• Séverine VIALON – Entre Père et Fils

     

    Lorsque Marie revient dans ce Cameroun qu’elle a dû quitter jeune brutalement et avec déchirement, elle se fait une joie de retrouver celui qui est son amour d’enfance Willie et dont le souvenir l’a aidé à vivre le tourment de sa vie en France loin de l’Afrique.

    Mais les années ont passé. Willie est marié, père et bientôt grand-père. Prisonnière d’un sentiment venant de si loin, elle est enchaînée à cet homme et c’est comme un tourbillon pour elle. Et pourtant dans son entourage, il y a la promesse d’un avenir heureux. Mais pour avancer, il lui faudra guérir de ce lien étroit. Ce n’est qu’à ce prix qu’elle pourra laisser entrer l’amour et la vie dans son cœur.

    Une jolie histoire de retrouvailles avec un pays qui a marqué aussi l’auteure. On sent qu’il y a une grande part de l’émoi personnel de Séverine. Elle le dit d’ailleurs en préface.

    J’ai beaucoup aimé ce roman qui se lit aisément. J’y ai trouvé beaucoup de sérénité, d’émotions.

     

    Séverine est une auteure indépendante qui s’autoédite. Vous pourrez trouver Entre Père et Fils, ainsi que son dernier roman La clé du bonheur et ses autres titres sur son site : http://www.sevylivres.fr/boutique/

    N’hésitez pas à lui rendre une petite visite.

    Pin It

    2 commentaires
  • Zimmerman Jean – Le maître des orphelins

     

    Nous nous trouvons en 1663 au cœur de la communauté hollandaise à Nouvelle-Amsterdam, futur New York mais nous n’en sommes pas là. Le Maître des orphelins a en charge tous les enfants sans parents et se porte garant de leur sécurité, leur bien être en les plaçant dans une bonne famille. L’une de ses anciennes pupilles Blandine est devenue une habile commerçante, libre et indépendante, en bon terme autant avec la communauté africaine bénéficiant d’une semi-liberté qu’avec la communauté indienne. Antony un géant noir, la suit comme une ombre pour la protéger. Kitane un trappeur indien la fournit en peaux diverses.

    Et pourtant rien d’idyllique dans tout ça, de nombreux indiens vouent une haine à l’homme blanc et les attaques ne sont pas rares. Mais un autre ennemi rôde autour de la communauté : l’Anglais. En effet le port de Nouvelle-Amsterdam excite les convoitises.

    En même temps Edward Drummont, un espion anglais arrive à  Nouvelle Amsterdam sous la couverture d’un marchand de céréales. Il est chargé par le roi Charles II de retrouver trois juges régicides ayant signé l’arrêt de mort de son père. De plus il est chargé d’évaluer les forces de Nouvelle-Amsterdam en vue d’une invasion.

    Mais au sein de la colonie hollandaise de mystérieuses disparitions d’orphelins ont lieu. Des rumeurs, des peurs se réveillent. On pense au Witika un démon cannibale et lorsqu’on retrouve des restes d’enfants dévorés, la certitude se fait.

    Edward et Blandine vont enquêter ensemble pour retrouver ce mystérieux tueur d’enfant.

    Un roman historique bien documenté pimenté d’une enquête policière. J’ai bien aimé même s’il n’y a pas d’intrigue à proprement parler car nous devinons rapidement l’identité du coupable. Je me suis attachée aux personnages qui ont un caractère bien trempée.

    Pin It

    2 commentaires
  • Didier Van Cauwelaert – La maison des lumières

     

    Jérémie Rex, ancienne vedette enfant, se retrouve seul à Venise pour un voyage qu’il a gagné. Il espérait faire ce voyage avec l’amour de sa vie Candice, mais celle-ci ne l’a pas suivi. Il ne se remet pas de cette rupture. Il décide d’aller voir au musée Guggenheim le tableau préféré de son amour : L’Empire des Lumières de René Magritte. Alors qu’il se trouve devant cette œuvre, le temps semble se suspendre pour lui et il est tout surpris lorsqu’on vient lui dire qu’il est l’heure de la fermeture. Au moment de s’en aller, il lui semble que la lumière d’une des fenêtres du tableau s’éteint. Aucune explication ne peut être trouvée au phénomène. Il revient le lendemain et se trouve happé par la toile. Il est à l’intérieur du tableau, à l’intérieur de la maison et il est accueilli par une jeune femme prénommé Martha. Celle-ci l’amène à Candice, à la Candice qui l’a aimé, à la Candice d’avant.

    Lorsque Jérémie revient à lui, il est sur une civière. Que lui est-il arrivé ? On évoque une NDE mais il n’y croit pas. Tout ça a un rapport avec Candice. D’abord, il faut retrouver qui est Martha. Il finit par découvrir qu’elle a été une proche de Magritte, elle a disparu alors qu’elle était en partance pour Auschwitz.

    Une drôle d’enquête commence pour notre héros qui va le mener dans des situations étranges.

    Un peu longuet pour commencer, on finit par entrer dans le livre au bout d’un moment. Un roman étrange qui se laisse lire sans déplaisir mais qui ne laissera pas un souvenir inoubliable.

    Pin It

    votre commentaire
  • Bernard Werber - Le rire du Cyclope

     

    Darius Wozniak, le cyclope est un clown adulé par tous, élu personnalité préférée des Français. Un soir après une représentation, il s’enferme dans sa loge. Soudain on entend un long éclat de rire, suivi d’une chute. Darius est mort d’une crise cardiaque dans sa 43ème année.

    Lucrèce Nemrod jeune journaliste scientifique du « guetteur moderne » sent que cette mort n’est pas claire. Elle décide d’enquêter et appelle à l’aide le complice d’une enquête antérieure : Isidore Katzenberg.

    Les deux vont remonter pour retrouver la source du rire. Une étrange confrérie recensant les blagues, des duels de blagues avec la mort du perdant, des menaces sourdes, d’autres morts suspectes, une boite mystérieuse avec à l’intérieur un message qui ferait mourir de rire qui le lira, émaillent le récit ponctué de blagues diverses.

    J’aime beaucoup Werber mais pour le coup, je n’ai pas adhéré au roman. L’intrigue est  si longue qu’on se perd dans le dédale des pages et cette succession de blagues connues citées ne fait qu’accentuer l’ennui. Désolée mais je n’ai vraiment pas aimé. Ce qui ne m’empêchera pas de lire encore cet auteur de talent.

    Pin It

    2 commentaires
  • Jean-Marie Périer  -  Enfant gâté

     

    La biographie de Jean-Marie Périer, photographe notamment pour Paris Match, co-créateur de Salut les copains, ami de star, réalisateur aussi bien pour le cinéma que pour la télévision… Il est le fils du comédien François Périer mais à l’âge de 16 ans il découvre qu’il a un autre père, biologique Henri Salvador. Cette double paternité est un peu complexe à gérer.

    Une vie pleine avec pourtant un regret, celui d’avoir pris la décision d’arrêter le piano. La musique qu’il aime tant, il la vivra dorénavant au travers des stars qu’il fréquente et photographie. Mais il gardera à jamais le sentiment d’avoir rater le coche.

    Un livre pas désagréable à lire mais sans doute plus réservé à ceux qui s’intéresse aux peoples.

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique