• Geisha, le crépuscule des fleurs.

     

    Pour les occidentaux, le rôle d’une geisha est difficilement compréhensible. Ils la prennent pour une prostituée ce qui n’est pas le cas. Cette confusion est douloureuse à vivre pour elles. Et d’autant plus que certaines prostituées se cachent sous l’apparence de la geisha, créant un malentendu total y compris chez les japonais. Ce sont des courtisanes, des dames de compagnie très raffinées, versée aussi bien dans les arts traditionnels (théâtre, chant, danse, musique) que dans la conversation.

     Au Japon on dit que la Geisha doit avoir la délicatesse d'une fleur ainsi que la force et la souplesse d'un saule. Tout est grâce chez elle mais tout est parfaitement codifié, du maquillage, à la coiffure, en passant par le kimono. Le hasard n’a pas sa place.

    Ce documentaire nous entraîne à la suite des dernières geishas de Kyoto. C’est une culture en passe de disparaître. Mais le documentaire nous entraîne au-delà, vers une réflexion sur la relation entre les hommes et les femmes au Japon mais aussi dans nos sociétés.

    Ces femmes ne sont pas aussi libres qu’il y parait. Elles sont les garantes d’une tradition ancestrale mais à mes yeux d’occidentale, elles ont aussi les garantes d’une société patriarcale.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=beoeobgA9Pk

     

    Geisha, le crépuscule des fleurs.

    Pin It

    2 commentaires
  • Nous sommes une grande majorité à ne plus supporter de vivre sous un système d'oligarchie où le pouvoir appartient à un petit nombre qui s'incombe tous les droits. Ce petit nombre a oublié le sens du mot démocratie  : démos = peuple et kratos = pouvoir. Le pouvoir du peuple. 

    Nous venons de prendre un coup de massue avec le résultat des élections américaines. Ne tombons pas dans les mêmes excès. Ne fabriquons pas du désespoir. C'est ensemble qu'il faut réfléchir. L'avenir est à l'unité, au travail commun, au respect de l'autre. C'est ensemble qu'il faut aller de l'avant.

     

     

    Pin It

    18 commentaires
  • Roland Magdane – Le roi des fous

     

    Un texte fort sur des images montrant la cruauté du monde, des guerres. Il faut parfois avoir le courage de regarder les choses en face pour avoir conscience de ce qui se vit ailleurs. Toutes les guerres se ressemblent, et c’est toujours la population qui en paye le prix. A l’heure où les migrants continuent d’alimenter les conversations, les informations, il est indispensable de regarder le quotidien que ces malheureux ont quitté. Mais il est tout aussi indispensable de comprendre que nos gouvernants sont tous, oui tous responsables des guerres sur cette planète.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=guCKfv2GwAc

     

     

    Chaque pays a élu son chef, le roi des fous et pour ne pas que les rois ne s'ennuient, on leur a donné des jouets : des petits soldats, des canons, des fusils.

     

    Et les rois  du monde entier s’invitent entre eux pour jouer.

    Au cours de petits goûters, ils échangent leurs jouets :

    - J'te prête mon pétrole, mais toi tu m'prêtes ta bombe à neutrons.

    - D'accord file-moi ton uranium et j'te passerai tous mes avions.

     

    Petit soldat laisse tomber et rentre chez toi. Tous les canons de ton armée, tous les fusils du monde entier ne pourront jamais faire taire, les chants des hommes de la terre toute entière.

     

    Et puis il y a le Tiers-monde qui fait sa ronde. Des rois qui n'ont rien à manger, pas de jouets pour s'amuser. 2, 3 soldats au fond d'un panier.

    A 4 hrs ils ont droit à un petit goûter à partager en 3. Et en les voyant passer, les rois des fous du monde entier leur jettent pour s'amuser, des petits noyaux d'olive nucléaire.

     

    Petit soldat laisse tomber et rentre chez toi. Tous les canons de ton armée, tous les fusils du monde entier ne pourront jamais faire taire, les chants des hommes de la terre toute entière.

     

    Et puis y a le roi qui vit en général dans son palais de général avec sa place du général, son avenue du général, sa merde en général

    En règle générale le grand général s'entoure de petits généraux qui sont en général très proches de la famille du général.

    ça s'appelle un gouvernement en général.

     

    Petit soldat laisse tomber et rentre chez toi. Tous les canons de ton armée, tous les fusils du monde entier ne pourront jamais faire taire, les chants des hommes de la terre toute entière.

     

    Et la suite du texte qui n'est pas dans la vidéo :

     

    Et puis de temps en temps, il arrive un docteur qui veut soigner les fous… on l’appelle le prix Nobel de la paix !

    On lui met une grosse médaille sur le cœur qui brille au soleil pour qu’on voit bien l’endroit où il faut tirer pour le tuer… et la vie continue !

     

    Les rois des fous du monde entier s’entourent de débiles qu’ils choisissent eux-mêmes :

    le premier débile, le débile des finances, le débile des armées, cela s’appelle un gouvernement.

    Et dans le monde entier, les débiles donnent des conseils aux rois des fous pour gouverner des cons…

    et les cons… cherchez pas, c’est toujours nous… !

     

    Mais si les cons du monde entier voulaient se donner la main, on obligerait les fous à ranger leurs jouets, leurs chars, leurs canons, leurs avions, et nous pourrions enfin nous promener en paix dans les jardins de la terre qui sont si jolis quand on n’y fait pas la guerre.

     

                                                                                             Roland Magdane

    Pin It

    2 commentaires
  • Une chanson forte sur un clip déchirant.  Comment certains peuvent-ils avoir le coeur fermé au point de refuser de voir la détresse, la terreur de ces familles. Ils errent vers un avenir inconnu fuyant une mort violente. Ils errent sans rien savoir de demain : auront-ils à manger, un toit, la sécurité, la paix ?  Non ils n'ont pas le temps de se poser cette question, ils sont dans l'urgence : celle de sauver leur vie, la vie de leur famille. Comment peut-on les laisser errer sans assistance, comment peut-on refuser de leur ouvrir la porte, comment peut-on refuser de leur donner la vie ?

    Entre une politique d'inactifs et une montée de l'extrémisme, j'ai envie de vomir. Ce monde n'est pas le mien, il est celui des haineux qui, à la manière de l'avare protégeant son coffre, s'octroient le droit de s'accrocher à leurs biens, à leurs avantages, à leur territoire. J'ai une image : les bien-pensants sur un paquebot repoussant la marée de migrants à la mer. Mais ils sont de plus en plus nombreux à s'accrocher au bateau, si bien que celui-ci finit par sombrer. S'ils les avaient accueilli à bord cette manne, le bateau serait toujours à flot.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=89XkItqHFRM&google_comment_id=z12mxj4rekjrhrg4004cgz4jfuuwzruif4o&google_view_type#gpluscomments

     

    J’ai le crâne circulaire brumeux comme l’horizon
    Qui sniffe de la poudre à canon
    Y a un camion sur mon périf
    Qui cogne comme un nerf à vif
    Y mâche un sédatif et roule des R à 200
    Une sale crotte de merde sur le crâne
    Comme Stalingrad qui crame sous 34 degrés centigrades
    L’épée de Damoclès en grosse caisse, intérieur cuir Rolex et salope du cachemire
    Puis en nombre blanche je vois des branches mal baisées par des chimpanzés blonds
    Une question à résultats pour être positif
    Quitte à pas être égal entre le Vatican et le Sénégal
    La pluie ronge les réverbères comme le coton
    Les points noirs à plus en voir j’ai vu me pousser des poires
    Désespoir à l’eau de vie qui brûle comme le desktop
    J’me déstocke pour reconstruire à Pattaya
    Une caillera en bottines rare comme la zibeline
    Qui court au cou des filles d’amour d’une nuit, d’un coup, d’un jour
    J’raconte des bras poilus dans un métro de voiture
    Tonneau de mercure en équilibre sur la main d’un salut
    Une grenade juteuse dans les jambes d’un enfant
    Mort de naissance devant l’assistance publique
    Sa mère en fait-divers dans un papier d’encre
    Et je chouine comme un sale sample de Gershwin
    Un bon champagne sans bulle, une pipe sans dent
    Une patate sans gant, une trique de keuf sanglante
    Une grande invention sans inventeur
    Une équation en aveugle vision pour regonfler le postérieur
    En panne d’essence comme le Bénin, j’ai le béguin
    La tête vissée sur l’espérance, je ne suis pas niais
    Je suis nié, car j’crache à la gueule des mecs sur les billets
    J’investis la nuit son Turf comme une goutte d’encre à la mer et les vagues font des surfs
    Je vois des girafes naines dans les coins de ma chambre
    Avec des yeux sans peine elles mastiquent de la viande
    Et le soleil me mord, j’dis qu’il a tort et lui tord le cou avec mes deux pouces
    J’roule mes oinjs !


    votre commentaire
  • L'un des plus gros scandale politique et sociétal de ces 30 dernières années

     

    Comment les supermarchés étendent leur superficie sans permis de construire   au détriment des petits commerçants. Le scandale va plus loin, les supermarchés sont régulièrement condamnés mais ne payent jamais leurs amendes soutenus par les pouvoirs publics. Ces amendes représentent 418 milliards d’euros qui ne vont pas dans les caisses alors qu’on demande aux ménages de se serrer la ceinture de plus en plus. Un scandale à dénoncer à grande échelle.

    Même les cuves de carburant dans les postes d’essence des supermarchés, sont construites hors de toute sécurité. Et tout le monde laisse faire.

     

    http://www.dailymotion.com/video/x4j2xq7_l-un-des-plus-gros-scandale-politique-et-societal-de-ces-30-dernieres-annees-mis-en-lumiere-siderant_news

     

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique