• Madeleine Peyroux – Smile

     

    Souris

    Souris bien que ton cœur [te] fasse mal

    Souris même s’il se brise

    Quand il y aura des nuages dans le ciel

    Tu t’en sortiras

     

    Si tu souris

    À travers ta peur et ton chagrin

    Souris et peut-être que demain

    Tu verras le soleil venir briller pour toi

     

    Illumine ton visage de joie

    Cache toute trace de tristesse

    Même s’il se peut qu’une larme soit toujours toute proche

     

    C’est à ce moment-là

    Que tu dois continuer à essayer

    Souris, à quoi bon pleurer ?

    Tu verras que la vie vaut encore la peine

     

    Juste en souriant

     

    traduction faite par Joutsenpoika

     

    https://www.youtube.com/watch?v=CEmuEOXnXH0

     

    Madeleine Peyroux – Smile

    Pin It

    4 commentaires
  • Kalune - Le mal de Terre

     

    "J'ai le mal de l'homme, de l'air et même celui de l'eau, en somme

    je crois que je sens battre le coeur de l'autre

    j'ai le peuple qui pleure, mais son chagrin sonne faux

    et j'ai peur quand je vois que chacun suit les ordres

    j'ai le mal des ruches, et j'ai l'écorce qui saigne

    je me sens livré à moi-même comme un enfant des rues

    j'ai le silence qui hurle et me revient en écho

    dans une forêt qui brûle, sous un ciel sans oiseau

    j'ai l'optimisme malade, et j'ai l'humour acide

    Gros caillou dans la poitrine incapable de battre

    j'ai le cartable lourd de ses leçons racistes

    plus un vrai manque d'amour et un moral en plâtre

    j'ai les feuilles qui tremblent, j'ai le sol qui s'écroule

    je me planque dans la foule avec la peur au ventre

    j'ai le regard qui doute, et le temps qui s'écoule

    Mon rafiot dans la houle et moi qui jette l'encre...

     

    J'ai le mal de Terre, comme un vague à l’âme

    Tous dans la même galère et va falloir qu'on rame

    J'ai le vent contraire, l'espoir qui prend l'eau

    mais je m'accroche à mon radeau

    J'ai le mal de Terre, conscient de ma présence,

    Sur petite planète qui souffre en silence

    Un homme ordinaire, ou simple matelot

    je vois couler mon bateau

     

    J'ai le mal de l'herbe, j'ai les pluies assassines

    j'ai les rivières qui sèchent et le terreau stérile

    misère, drogue, sexe, particules fines, frérot

    je t'envoie des bons baisers de Paris /

    là-bas l'Afrique se consume, toujours aussi docile

    ici nos lampes s'allument aux énergies fossiles

    j'ai la monnaie qui triche, mais le secret bancaire

    la jungle qui se défriche à coups de bulldozers /

    j'ai les décharges d'Europe, et les fleuves noirs de Chine

    un passé goût pétrole, un avenir couleur schiste

    J'ai le syndrome de narcisse, mais le reflet fragile

    j'ai le miroir qui ment et je crois ce qu'il me dit /

    J'ai le vivant qui meure sans savoir se défendre

    j'ai les cendres d'un monde que je voudrais meilleur

    j'ai l'histoire qui se répète, à croire que ça fait vendre

    Nos coeurs dans la tempête et moi qui jette l'encre

     

    J'ai le mal de Terre, comme un vague à l’âme

    Tous dans la même galère et va falloir qu'on rame

    J'ai le vent contraire, l'espoir qui prend l'eau

    mais je m'accroche à mon radeau

    J'ai le mal de Terre, conscient de ma présence,

    Sur petite planète qui souffre en silence

    Un homme ordinaire, ou simple matelot

    je vois couler mon bateau

     

    j'ai les drapeaux en berne, le futur qui s'inquiète

    j'ai les courbes qui s'inversent et les combats qui se perdent

    j'ai les regrets qui germent, et l'envie d'en faire plus

    de faire mieux, forcément, mais surtout de faire juste /

    j'ai la révolte fébrile, étouffée à la racine

    la dictature qui se maquille en démocratie

    J'ai les visages qui se cachent à l'avant du cortège

    les CRS qui chargent, l'Etat qui les protège /

    j'ai des photos sexistes couchées sur papier glace

    la phobie des emballages et des grandes surfaces

    j'ai les poubelles qui débordent, un océan de plastique

    et les vents qui nous escortent vers la pensée unique /

    J'ai le berger trop seul, et depuis la genèse

    j'ai le troupeau qui se dirige tout droit vers la falaise

    le Maître est malheureux, ses élèves sont des cancres

    Moi je suis parmi eux, alors, je jette l'encre

     

    J'ai le mal de Terre, comme un vague à l’âme

    Tous dans la même galère et va falloir qu'on rame

    J'ai le vent contraire, l'espoir qui prend l'eau

    mais je m'accroche à mon radeau

    J'ai le mal de Terre, conscient de ma présence,

    Sur petite planète qui souffre en silence

    Un homme ordinaire, ou simple matelot

    je vois couler mon bateau..."

     

    https://www.youtube.com/watch?v=VaLLbhdgqxo

    Pin It

    4 commentaires
  • L’incroyable Victor Borge

     

    Victor Borge était un musicien et un comédien américano-danois que l’on avait surnommé le Prince-clown du Danemark.

    Il nous a donné une autre image de la musique dans ces spectacles burlesques. Il aura fait rire des millions de personnes dans ces récitals de piano-comique.

    La rapsodie hongroise de Franz Liszt

    https://www.youtube.com/watch?v=VbcOMEEhggE

     

    Un air qui me tient particulièrement à cœur, le plus connu des Csárdás, celui de Vittorio Monti.

    https://www.youtube.com/watch?v=cYhxmqpEPEw

     

    un méli-mélo tête-bêche

    https://www.youtube.com/watch?v=dKeqaDSjy98

     

    Avec la cantatrice Marilyn Mulvey

    https://www.youtube.com/watch?v=E3QejAk4exw

    Pin It

    2 commentaires
  • Jean François Dutertre ‎– L'épinette Des Vosges


    Ex du groupe Mélusine, Jean François nous offre un album sympa sur fond d'épinette des Vosges.

    L’épinette des Vosges est un instrument à cordes pincées de la famille des cithares. C’est une cithare à bourdons, qui est composée généralement de 5 cordes, 2 cordes mélodiques appelées chanterelles et de 3 autres cordes appelées bourdons. On la trouve dans les Vosges méridionales autour du Val d’Ajol, Plombières et Fougerolles depuis le début du XVIIIe siècle.

    C’est l’instrument type des groupes folkloriques. 

    Pour en savoir plus : http://epinette.des.vosges.free.fr/

     

    https://www.youtube.com/watch?v=CxEOeyukNKA&t=56s

    Pin It

    2 commentaires
  • Molly Malone

     

    Cette balade irlandaise évoquée dans le roman d’Yves Viollier est devenue l’hymne populaire de Dublin qui a même dressé une statue de Molly Malone sur Grafton Street. Molly n’a jamais existé mais elle est devenue un symbole et il n’est pas un pub où aujourd’hui encore on n’entonne la chanson.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=q9Deeh9n-VI

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique