une fille et l’envoie en pension.

    Mais cette liberté vécue aura développé une indépendance et une force de caractère chez Béryl qui ne fera rien comme les autres. Mariée trop jeune, elle cherchera à s’évader de ce mariage en devenant la première femme entraîneuse de chevaux de courses avec un talent certain.

    Elle côtoiera Karen Blixen et son amant Denys dont elle est secrètement éprise. La rumeur la rattrapera, on pardonne mal la liberté de vivre pour une femme dans ces milieux. Obligée de fuir en Angleterre, elle en reviendra plus forte et déterminée que jamais. Un second mariage lui offre la chance d’élever et d’entrainer de nouveaux chevaux faisant sa renommée.

    Mais la jeune femme attend un enfant et sur l’insistance de son époux, elle part se faire suivre en Angleterre où elle mettra au monde un petit garçon mal formé. Le couple ne survit pas à l’indépendance de Béryl et son époux lui enlève son fils.

    Lorsque Béryl rentre au Kenya, plus rien ne l’intéresse. Il n’y a que voler en avion qui la sortira de sa torpeur. Elle prendra donc des cours et deviendra la première femme titulaire du brevet d’aviation.

    Une vie hors norme pour une femme admirable magnifiquement racontée par l’auteur. Un livre passionnant que j’ai dévoré dans la journée.

    Pin It

    2 commentaires
  • LEFORT Gérard – Les amygdales

     

    Un petit garçon, Louis dit Loulou, raconte sa vie, celle de ses proches, ses colères, ses fantasmes, ses jeux. 3ème d’une fratrie de 4 enfants, une mère alcoolique et snob à la limite de la mythomanie, un père insomniaque et quelque peu décalé, une famille embourgeoisée, voici le contexte familial du petit narrateur. Pour lui, c’est je t’aime moi non plus.

    Parfois pour avancer, il faut tuer psychologiquement ceux que l’on aime et ce que l’on aime.  Ça permet d’évacuer la pression d’un mal être, d’une impression de ne pas être à sa place, d’accepter que les autres ne sont pas tels qu’on le croyait. Il est difficile pour un enfant de se rendre compte que les parents ne sont pas les êtres parfaits que l’on a cru pendant longtemps. Difficile aussi de constater que les mots et les attitudes des adultes ne sont pas cohérents.

     Je me retrouve très intimement avec cet enfant au même âge. Cette rage, cette envie de tout détruire, ce besoin d’être reconnu même dans le blâme, cet envie de plus, d’absolu. Le mensonge, le trop plein d’imagination, la malice, la tricherie sont parfois un moyen d’exister, d’être.

    Le roman est à la fois caustique et cocasse, j’aime la plume de l’auteur. Un bon moment de lecture.

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique