• Méditation pascale de  Jean Vanier

     

    Jésus meurt

    parce qu'il aime. Il aime ses disciples mais aussi ceux qui sont en train de le tuer. Il aime follement l'humanité toute entière. Il sait qu'en allant jusqu'au bout du don de lui-même, il va donner la vie.

    La mort de Jésus est paradoxalement féconde. Jésus n'a pas choisi de mourir, il a choisi d'aimer et c'est cet amour est total, absolu, sans retour, qui l'a mené à la mort.

     

    Je crois

    que nous ne pouvons pas regarder le vendredi Saint en oubliant le jeudi Saint. Le jeudi, lors de la Cène, Jésus prend du pain et dit : "Ceci est mon corps, mangez-en tous." Déjà s'exprime le désir d'habiter à l'intérieur de nous, de rejoindre notre vulnérabilité. Puis il se met à genoux et lave les pieds de ses disciples. Ce n'est qu'à la lumière de ces deux gestes de don que nous pouvons comprendre la mort en croix du vendredi. Le don de l'amour précède la mort.

     

    Et finalement, l'amour

    est plus fort que la mort. C'est le mystère du matin de Pâques. Jésus ne ressuscite pas pour lui-même mais pour nous. Il veut nous entrainer dans la résurrection. Et pas seulement la résurrection des corps à la fin des temps, mais une résurrection progressive, comme une lente et patiente maturation dans notre vie quotidienne.

     

    Nous avons à comprendre

    que Jésus nous invite à être des hommes et des femmes transformés. Nous avons à laisser la semence de la grâce pousser en nous pour que notre regard, notre intelligence, notre imagination, notre corps, notre affectivité soient transformés. Nous avons, peu à peu, à apprendre à regarder les autres comme Dieu les regarde.

     

    C'est cela la foi.

    La plupart du temps nous regardons les autres à partir de nos blessures, de nos fragilités, de nos peurs. Notre résurrection est une transformation très lente où l'Esprit saint, progressivement, transforme notre intelligence, notre coeur pour que nous devenions pleinement des filles et des fils de Dieu.

     

    Jean Vanier, fondateur de l'Arche, communautés de vie avec des personnes handicapées.

    Texte repris du site La Croix - Croire

     

    Joyeuses Pâques à tous

     

     

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    O nuit plus claire que le jour !

    O nuit plus lumineuse que le soleil !

    O nuit plus blanche que la neige,

    plus brillante que nos torches,

    plus douce que le paradis !

     

    O nuit qui ne connais pas de ténèbres,

    tu éloignes tout sommeil

    et nous fait veiller avec les anges.

    O nuit, frayeur des démons,

    nuit pascale que l'on attend toute l'année.

     

    Nuit des noces pour l'Eglise

    qui donnes naissance aux nouveaux baptisés

    et dépouilles le démon enseveli dans le sommeil.

    Nuit où l'héritier introduit

    les héritiers dans l'héritage.

    Source : http://users.skynet.be/prier/textes/PR0562.HTM

     

    Nuit Pascale de Saint Astère d'Amasée

    Pin It

    3 commentaires
  •  

    Il n’écrase personne

    Ni par son intelligence,

    Ni par son ambition,

    Ni par sa foi si pure.

    Il écoute avec respect,

    Il révèle ce qui est admirable en chacun.

     

    Il ne s’érige pas en chef incontesté

    Devant lequel toute volonté est déposée,

    Il éveille la liberté,

    Il encourage les décisions.

     

    Il ne se met pas en avant, il prend sa place avec les autres.

    Il ne dresse pas le poing, il tend les mains.

    Il ne donne pas de conseils, il montre l’exemple.

    Il ne hurle pas pour forcer le respect,

    Il adresse la parole.

    Il n’impose pas un chemin unique,

    Il indique une direction.

     

    Il ne lance aucune croisade pour défendre Dieu

    Ou la religion ou la morale,

    Il sème sans prendre de repos,

    Avec patience et dans la discrétion,

    Car il connaît l’irrésistible puissance enfouie dans la graine.

     

    Il n’utilise pas les coups

    Qu’ils soient mauvais ou qu’ils soient bas,

    Pour implanter la vérité,

    Il allume la lumière dans la conscience.

     

    Il ne recourt pas à la violence

    Pour arriver aux fins justes,

    Il se bat avec l’énergie des mots,

    Avec le don de sa vie,

    Avec la totalité de son temps,

    Avec la passion absolue de l’amour.

     

    Il est faible, dites-vous ?

    c’est lui, pourtant qui fait tomber les murailles.

    c’est lui, pourtant qui fait poser d’autres fondements.

     

    Et dans la faiblesse

    Il grandira, il réussira,

    Il montera puisqu’il prend le même chemin étroit

    Que le Seigneur de la Croix !

     

                                                                                     Charles Singer

    Source : https://notredamedes3vallees.be/tag/meditation-du-jeudi-saint-faiblesse/

     

    Méditation en ce Vendredi Saint : « Faiblesse » de Charles Singer

    Pin It

    2 commentaires
  • Le dernier repas de Jésus, la Cène

     

    Le jeudi Saint nous célébrons le dernier repas de Jésus : la Cène. Cette nuit où il instaura l'eucharistie, cette nuit où il lava les pieds à ses disciples, cette nuit où il fut livré.

    Cet extrait est tiré du film Jésus de Nazareth de Franco Zeffirelli.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=R6Bgt-u06bA

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Méditation du Jeudi Saint - Où est-il ton Dieu ?

     

    Où est-il ton Dieu ?

    Le voici, il s’est levé de table, il a pris un linge, un bassin.

    Il a pris de l’eau.

    Peut-être ses disciples ont-ils cru qu’il allait une fois encore changer l’eau en vin !

    Il s’est agenouillé devant ses disciples, doucement, humblement, de peur de les effaroucher !

    Il a versé l’eau dans le bassin, et s’est mis à leur laver les pieds.

     

    Il est là sans mot.

    Il sait la douceur de ce geste. Marie vient de lui offrir ce service, il y a quelques jours seulement, à Béthanie.

    Il a appris d’elle la beauté du geste, la délicatesse du toucher.

     

    Où est-il ton Dieu ?

    Là, baisse les yeux, regarde, à hauteur du pauvre, du petit !

    Là, à genoux devant toi, mendiant ton accueil.

     

    Oui, ton Dieu a retroussé ses manches, et s’est mis au service.

    Il n’a pas choisi, il ne s’est pas dit : « Celui-là il est avare, un jour il va me vendre. Celui-là, c’est un lâche. Celui-là, cinq contre un qu’il me laissera tomber ! Alors, je passe leur tour ! »

     

    A tous, il a lavé les pieds, simplement, tout bonnement, avec la tendresse de son cœur pour seul parfum.

     

    Il est là à tes pieds.

    Il mendie ton accueil. Qu’as-tu à lui donner ?

    Il voudrait l’espace de ton cœur,

    Il voudrait le creux de ta vie,

    Il voudrait verser sur tes plaies, l’eau de son amour,

     

    Il voudrait te partager son pain, et son vin!

     

    Il voudrait te confier sa vie !

     

    Thérèse Marie DUPAGNE, Moniale et Prieure Bénédictine

    Monastère Notre Dame d’Hurtebise (Ardennes Belges)

    Source : http://esperance-cib.over-blog.com/article-ou-est-il-ton-dieu-102899564.html

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique