• esoteric-taijitu-yin-yang1-150x150

    Tout d’abord, je tiens à dire que cet article n’est qu’une vulgarisation simpliste du sujet, une mise en bouche pour tous ceux qui seraient attirés par cette vision orientale du vivant, du monde. Plus qu’une vision, c’est un art de vivre, une manière de voir la vie d’une façon complètement différente mais ouvrant des perspectives immenses dans notre quotidien, dans notre relation à nous-mêmes et à l’environnement.  Ni philosophie, ni religion, il s’agit avant tout de vivre en harmonie tout en ayant pleinement conscience des forces qui nous environnent, de nos propres forces et de les faire interagir pour notre bien-être et notre santé.

     

    C’est aux alentours des IV /IIIème siècle avant. J-C qu’est apparu le concept du Yin et du Yang dans la philosophie chinoise avec Lao-Tseu (http://pestoune.kazeo.com/lao-tseu-et-le-tao-te-king,a6678720.html). Les lois du Yin et du Yang s’appliquent absolument à tout sur cette terre, à tout ce qui est corporel, à tout ce qui est esprit et tous les domaines sont également concernés, de la religion, philosophie à la médecine, la politique et bien sûr notre quotidien. C’est l’alternance des contraires. Il y a toujours du yin dans le yang et du yang dans le yin.

     

    yinyang.tournant

     

    C’est quoi le Yin et le Yang ?

    L’être humain est situé entre deux pôles : la terre sous ses pieds et le ciel au-dessus de sa tête. Ses deux pôles, entre lesquels sont situés les êtres humains mais aussi tout ce qui vit, ont des caractéristiques complètement différentes. 

    En observant, les anciens se sont aperçus que l'être humain portait en lui ses deux caractéristiques :

    -      Le Yin représente le côté sombre, ombragé d’une colline. Ses caractéristiques sont le froid, le féminin, la Terre, la Lune, l’intérieur, l’obscur, le passif, le repos.

    -      Le Yang représente le côté ensoleillé de la colline avec la lumière. Ses caractéristiques sont le Soleil, le masculin, le chaud, l’actif, l’extérieur.

    Ces deux composants sont inséparables.  La journée (Yang) ne peut être sans la nuit (Yin), la terre sans le ciel ; de même dans toutes les espèces vivantes, le masculin ne peut être sans le féminin. Avec ses exemples, on remarque qu’il n’existe pas de Yang pur ou de Yin pur. Ils agissent toujours en complémentarité, en mouvement, en transformation ; tout comme l’homme, la nature, la vie ; l’expire qui suit l’inspire et vice et versa, la nuit se transforme en jour, la vie et la mort.

    Il s’agit donc de deux forces à la fois opposées, complémentaires et dépendantes l’une de l’autre. Mais en aucun cas, elles ne sont une énergie, ni même une substance quelconque. Le yin et le yang, ces deux forces complémentaires en éternel changement, maintiennent l’harmonie du monde.

     

     

    yinyang.tournant

    Yin, Yang et santé

    La théorie du Yin et du Yang est la base de la culture chinoise et de la médecine chinoise.

    Lorsque le yin et le yang sont en équilibre, c'est l'harmonie et à l'inverse lorsqu'ils sont en déséquilibre, il y a désharmonie.

    Or dans le corps humain c'est pareil. Lorsque le yin et le yang du corps sont en équilibre, le corps se porte bien et à l'inverse le déséquilibre donne la maladie.

    En médecine chinoise il est avéré que tout déséquilibre de Yin et de Yang va avoir une incidence sur le corps humain. Il est important de veiller à garder cet équilibre pour harmoniser le corps et l’esprit.

    En continuant leurs observations, les anciens ont déduit qu'à l'instar des fleuves et rivières qui s'écoulent sur la terre, nous avions nous aussi nos fleuves et rivières circulatoires dans lesquels s'écoulent les flux vitaux.

    Les fleuves quantifiables, tangible, yin sont les vaisseaux sanguins. Les fleuves non quantifiables, non tangible, yang sont plus subtils. C'est de là que nait la théorie des méridiens dont on se sert en acupuncture, c'est à dire une cartographique de fleuve subtil dans lesquels coulent les flux vitaux sur lesquels on pourra agir pour rétablir l'état de santé. Les "cartographies" les plus anciennes datent de 2500 à 3000 ans. D'abord ont été cartographié des flux en rapport avec des organes au nombre de dix plus deux méridiens moins concrets ce qui donne les douze méridiens de base :

    1) méridien du poumon (yin)

    2) méridien du gros intestin (yang)

    3) méridien de l'estomac (yang)

    4) méridien de la rate/pancréas (yin)

    5) méridien du coeur (yin)

    6) méridien de l'intestin grêle (yang)

    7) méridien de la vessie (yang)

    8) méridien du rein (yin)

    9) méridien du maître coeur (yin)

    10) méridien du triple foyer (yang)

    11) méridien de la vésicule biliaire (yang)

    12) méridien du foie (yin)

     

    On peut constater qu'à chaque méridien le yin ou le yang sont associés formant un couple en harmonie ; une dualité devenant unité, équilibre entre ces deux forces antagonistes. Dans l’univers rien n’existe sans son contraire : le chaud et le froid, le jour et la nuit, le masculin et le féminin, le haut et le bas, le vide et le plein comme nous l’avons vu précédemment…

    Le principe d’alternance et de complémentarité Yin/Yang est très important en médecine traditionnelle chinoise, car c’est grâce à lui que le praticien étudie la maladie et peut traiter son patient.

      (inspiré par une conférence de Michel Odoul)

     

    10984624_505182972964106_8545283489643400807_n
     

     

    Le Tao

    « Il y avait quelque chose d'indéterminé avant la naissance de l'univers. Ce quelque chose est muet et vide. Il est indépendant et inaltérable. Il circule partout sans se lasser jamais. Ne connaissant pas son nom, je le dénomme "Tao". » Lao Tseu

    On ne peut pas parler du Yin et du Yang sans parler du Tao. Le Tao est le principe de vie, d'origine de l'univers, l’essence de toute chose, de toute existence. Le Tao contre le ciel, porte la terre. Le Tao s’écoule à travers toutes choses. Cette force est l’origine du monde, elle engendre et organise l’harmonie de l’univers et de la vie sur Terre. C’est pourquoi la voie du Tao nous invite à respecter la nature, à cultiver la vie. Pour s’harmoniser avec le Tao, il faut s’harmoniser avec la nature et pour cela, il faut se libérer de notre mental. C’est donc le Tao qui engendre le Yin et le Yang.

    Les Arts énergétiques inspirés du Tao (taï chi, qi gong, méditations, feng shui…) favorisent la libre circulation du Chi dans notre corps. Ainsi les blocages disparaissent, l’esprit s’apaise, l’être rayonne. Et c’est ainsi que vous prendrez soin de votre santé !

    La Voie du Tao est acquise par le non-agir soit ne pas dépenser d’énergie inutilement et ne pas se laisser envahir par des désirs encombrants. La pensée est intuitive et sa meilleure expression est la méditation. Dans  la méditation, le non effort, le non but est au centre du Tao.

    Sans connaitre l’alternance yin-yang et le mouvement du Qi, il est impossible de pratiquer le Tao.

    Mais définir le Tao est réducteur ; il ne s’analyse pas, ne s’apprend pas, il se vit : "le Tao que L'on nomme n'est pas le Tao"

    qigong

     

     

    Le Chi ou Qi

    Après le Tao, le yin-yang, il reste à parler du Qi. La théorie du yin-yang découle du Qi et en est le prolongement direct. On peut dire que le Qi représente l’énergie présente en chaque vie mais aussi autour de la vie même. Une force invisible mais vitale qui circule partout aussi bien en nous qu’autour de nous. Mais là comme pour le Tao, essayer de le définir est forcément réducteur.

    Le concept date de plusieurs millénaires.  Dans un ouvrage datant de près de 800 ans avant JC, le Qi était utilisé pour expliquer les tremblements de terre.

    En bref nous pouvons dire que le Qi englobe tout, relie les êtres, les choses entre eux, circule en nous, véhicule l’énergie en rendant interdépendant notre corps et notre esprit.

    Le Qi est le souffle qui permet d’entretenir la vie de l’homme. Le corps humain est un mélange de Qui universel (Yang), de Qi terrestre (Yin) et de Qi originel (hérité de nos parents).

    Le fait de prendre conscience de notre corps, de comprendre ce qu’il se passe en nous, d’être présent à ce qu’on fait, ce qu’on vit, comme nous l’apprenons par la qi gong par exemple, nous permet de nous sentir en harmonie en laissant circuler le Qi  en nous et autour de nous en toute conscience.

     

    yin-yang

     

     

    Je souhaite avoir attisé votre curiosité afin que vous ayez envie d’en savoir davantage et peut être de chercher la voie pour un mieux-être.

     

    Et voici un reportage intitulé : « la voie du Tao » diffusé sur ARTE qui pourra vous en apprendre un peu plus.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=SogolRUl5A8

    Pin It

    votre commentaire
  • baptemesourceflickrnorm9e1a3

     

    url Ce dimanche, pour notre famille, est un grand jour, celui du baptême de ma  petite fille. Un jour de joie, de partage, d’espérance. Mon article du jour sera un peu particulier pour moi.

    Il y a 29 ans, c'est un autre bébé que nous tenions dans nos bras et que nous présentions à Dieu. Aujourd'hui c'est elle et son époux qui font la démarche de demander le baptême pour leur fille, comme ils l'avaient déjà fait pour l'aînée. Nous, grands parents, avons le bonheur d'être présents lors de ce moment si important dans la vie chrétienne. Mais nous espérons accompagner nos petits enfants encore un bout de chemin dans la vie et les voir grandir dans la sagesse, l'espérance, l'amour, la joie entourées de tous ceux qui les aiment.

    Bon dimanche à tous.

     

    Évangile selon saint Matthieu (28, 18-20)

    Jésus ressuscité adressa ces paroles aux apôtres : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

     

     

    coloriagechandeleur

     

    https://www.youtube.com/watch?v=FzM57rtGGro

     

    Baptme

    Baptême : La petite espérance

    de Charles Péguy

     

    Tout ce que l’on fait, on le fait pour les enfants.

    Et ce sont les enfants qui font tout faire.

    Tout ce que l’on fait.

    Comme si ils nous prenaient par la main.

    Ainsi tout ce que l’on fait, tout ce que tout le monde

    fait, on le fait pour la petite espérance.

     

    Tout ce qu’il y a de petit

    est tout ce qu’il y a de plus beau et de plus grand.

    Tout ce qu’il y a de neuf

    est tout ce qu’il y a de plus beau et de grand.

    Et le baptême est le sacrement des petits.

    Et le baptême est le sacrement le plus neuf.

    Et le baptême est le sentiment qui commence.

    Tout ce qui commence a une vertu

    qui ne se retrouve jamais plus

    Une force, une nouveauté, une fraîcheur comme l’aube .

    Une jeunesse, une ardeur.

    Un élan.

    Une naïveté.

    Une naissance qui ne se trouve jamais plus.

    Le premier jour est le plus beau jour.

    Le premier jour est peut-être le seul beau jour.

    Et le baptême est le sacrement du premier jour .

    Et le baptême est tout ce qu’il y a de beau et de grand .

    S’il n’y avait pas le sacrifice.

    Et la consommation du corps de Notre Seigneur.

     

    Il y a dans ce qui commence une source,

    une race qui ne revient pas.

    Un départ, une enfance que l’on ne retrouve,

    qui ne se retrouve jamais plus.

    Or la petite espérance

    Est celle qui toujours commence.

     

     

    Extrait ’’Le Porche du Mystère de la deuxième vertu’’ de C.Peguy 

     

    baptême bb
     

    https://www.youtube.com/watch?v=jGyxi52sSRc

     

     

    Tiens ma lampe allumée, la flamme est si fragile,

    Ce soir je viens mendier ton pain, ton eau, ton huile.

    Tiens ma lampe allumée jusqu’à ton domicile,

    Toi seul, peut me guider.

     

    1.- Allume dans mon cœur quelque chose de vrai,

    Quelque chose de Toi, que rien ne puisse éteindre,

    Ni l’échec, ni la peur, ni le poids des années

    Et que puisse mon pas chercher à te rejoindre.

     

    2.- Allume dans mes yeux quelque chose de pur,

    Quelque chose de Toi que rien ne puisse éteindre,

    Ni le poids du présent, ni l’avenir peu sûr,

    Et que dans mon regard ta clarté vienne poindre.

     

    3.- Allume dans mes mains quelque chose de doux,

    Quelque chose de Toi que rien ne puisse éteindre

    De petit, de discret, de brûlant, d’un peu fou,

    Et que puissent mes bras savoir encore étreindre.

     

    4.- Allume dans ma vie quelque chose de beau,

    Quelque chose de Toi que rien ne puisse éteindre,

    Avec un goût d’amour et des rêves nouveaux,

    Que puisse mon chemin parvenir à t’atteindre.

     

    Jean-Claude Gianada

     

    baptême ours
    Pin It

    2 commentaires
  • lyvonne-beauvais_jeune


    C’est en 1901 que naquit Yvonne Beauvais dans une famille bourgeoise. Sa grand-mère prend l’habitude de lui lire régulièrement la vie de Ste Thérèse de Lisieux. Et la vie de la petite sainte marque fortement la jeune Yvonne.

    Deux jours après sa petite communion à l’âge de 9 ans elle écrit de son sang un “Pacte d’amour” avec le “Petit Jésus”, en des termes surprenants pour une enfant de cet âge, et qui sera, sans qu’elle s’en doute alors, le programme de toute sa vie : "Je veux sauver beaucoup d’âmes, et T’aimer plus que tout le monde. Je te supplie de me faire devenir Sainte, une très grande Sainte - une martyre. Mais je veux surtout Ta Volonté! TA PETITE YVONNE". Un pacte qu’elle vivra intimement jusqu’à la fin de ses jours. 

    A l’âge de 13 ans, elle fait déjà le vœu d’entrer dans la congrégation des  Filles de Jésus de Kermaria où elle est pensionnaire. Mais lors d’une atteinte de fièvre paratyphoïde, elle vient en convalescence dans la clinique des Sœurs Augustines de la Miséricorde à Malestroit (Morbihan). Et c’est là qu’elle vit sa première crise mystique.

    Elle entre en religion parmi les sœurs augustines de Malestroit. Ses talents d’organisatrice sont très vite reconnus et elle réforme toute la communauté dont elle deviendra la mère supérieure ; une très grande réforme avec le projet de créer une Fédération des Augustines hospitalières de la miséricorde de Jésus malgré les objections des autorités ecclésiastiques. En même temps elle mène à bien la création d’une clinique moderne.
    Pendant la seconde guerre mondiale, elle se comporte comme une héroïne. Outre le fait qu’elle soigne à tour de bras tous les blessés et les malades, y compris les allemands, qui se présentent, elle cache soldats, alliés, résistants. Elle a eu la préscience de son arrestation. Durant sa détention, Yvonne-Aimée subit des tortures et pourtant apparaît à plusieurs reprises dans la communauté démontrant ainsi des dons d’ubiquité dont ont témoigné de nombreuses personnes.  Elle finit par être libérée et malgré l’occupation de sa clinique par les allemands, elle continue d’y héberger les soldats et les résistants. Elle recevra d’ailleurs la croix de guerre pour ces actes de bravoure, puis peu de temps après la légion d’honneur des mains même du général De Gaulle.
    Elle mourut à l’âge de 49 ans très affaiblie par la maladie, percluse de douleurs. Sa vie s’est déroulée dans la plus grande simplicité, humilité dans un abandon total à Dieu. La pratique de la charité, le travail bien fait ont été son quotidien. Grande malade, elle a été suractive jusqu’au bout et bien qu’accablée de douleurs, de responsabilité, elle ne s’est jamais repliée sur elle-même. Au contraire elle a fait le don de sa personne jusqu’au bout pour la plus grande gloire de Dieu, au service du « Roi Jésus » et des plus pauvres.
    Qu’elle fut une stigmatisé, qu’elle eut le don de bilocation, qu’elle eut fait des prédictions,  est-ce si important ? Le plus important n’est-il pas de prendre pour exemple son ouverture au monde, sa modernité, chemin pour l’Eglise du troisième millénaire ?  De s’inspirer de son don de soi, de l’amour qu’elle portait au monde, de son abandon total à l’amour et à la volonté divine ? Pour moi, c’est là que l’on voit les chemins vers la sainteté. C’est à son charisme et à son rayonnement qu’il faut se fier.

     

    MreyvonnedcoredelalgiondhonneurparlegnralDeGaulle

    Sources :

    http://www.augustines-malestroit.com/Yvonne_Beauvais.php

    http://voiemystique.free.fr/yvonne_aimee_de_maslestroit.htm

     

    Le père Labutte, témoin, nous parle de Mère Yvonne-Aimée de Malestroit.

    https://www.youtube.com/watch?v=N-Jfg-_IJjc


     

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,1-9.

    Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.

    Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

    Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.

    Ils couraient tous les deux ensembles, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.

    En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.

    Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat,

    ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.

    C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.

    Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

    https://www.youtube.com/watch?v=Kf4rXQVOXOU

     

    Joyeuses fêtes de pâques
    Pin It

    1 commentaire
  • feu_pascal

     

    VOICI LA NUIT

     

    Voici la nuit, l'immense nuit des origines

    Et rien n'existe hormis l'Amour, Hormis l'Amour qui se dessine

    En séparant le sable et l'eau, Dieu préparait comme un berceau

    La terre où il viendrait au jour (bis)

     

    Voici la nuit, l'heureuse nuit de Palestine

    Et rien n'existe hormis l'enfant, hormis l'enfant de vie divine

    En prenant chair de notre chair, Dieu transformait  tous nos déserts

    En terre d'immortels printemps (bis)

     

    Voici la nuit, l'étrange nuit sur la colline

    Et rien n'existe hormis le corps, hormis le corps criblé d'épines

    En devenant un crucifié, Dieu fécondait comme un verger

    La terre où le plantait la mort (bis)

     

    Voici la nuit, la sainte nuit qui s'illumine

    Et rien n'existe hormis Jésus, hormis Jésus où tout culmine

    En s'arrachant à nos tombeaux, Dieu conduisait au jour nouveau

    La terre où il était vaincu (bis)

     

    Voici la nuit, la longue nuit où l'on chemine

    Et rien n'existe hormis ce lieu, hormis ce lieu d'espoirs en ruines

    En s'arrêtant dans nos maisons, Dieu préparait comme un buisson

    La terre où tomberait le feu (bis)

     

    https://www.youtube.com/watch?v=b2og96CZvpA

     

    Cette nuit est une nuit d’attente.

    Elle est longue cette nuit. Christ est mort, tout espoir semble perdu. Il fait noir dans les esprits et dans les cœurs. Les disciples sont vacillants, en deuil. Pour tous, c’est le grand silence, l’anéantissement, les ténèbres.

    Et pourtant, il nous l’avait promis : en 3 jours je reconstruirai le temple. Alors nous sommes dans l’attente. Il nous l'a promis, il reviendra nous porter, il  reviendra. Cette nuit de veille est une nuit de confiance, une nuit d’attente pleine d’espérance, une nuit de purification.

    Et demain, ô demain… oui demain sera un jour de joie.

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique