• Pourquoi notre cerveau aime-t-il les fake news ? 

    « Mais d'où vient cette impression qu'aujourd'hui, alors que l'information n'a jamais été aussi riche, abondante, décodée, nous ne sommes jamais d'accord sur rien ? Il suffit de se balader quelques minutes sur les réseaux sociaux pour comprendre que, face à une même image, une même déclaration, les interprétations se révèlent multiples. Les biais de confirmation nous poussent à privilégier les informations qui nous satisfont. Nos invités vont expliquer comment ils analysent la poussée des désormais célèbres « fake news », appuyant leurs propos sur leur expérience et les dernières avancées dans le domaine des neurosciences. »

     

    https://www.youtube.com/watch?v=adCob8jVV2g

    Pin It

    2 commentaires
  • J'habite dans une grosse dame | Caroline Idoux | TEDxNouméa

    Isabelle Desrochers

    « Êtes-vous certains que les obèses sont gros uniquement parce qu’ils mangent trop ? La sleeve n’est pas l’opération miracle que l’on veut nous faire avaler. Caroline Idoux démonte ici les clichés et les idées reçues sur l’obésité et nous offre à aborder l’obésité dans la société d’un autre point de vue : celui des gros. Journaliste et écrivaine, Caroline IDOUX s’attache depuis quelques années à apporter un autre regard sur les personnes en surpoids. Passionnée de littérature et de communication, elle aborde avec beaucoup de facilités et franc-parler toutes les facettes de l’obésité. »

    Un exposé fait avec lucidité, rigueur et sans aucune concession destinée à ouvrir les yeux à tous les grossophobes.

    Ils sont nombreux pour ne pas dire tous à avoir tout essayer pour perdre du poids avec plus ou moins de succès et l’effet yoyo est connu de tous.  Désespérés, ou fortement aiguillés par les médecins, certains se sont tournés vers la Sleev’ cette opération qui consiste à enlever la majeure partie de l’estomac. C’est un peu comme si on coupait la main à un fumeur pour l’empêcher de fumer. Un état des lieux de la sleev a été fait en France.  Après 4 ans la perte de poids moyenne pour une personne de 140 kg, la perte n’était que de 28 kg. Au bout de 8 ans, la sleev est un échec pour une personne sur 2. Si la perte de poids est réversible, la perte de l’estomac, elle, est définitive. Les dépressions, tentatives de suicide sont fréquentes chez les opérés. Pour beaucoup l’alcool a remplacé la nourriture.

    La sleev a été mise au point pour les obésités morbides ou les obésités importantes couplées à un diabète. Avec le temps elle a été proposée à des personnes en surpoids pour l’esthétique. La sleev est devenue une chirurgie esthétique.

    Alors stop avec les idées préconçues et acceptons les personnes pour ce qu'elles sont, tout simplement. 

     

    https://www.youtube.com/watch?v=LZznHRr9ebY

    Pin It

    2 commentaires
  • Noam Chomsky - Fabriquer des consommateurs

     

    Panem et circenses (du pain et des jeux du cirques) disait-on dans la Rome antique. L’expression évolue un tant soit peu mais le but est le même. Aujourd’hui nous dirions : de la publicité et de la consommation.

    En effet dans la Rome antique comme dans la société moderne, le seul objectif est de contenter la population par la nourriture et le divertissement hier et par le besoin créé et par l’envie. Le but de tout cela est de détourner l’esprit de la population d'enjeux permettant aux pouvoirs en place de diriger le destin de la vie individuelle et collective.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=QXiZ6_ixyjg&fbclid=IwAR0WNxTgFt9BeC_Z403D9e76fjVOtknmJ8khfY1ipter8GNvjphfG35zgjs 

    Pin It

    3 commentaires
  • Memento Mori (Axolot)

    En cette veille de la fête des défunts, voici une approche de la mort à travers des rites particuliers et d’histoires mystérieuses.

    Dans le village médiéval de St Bonnet le Château dans la Loire détient un secret qui se cache sous son église, la Collégiale. Il s’agit du caveau démoniaque. Les corps y sont momifiés et conservés parfaitement. La datation du Carbone 14 permet de dire que ces corps datent du XVIIè siècle mais personne ne sait qui ils sont et pourquoi ils sont là.

    A Madagascar, une coutume funéraire, le famadihana, ou retournement des morts, consiste à déterrer les morts, à les envelopper cérémonieusement dans des tissus blancs et à les promener en dansant autour de la tombe avant de les enterrer à nouveau avant de recommencer 7 ans plus tard. Car pour que l’âme des morts rejoignent le monde des ancêtres, il faut une corruption complète des corps.

    En Indonésie, les torajas ont aussi un rite funéraire particulier, le ma nene. Tous les ans au mois d’août, les torajas déterrent leurs défunts, les lavent, les coiffent, les habillent puis les promènent pour montrer que les défunts font toujours partis de leur vie.

    Les enfants décédés chez les torajas sont placés au sein d’un tronc d’arbre qui l’engloutira dans sa croissance.

    D’autres rites sont explorés par Patrick Baud qui nous les explique. La mort fait partie intégrante de la vie. Les défunts ne sont pas oubliés par les vivants, ce n’est pas parce qu’ils ne sont plus devant nos yeux, qu’ils n’existent plus pour les proches. Les rites funéraires sont une façon de faire encore partager nos vies à ceux qui nous ont quittés.

    Certains cimetières eux aussi, font part de rites particuliers.

     

    Attention aux personnes sensibles, certaines images peuvent être difficiles à voir.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=WZhocuqlSr0

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Film-documentaire sur les étapes qui mènent “du racisme au génocide”

     

     

    Fruit d’un long travail du Conseil scientifique pluridisciplinaire et internationale de la Fondation du Camp des Milles, ce film documentaire donne des clés pour comprendre le basculement de sociétés, développées ou non, parfois démocratiques, vers l’acte génocidaire.

     

    Outil essentiel d’éducation citoyenne et de formation, le film présente les mécanismes individuels, collectifs et institutionnels qui peuvent conduire au pire mais souligne également les résistances toujours possibles à chaque étape du processus…

                                                   par Philippe Poisson

    Des mécanismes toujours d’actualités. Rien ne change.  Hier les arabes, aujourd’hui les migrants… c’est un sempiternel recommencement destiné à trouver un bouc émissaire, à le charger de tout ce qui ne va pas pour se donner la légitimité de les assassiner. Juifs, Tutsis, Arméniens, et combien d’autres peuples hais ont subi un génocide.  Quant à la suprématie d’une « race », c’est un non-sens. Ces mécanismes sont toujours les mêmes, à la fois individuels, collectifs et institutionnels. Réveillons-nous ! Il est possible de résister pour s’opposer au processus et y faire obstacle. C’est de notre devoir, c’est de notre responsabilité. 

    « Attention il est si tôt trop tard pour réagir. Chacun peut réagir, chacun peut résister, chacun à sa manière. »

     

    https://www.youtube.com/watch?v=3IiMo4Fs7O0

     

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique