• La philosophie du Bio

    La philosophie du Bio

     

    La philosophie du bio est de revenir aux pratiques plus saines, celles d’avant l’ère chimique   sans pesticides, sans antibiotiques, dans le respect de la biodiversité, avec le respect du bien-être animal et en privilégiant le circuit court. Bref c’est un retour à la nature dans le respect de la terre et des animaux, un art de vivre.

    Comme nous pouvons voir dans ce court documentaire, c’était déjà une direction qu’ont prise certains paysans dès la fin des années 60.  Ces visionnaires n’ont pas été suivi tant la folie du chimique semblait faciliter la vie paysanne au détriment du bon sens et sur le long terme de la santé aussi bien des producteurs que des consommateurs.

    Puis les géants de la grande distribution ont flairé le filon et se sont lancés dans le biologique industriel dit low cost. Les conditions de vie et de travail des ouvriers agricoles du biologique industriel sont précaires et honteuses. Ils ne savent même pas s’ils travaillent du bio ou du conventionnel. Ils sont exploités, et c’est de l’esclavage.

    Dans le bio industriel, si les aliments de base sont « bio », les aliments transformés eux, ont les mêmes additifs chimiques et conservateurs que les aliments non bio.

    La philosophie du bio c’est aussi de travailler du producteur au consommateur sans intermédiaire. Celui qui achète au producteur, sait comment sont cultivés les légumes et fruits, comment sont élevés les animaux qu’il achète.

    Mais plus encore, le bio c’est sauvegarder la biodiversité.  Stop avec les semences F1 formatées et stériles et retrouvons la variété innombrable des semences anciennes donnant des plants plus forts, des légumes plus riches en vitamines et oligo-éléments. Une fois encore, je ne saurais terminer ce petit article sans vous exhorter à vous tourner vers les producteurs locaux. Privilégiez les circuits courts.

     

     https://www.youtube.com/watch?v=WKGxtcFzRaI

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Juin à 07:48
    Avoir un jardin est la solution.
    JP
      • Mardi 13 Juin à 09:59

        Quand on le peut mais ce n'est pas toujours le cas. Il reste les producteurs locaux, les AMAP... De toute façon on gagne à faire travailler les gens de nos régions.

    2
    Mardi 13 Juin à 08:06
    Séverine

    J'y pense souvent, si les agriculteurs vendaient directement aux gens... ça ne se fait pas trop par chez moi.

      • Mardi 13 Juin à 09:58

        C'est ce que je croyais aussi et j'ai découvert au début du printemps qu'il y a un maraîcher bio à 6 km de chez moi et qui produit depuis 15 ans. Lol !  Et j'ai découvert chez lui un merveilleux boulanger qui fait du vrai pain à l'ancienne avec du blé d'époque. Du coup double miam :)

    3
    cesarion
    Dimanche 18 Juin à 09:27

    dommage que le bio soit un luxe ( trop cher dans certains magasins exemple biocoop le camembert au lait cru à 4,50€ ou les œufs à 3 € les 6 ??? )

      • Dimanche 18 Juin à 09:45

        Contrairement à ce que pensent les gens qui doutent du bio, le cahier des charges des producteurs bio est très lourds. De nombreux contrôles ont lieu avec des prélèvements et le tout facturé aux producteurs. Forcément ça se répercute sur le prix de vente. Il faut bien que ces gens gagnent leur vie. Car il faut payer dans notre monde pour être propre et ne pas polluer. Et non, ce ne sont pas les pollueurs qui payent dans notre monde.

        Mais selon la loi de l'offre et de la demande, plus il y aura de clients et plus les prix pourront baisser.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :