• La terre du vieil homme

     

    La terre du vieil homme

     

    Zé Luís, à 81 ans, arrive aux termes d'une vie bien remplie, qu'il a menée dans la lignée de celle de ses aïeux. Dans cette campagne perdue du nord-est du Portugal, le travail et la vie ont toujours été les mêmes.
    Rien ne le prédisposait au désarroi qu'il connaît aujourd'hui. En effet ses enfants ne vont pas prendre le relais, ils sont tous partis. Et il a beau se répéter que l'émigration fut une bonne chose pour ceux qui sont partis et ceux qui sont restés, il se sent tout de même bien seul, abandonné.
    C'est pourquoi il nous délivre une part de sa mémoire, celle qui a trait à sa région. Il confronte son mode de vie, de travail, ses traditions et ses inquiétudes à ce monde moderne qui s'installe autour de lui. Ses enfants restent attachés à cette culture mais ils ne sont plus, en quelque sorte, de ce pays.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=7g0KSPqgD1s

     

    « HISTOIRE ET METAL (feat. plein de barbus)Le conte du petit renardeau qui avait bien entendu ce qui était resté dans le silence »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Avril à 08:23

    Je vais revenir ce soir visualiser ta vidéo

    Par avance merci Brigitte 

    2
    Lundi 4 Avril à 09:24
    J'ai retrouvé dans ces images la campagne que j'avais découverte lors de mon premier séjour au Portugal en 1981. Beaucoup de travaux à la main,des personnes âgées vivant une vie très simple mais des rencontres très riches de partage,accueillantes et généreuses. J'en garde de très beaux souvenirs. Belle journée Brigitte
    3
    Lundi 4 Avril à 09:48

    J'ai regardé "en diagonale"... cela m'évoque la famille de ma belle-soeur au Portugal (presque tous les enfants habitent en France, au Luxembourg ou en Suisse car la vie était trop dure là-bas).

    Pareil dans la famille de mon gendre à Madère... les enfants sont tous en France et les parents de mon gendre habitent aussi en France maintenant... la vie est toujours très dure au Portugal et à Madère pour ceux qui n'ont jamais vécu à "l'étranger"....

    Très bonne journée et gros bisous.

    4
    Lundi 4 Avril à 15:22

    bonjour brigitte,

     pénible et rude devait être la vie de ces personnes certains sont venus s'intaller avec leurs enfants et d'autre sy sont refusé belle journée  gros bisous monette

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :