• Résultat de recherche d'images pour "con humour"

     

    Le con, c’est toujours l’autre ! Mais ne le sommes-nous pas tous à nos heures ? Qu’est-ce qui pousse notre cerveau à fonctionner régulièrement à l’inverse du bon sens ? Et pourquoi certains développent-ils une telle personnalité en s’octroyant des droits au mépris de leur entourage ? Y a-t-il des remèdes à la connerie ? Sous un titre un rien provocateur, Dans la tête d’un con explore ces questions en profondeur, grâce à une série d’expériences ludiques et aux avis éclairés de spécialistes du comportement humain.

     

    La connerie n’a jamais été aussi visible qu’aujourd’hui. Elle s’étale sans complexes sur les réseaux sociaux et dans les émissions de téléréalité. Qu’est-ce qui nous fascine dans ce spectacle ? Sans doute le plaisir trouble de nous prouver qu’il y a toujours plus con que nous ? Certains décident de s’affranchir des règles communes pour se comporter comme tel, de manière égoïste et narcissique. Figure de proue de ceux qui font recette avec la connerie humaine, Jean-Marie Bigard témoigne dans l’émission.

     

    D’une transgression à l’autre, l’émission explore les mécanismes qui conduisent à développer ce type de personnalité et les réactions qu’elle suscite chez ses victimes. Car le connard provoque une indignation bien plus forte que les torts souvent limités qu’il nous cause. La preuve avec une séquence où un comédien joue au con au milieu d’innocentes victimes. On découvre aussi que la connerie est contagieuse. Difficile d’y résister par exemple quand on est au volant. Deux conductrices valaisannes ont le courage d’en témoigner ouvertement. 

    Parmi les experts mettant en perspective les différents sujets figure le psychologue Jean-François Marmion, auteur de Psychologie de la Connerie (Editions sciences humaines).

     

    https://www.youtube.com/watch?v=WHor-JMZzBI


    2 commentaires
  • anarchie

     

    « 1 la volupté de la destruction 2 la mémoire des vaincus + BONUS complémentaire 

    -  l'affaire schwartzbard

    - mujeres libres

    - anarchie en mandchourie

    - entretien avec noam chompsky

     

     Pourquoi n'entend-on pas le mot anarchiste ou anarchisme, aujourd'hui, durant les cours d'histoire ? Pourquoi ce mot fait peur à la plupart des gens d'aujourd'hui ? Pourquoi a-t-il une connotation péjorative et négative quand nous regardons sa définition dans le dictionnaire ? Ce documentaire y répond.

    Nous avons souvent tendance à définir le mot anarchie ( du grec signifiant absence d'autorité) comme un terme négatif synonyme de désordre et de chaos, nous ne pouvons pas nous attacher à cette simple définition sans nous intéresser à l'environnement économico-social, dans lequel vivait la classe ouvrière contemporaine de l'époque de la révolution industrielle. climat de peur, pauvreté économique, une période durant laquelle la santé physique fait loi, nous avons une capacité de production industrielle de plus en plus important et pourtant les riches sont de plus en plus riche et les pauvres de plus en plus pauvre. Comment expliquer ce paradoxe ?

    De grands penseurs se sont posés la question et ont tenté d'y répondre : Karl Marx, Mikhaïl Bakounine,  Kropotkine et Pierre joseph Proudhon, célèbre pour avoir écrit en 1840 l'une des plus grande théorie économique qui dérange. 180 ans que les plus grands économistes s'arrachent les cheveux à essayer de la démonter, en vain , traité représentatif de la pensée libertaire anarchiste et dont on n'entend pas parler : [qu'est ce que la propriété ? Recherche sur le principe du Droit et du Gouvernement]

    Et bien d'autres dont  les idées et les œuvres de ces figures pensantes ont été oubliées et pourrissent en librairie (ou sur ebay car plus éditées). Certains de leur noms ne vous parlent pas ? Et pourtant ils continuent de nous influencer indirectement, on leur doit le premier mai, le principe de la grève, les premiers syndicats et bien d'autre chose encore. Nous pouvons comprendre l'histoire des différents mouvements de révolte et libertaire du 19 et 20ème siècle et quels sont leur origines passant par l'anarchisme, le capitalisme et le communisme, comprendre que la violences du prolétariat n'était que la seule réponse possible à la l'oppression des puissances dominantes exploitante de l'époque qui étaient les mêmes qu'aujourd'hui nous pouvons faire la similitude avec l'état de notre société actuelle car c'est vers cela que nous retournons, aujourd'hui les moyens et les costumes sont différents mais les problématiques et les acteurs restent les mêmes. »

     

    https://www.youtube.com/watch?v=4SAjq4WaLaA&feature=player_embedded

    Pin It

    votre commentaire
  • Les « décroissants » : consommer moins pour vivre mieux ?

     

    "Les sociologues les appellent les « décroissants », en France ils sont de plus en plus nombreux à refuser de consommer toujours plus. Ils refusent la spirale de la société de consommation. Quand le reste de la population ne songe qu'à augmenter son pouvoir d'achat, les décroissants préfèrent travailler moins, gagner moins et dépenser moins. Il ne s'agit pas de jeter tout ce qu'ils possèdent, mais de diminuer progressivement leur consommation en adoptant une vie économe, basée sur le système D. Tout un programme qui séduit de plus en plus les Français. Impossible de connaître le nombre de « décroissants » en France, mais c'est une tendance réelle, une stratégie d'adaptation à la crise de moins en moins marginale. Les « décroissants » ne sont pas des radins, mais des écolos qui privilégient le système D. Concrètement, ils économisent l'énergie, l'eau, l'électricité et l'essence, limitent leurs déchets, ils se déplacent le moins possible en voiture ou en avion, boycottent les grandes surfaces, mangent des aliments bios produits localement pour limiter le transport et les emballages. Alors, qui sont ces « décroissants »? Quelles sont leurs solutions pour acheter de moins en moins, pour limiter leurs déchets ou encore éviter la voiture ? Rencontre avec ces consommateurs qui ont décidé de changer de mode de vie.

    Réalisateur : David Geoffrion, Sophie Romillat"

     

    https://www.youtube.com/watch?v=NAw5c7i1YUs

    Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "a bouglione le cirque sans animaux"

     

     

    « Facebook a partiellement bloqué et déréférencé notre interview exclusive d'André-Joseph Bouglione, ancien dompteur dans les cirques du même nom. L'homme lutte aujourd'hui pour un cirque sans animaux non sans risque...

     

    Dans son livre intitulé "Contre l'exploitation animale", il révèle les conditions de vie dramatiques des animaux dans les cirques : stress, durée de vie, traitements infligés par les dompteurs pour les faire obéir, etc. Pour avoir brisé ce tabou, Joseph Bouglione s'est exposé à des menaces de mort...

     

    Visiblement, ce témoignage coup de poing n'a pas fait plaisir à tout le monde. Suite à une masse de signalements, Facebook a filtré la vidéo pour "violence". Elle est donc déréférencée et ne peut plus toucher pratiquement personne. Voyons voir comment Youtube se comporte avec cette vidéo ! »

     

    https://www.youtube.com/watch?v=SDdP5H1CCBs&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2PVMN0IOpff_id4A9NbZRTBcU09JAocNKCzZLvOc2Ho8JrsyhJTV8dzrA

     

     

    Enfin un discours d’un homme de cirque qui amène de l’espoir. Le cirque, ce ne sont pas que les animaux. Le cirque c’est du rêve. Et le rêve ce ne sont pas les animaux bafoués, battus, enfermés qui nous l’amènent. Libérons les animaux des cirques.


    votre commentaire
  •  

    « Ce film nous invite à découvrir cette proposition inventée suite à la présentation de la conférence gesticulée Inculture(s) 1 de Franck Lepage.

    C’est une réflexion globale sur la manière dont les communicants, les médias, les « managers » et les politiques fabriquent et utilisent les mots (ceux qui nous permettent de penser) afin d’annihiler toute critique, tout espoir d’alternative. Pour mieux nous manipuler et nous soumettre.

    Et sur une méthode jubilatoire, "conscientisante" et émancipatrice pour nous réapproprier le langage et, ainsi, renforcer notre pouvoir d’agir et de lutter. »

    Le politiquement correct, la langue de bois ou l’art de parler pour ne rien dire, est juste le moyen le plus efficace de berner la population, les gens. En argot on appelle ça de l’enfumage et je crois que le mot en lui-même veut tout dire.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=8oSIq5mxhv8


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique