• 47 Molière Illustrations - Getty Images

     

    A l'occasion de la célébration des 400 ans de Molière, Kery James a créé et interprète un texte admirable autour du misanthrope. C'est fabuleux avec en plus une diction parfaite, c'est du grand art. Un artiste à écouter, à suivre, il a un talent fou 

     

    https://www.youtube.com/watch?v=yEVZ26eF4k4

    Pin It

    4 commentaires
  •  

    J’ai rêvé cette nuit que je grimpais les marches

    du superbe escalier qui mène au paradis

    j’étais devenu vieux. Vieux comme un patriarche

    et j’allais près du Père où je serais assis.

     

    Marchant d’un pied léger je regardais la Cie

    Comme j’en approchais j’avais un peu trop chaud

    oui mais je me disais : là-haut j’aurai la clime

    le Divin Créateur doit avoir ce qu’il faut

     

    Non je ne craignais pas que Dieu ferme sa porte

    mais j’avais un peu peur d’avoir à supporter

    l’armée de tas de gens qu’il faut bien qu’on supporte

    je vous parle de ceux qui m’ont beaucoup fait chier

     

    Un ange me poussa tout près de Dieu-le-Père

    et je fus rassuré lorsque je fus admis

    Je ne vis ni curé ni flic ni militaire

    pas la moindre soutane ni le moindre képi

     

    Ni rabbin ni pasteur ni mollah ni derviche

    Pas de politicard en train de décider

    que le Bon Dieu devait lécher le cul des riches

    surveiller les amants et punir les pédés

     

    Quand au Grand Manitou je déclarai ma flemme

    pour m’avoir épargné cet inquiétant souci

    Dieu me dit : Mon petit, ces gens-là n’ont pas d’âme

    Et tu ne risques pas d’en découvrir ici.

     

    Guy Thomas

    extrait du recueil « Chevrotines et Folies douces »

     

    Un ciel de rêve de Guy ThomasUn ciel de rêve de Guy ThomasUn ciel de rêve de Guy Thomas

    Pin It

    6 commentaires
  • Petit moustique (méfie-toi du papier tue-mouche) Guy Thomas

     

    Le fond de l’air est érotique

    C’est le printemps petit moustique

    Tu vas voler sortant de l’œuf

    comme un petit avion tout neuf

    Tu peux pour étrenner tes ailes

    Sauter d’la menthe à l’asphodèle

    étant donné ton épaisseur

    toi tu ne crains rien des chasseurs !

     

    Pourtant si rien ne t’effarouche

    méfie-toi du papier tue-mouches !

     

    J’m’adresse à toi qui viens de naître

    voilà ce que tu dois connaître

    Tu peux voler de fleur en fleur

    comme un joli porte-bonheur

    Va de la rose à l’azalée

    en contournant les araignées

    mais prends soin d’éviter les phlox

    si tu crains l’odeur du Fly-tox !

     

    Ouvre ton nez quand ton œil louche

    fais bien gaffe au papier tue-mouches !

     

    L’amour en ses buissons t’accueille

    enivre-toi du chèvrefeuille

    va faire un tour sur le plateau

    envole-toi toujours plus haut

    Tu trouveras des fleurs offertes

    sans D.D.T. sur l’Aiguill’ Verte

    mais ne vois pas d’un œil fripon

    l’edelweiss au papier crépon

     

    Ne fais jamais le bouche à bouche

    à la fleur en papier tue-mouches !

     

    Guy Thomas

    extrait du recueil « Chevrotines et Folies douces »

     

    moustique GIF - Télécharger & Partager sur PHONEKY

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires
  • Petit chat  - Guy Thomas

     

    Mon petit chat de gouttière

    toi qu'as déjà tout compris

    qui connais la souricière

    où parfois les chats sont pris

    Je te vois dans ta chatière

    je t'entends miauler la nuit

    La nuit tous les chats sont frères

    La nuit tous les chats sont gris ! 

     

    Petit chat

    Petit chat 

    t'es pas d'la race angora 

     

    Je te vois quand tu grelottes

    tu crains l'eau froide et puis tu

    en as vraiment plein les bottes

    d'être tout seul et tout nu ! 

    T'as pourtant rien des marmottes

    mais chez Monsieur Lustrucru

    on t'fait bouffer des carottes

    de la rave et du chou cru ! 

     

    Ce n'est pas

    ce n'est pas

    de la bouillie pour les chats ! 

     

    Petit chat je te devine

    t'es pas l'matou des bourgeois

    le gros chat qui s'enquiquine

    dans le velours et la soie

    T'es pas le chat qui tapine

    qui fait ronron pour du foie

    Tu veux pas t'app'ler Mimine

    t'es pas le chat siamois

     

    Petit chat

    petit chat

    j'aime ton joli minois ! 

     

    Je t'aime mon chat sauvage

    je connais tout par ta voix

    ton mépris de l'esclavage

    de leur amour à la noix ! 

    T'es le plus beau du village 

    pour toi j'ai le coeur qui bat

    Il me prend l'idée volage 

    de donner ma langue au chat ! 

     

    Petit chat 

    petit chat 

    oui je t'attends sur le toit !

     

    Guy Thomas

    extrait de "Chevrotines et Folies douces"

     

     

    Petit chat  - Guy Thomas

    Pin It

    6 commentaires
  • Noël de Roland Bouhéret (extrait de Invocations)

     

    Obscurité de l’an pour un nouveau solstice

    Caverne des saisons où se fige l’espoir

     

    Le jour s’abrège au vif du gel

    Et s’entr’ouvre à nouveau la grange de mémoire

    Où se blottit l’enfance aux prévisibles caches

     

    Laisse un dernier soleil de fête sur la neige

    Distiller ce très vieux parfum d’orange

    Une fois l’an dans notre cœur

     

    Noëls anciens à cœurs tendus

    Noëls d’enfants à mains ouvertes

    Combien d’années perdues nous faut-il prendre en compte

    Combien de galaxies ont roulé sur notre âge

    Où tant d’étoiles gaspillées

    Gisent comme de fausses perles ?

     

    A voir la paille morte et flétrie dans la crèche

    Asile froid du cœur à présent délaissé

    Litière désertée de fausse transhumance

     

    Nous faut-il vaincre l’âcre odeur

    Des étables à l’abandon

    Où l’on savait trouver le lait de la tendresse

    Avec le pain austère du savoir

     

    Sous les voies lactées de pacotille et les clinquants

    Dérisoire clarté des villes

    A l’envers d’autres nuits affolées par les flammes

     

    Au moins qu’il nous en reste toujours quelque chose

    D’avoir su mendier le soleil

    Aux premiers gestes de l’enfance

     

    La mandarine à pleine paume

    la noisette et la noix du pauvre

    Les présents rares de l’an neuf

     

    Dans le tapage des banquets prévus

    Pour la célébration des conquêtes spatiales

    Parmi les masques de la fête

    Où viennent grimacer nos ivresses gloire

     

    Que vive en nous de fière écorce

    De neige dure pour la ronce et le mensonge

    De gel à fendre le rocher d’orgueil

     

    Mais de premier printemps si doux

    pour les flammèches des crocus

    Et la caresse de l’accueil

    Le berger que nous fûmes à l’ombre des bêtes

    L’enfant seul aux ruses candides

    Avec son cœur trop gros pour la montée du soir

     

    Que veille en nous de fine écorce

    A la frontière de son rêve

    Le pâtre aux yeux ardents pour le feu des brindilles

    Très loin dans le brouillard sur les Grands-Communaux.

     

    Noël de Roland Bouhéret (extrait de Invocations)

     

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique