• Denis Mukwege, un héros pour les femmes

     

    Denis Mukwege, qui vient d’obtenir le prix Nobel de la paix 2018, est un gynécologue congolais qui se bat pour la cause des femmes et qui a passé sa carrière à les reconstruire après qu’elles aient subi les pires des atrocités.

    Cet homme d’une grande humilité a reçu une multitude de prix et de distinctions de la part d’associations et d’organisations internationales.  Son combat : réparer les femmes violées et mutilées à l’aide de différents outils. Congo où cette pratique est une vraie arme de guerre. Une femme violée, torturée au milieu des hommes de sa famille, de son village, c’est toute une communauté qui est détruite. Les hommes se sentent coupables de ne pas avoir su défendre leurs femmes et les femmes sont physiquement et moralement détruites. Plus de 7 pays convoitent les richesses du Congo et ce sont ces hommes qui commettent ces atrocités innommables.

    Grâce à son courage et à sa ténacité, le Docteur Mukwege a « réparé », plus de 40 000 femmes, fillettes et même des bébés victimes de viols de guerre.  

    Cet homme de courage, souvent menacé, est devenu le symbole d’une nouvelle Afrique. Le Docteur Mugwege voit son action reconnue internationalement. Les femmes congolaises lui sont infiniment reconnaissantes comme l’explique dans son bouleversant témoignage d’une victime congolaise qu’il a sauvé.

    Cette émission est bouleversante. Il est important que la parole de ces femmes soit entendue, que le monde sache ce qu’elles vivent. Un document qui doit être vu et partagé. Nous ne pouvons plus permettre que cela continue. Car c’est nous occidentaux qui bénéficions des fruits des richesses du Congo. Nos portables, nos ordinateurs, nos bijoux… sont pleins du sang de ces femmes congolaises. Nous avons une énorme part de responsabilité dans ce drame. Il faut que la communauté internationale réagisse et aide le Congo à se relever.

    Je ne peux que citer les dernières phrases du Dr Mukwege :

    « Il faut considérer que cette question des violences sexuelles est une question globale. C’est un problème qui est dans nos sociétés de façon latente. On en parle ou on n’en parle pas. Ou on fait comme si ça n’existait pas. Mais la réalité est que lorsqu’il y a un conflit qu’il n’y a plus de loi, plus de foi, on constate que c’est à ce moment là que les femmes et les enfants payent un lourd tribut dans les conflits armés. Mais en fait la graine c’est pendant la période de paix que cette graine existe dans nos sociétés. Aujourd’hui nous sommes en train de faire cet appel : il faut absolument que cette question de l’égalité du genre, la question du respect des femmes dans nos sociétés soient aussi portées par les hommes. »

     

    https://www.youtube.com/watch?v=NNB-L_FI4Z4

    Pin It

    votre commentaire
  • Grandmas Project – Lait de poule

     

    LAIT DE POULE une recette de Mamie Yoda (Simone Anneix), un film d'Irvin Anneix.

    Un petit fils retrouve sa grand mère pour préparer avec elle ce lait de poule dont il a gardé le souvenir et c'est l'occasion pour lui de partager les souvenirs avec son aïeule et de l'écouter parler de ses inquiétudes face à demain.

     

    https://youtu.be/0YLIqsB2QYc

     

     

    GRANDMAS PROJECT est une web-série qui invite des réalisatrices et réalisateurs du monde entier à faire un film sur leur grand-mère autour de la transmission d'une recette fétiche. GRANDMAS PROJECT a reçu le patronage de l'UNESCO en 2016.

    Pour voir d'autres vidéos de la série : 

    https://www.youtube.com/channel/UCyCtV5iT5fBmf_ynhpwbdvQ

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, notre association récupère pour redistribuer les fruits et les légumes invendus sur les marchés parisiens. Ces bénévoles sont présents sur 4 marchés parisiens. Cela représente 2 tonnes de fruits et légumes qui seraient détruits mais qui iront à des familles nécessiteuses. 

    Voici les valeurs et objectifs de l'association comme on peut lire sur leur site ( Moissons solidaires )

     

    • Promouvoir la préservation de l’environnement et des ressources alimentaires tout en réduisant la production de biodéchets.
    • Apporter une aide alimentaire aux personnes en situation de précarité.
    • Recréer du lien social avec ces populations fragilisées.
    • Responsabiliser la communauté citoyenne dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.
    • Impliquer les commerçants dans une oeuvre collective, généreuse et bienveillante.
    • Créer un lien social dans les quartiers.
    • Proposer des choix de vie alternatifs et des pratiques écologiques.
    • Créer un lieu solidaire de rencontre, d’échange, de respect et de partage autour du marché

    L'association est toujours à la recherche de nouveaux bénévoles.  Une idée à partager dans toutes les communes de France. 

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Une journée à l'école MATERNELLE AU JAPON

     

    Rentrée oblige, intéressons-nous à la façon d'enseigner ailleurs et notamment ici au Japon. On peut dire que les deux façons d'enseigner sont complètement à l'opposé l'une de l'autre. L'encadrement est important. Le Japon offre plus de moyens humains et pédagogiques à l'école. Les enfants paraissent plus épanouis. On note l'importance de la musique. Activité de chants, initiation à la musique, musique en mangeant. 

    Bref un climat parfait pour que les enfants s'épanouissent tout en restant poli et respectueux.

    C'est là qu'on voit à quel point l'école ici manque de moyen. Le résultat pourrait être similaire si les gouvernements successifs donnaient les moyens nécessaires pour éduquer les enfants en les aidant à s'épanouir, en leur ouvrant l'esprit par des activités ludiques.

    Cela dit, nous avons vu une journée dans une école haut de gamme. Qu'en est-il des écoles moins cotées.

    Et je me pose la question comment un pays ayant un système éducatif dès le plus jeune âge aussi performant, peut en arriver à être le pays où le taux de suicide reste le plus important.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=fv7w4C2sIZI

    Pin It

    1 commentaire
  • Auroville, histoire d'une utopie

     

    Dans le sud de l’Inde, en 1968, Auroville une ville expérimentale dont le nom est inspiré du philosophe indien Sri Aurobindo a été créée à 10km de Pondichéry. Elle a été créée par la française Mirra Alfassa (Mirra Richard), plus connue sous le nom de La Mère, compagne spirituelle de Sri Aurobindo.

    Le but était de créer une communauté universelle allant au-delà des nationalités, de la politique, des croyances dans une recherche d’harmonie, de liberté, d’indépendance.  La ville fonctionne sans gouvernement, sans police, sans monnaie.

    Chaque individu travaille à son éveil personnel, à instaurer des rapports différents avec les autres. Il n’y a pas de propriété privée à Auroville. Toutes les maisons, les puits appartiennent à la ville. L’école, les soins sont gratuits. Presque tous les projets sont en autogestion.

    La réalisatrice Hélène Risser a rencontré les hommes et femmes ayant construit cette ville ainsi que leurs descendants. Des images d’époque sont opposées aux images d’aujourd’hui dans le documentaire montrant l’évolution de l’organisation.

    Il y a beaucoup d’enthousiasme et le désir de poursuivre cette vie chez les habitants d’Auroville, un enthousiasme qu’il souhaite transmettre à tous les visiteurs.

     

    https://www.dailymotion.com/video/xvyst5

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique