• Les plantes sauvages dans la marmite

     

     

    De plus en plus de personnes s’intéressent aux plantes sauvages comestibles. Il y a la pléthore de végétaux qui se mangent en salade (pissenlit, cardamine hirsute…) au risque d’attraper l’échinococcose mais il y a aussi des sauvages qui se cuisinent et c’est de certaines d’entre elles dont je vais vous parler. La liste des plantes qui se cuisinent est loin d’être exhaustives. Je ne vous partage que celle que je connais.

     

     

    La première et la plus connue : l’ortie (Urtica Dioica) .

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

     

    L’ortie est la plante phare de la santé naturelle. Tout se mange chez elle : racine, feuilles, graines. C’est une véritable source de bienfaits. Riche en protéine, en flavonoïde, elle est un véritable concentré en vitamines (A, C et minéraux (calcium, potassium, silice, fer…). Quant à ses propriétés médicinales, elles sont énormes : diurétique, dépurative, antirhumatismale, anti-inflammatoire, antalgique, antimicrobienne, antiulcéreuse, antianémique, hépatoprotectrice, antioxydante, hypoglycémiante, antiallergique, immunostimulante, hypotensive, tonique, galactogène. Alors ne nous en privons pas de nous faire du bien. A savoir qu’elle est la plus riche au moins d’avril.

     

     Velouté d’orties

     

    Ingrédients :

    • 500 g de pousses d’orties
    • 3 belles pommes de terre (type bintje ou charlotte)
    • 1 oignon
    • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
    • 1 litre d’eau
    • 15 cl de crème fraîche épaisse
    • Sel et poivre.

    Cueillez, lavez et hachez grossièrement les orties avec des gants.

    Faites blondir un oignon haché dans votre cuillère à soupe d’huile d’olive, y rajouter les pommes de terre coupées en dés, puis les orties. Faites revenir un peu et mouillez avec l’eau. Salez, poivrez et laissez cuire une vingtaine de minutes environ.

    Mixez le potage, et servez avec de la crème fraiche.

     

     

    Soupe Sauvage à l’ail des Ours & pousses d’Orties

     

    Un délice dont j’ai trouvé la recette chez http://www.loulougourmet.com/recettes/soupe-sauvage-a-l-ail-des-ours-et.html

     

    Ingrédients

    - 300 g d’ail des Ours

    - 300 g de pousses d’orties

    - 4 pommes de terre de taille moyenne

    - Poivre Noir fraichement moulu

    - Fleur de sel

         Faire tremper l’ail des Ours et les pousses d’orties dans de l’eau froide vinaigrée.

        Eplucher, nettoyer les pommes de terre. Les découper grossièrement.

        Faire bouillir les pommes de terre, départ eau froide

        Une fois les pommes de terre presque cuitent, ajouter l’ail des Ours et les orties et laisser cuire pendant 2 minutes

        Mixer jusqu’à l’obtention d’une belle texture

        Assaisonner selon souhait avec de la fleur de sel et du poivre noir fraichement moulu

     

     

     

    Ail des ours (Allium ursinum)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

     

    A la recette précédente se rajoute un autre ingrédient délicieux et intéressant pour la santé : l’ail des ours. Très connus des celtes et des germains, il a de nombreuses vertus médicinales : dépuratif, hypotenseur, antiseptique, il est utilisé dans le traitement des pathologies cardiovasculaires, des diarrhées, ou contre les vers intestinaux… C’est la plante la plus riche en vitamine C sous notre latitude.

     

     

     

    Le lierre terrestre (Glechoma hederacea)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

     

    En cas de rhume, de bronchite et même de coqueluche, son action permet de dégager les voies respiratoires et apaiser une toux grasse. Il traite aussi l'arthrose et les rhumatismes. (source Doctissimo)

     

     

    Gratin slave au lierre terrestre

     

    Source de la recette : http://la.cuisine-sauvage.org/

     

    Ingrédients

    • 3 poignées de lierre terrestre,
    • 2 poignées d’orties,
    • 6 œufs, 3O g de pain,
    • 1 verre de lait,
    • 6OO gr de viande à ragoût,
    • carottes,
    • oignons, serpolet, laurier,

    Faites mijoter votre viande pendant 1 heure au moins (veau, bœuf ou porc selon votre goût) dans un bouillon de légumes constitué de carottes, oignons, thym, laurier et assaisonnement. Egouttez le tout et mettez dans le vol du mixeur. Ajoutez les œufs entiers, le pain trempé dans le lait ainsi que les herbes : 3 poignées de sommités fleuries de lierre terrestre et 2 bonnes poignées de jeunes pousses d’orties… Mixez le tout finement, versez dans un plat à gratin huilé et faites cuire à four chaud (thermostat 8) pendant 3O minutes.

    Le lierre terrestre apporte beaucoup de Fraîcheur à ce  gratin qui peut être accompagné d’un coulis de tomates et de pommes de terre vapeur, ou plus simplement d’une salade verte, enrichie de quelques fleurs fraîches de lierre terrestre qui renforceront la saveur des légumes.

     

     

     

     

    Le pissenlit (Taraxacum officinale)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

     

        Stimule et apaise le foie : le pissenlit est utile contre les problèmes de foie, contre l'engorgement du foie et les soucis de vésicule biliaire.

        Vertus dépuratives : agit en cas de constipation, de digestion difficile, d'excès de cholestérol ou même en cas d'inappétence.

        Prévient les problèmes rénaux : insuffisance urinaire ou hépatique, troubles biliaires. (doctissimo)

     

    Quiche aux pissenlits

     

    Ingrédients

    • pâte brisée
    • 200 g de pissenlits
    • 3 gousses d’ail
    • 150 g de lardons fumés en dés
    • 1 brique de crème liquide (250 g)
    • 2 œufs
    • Sel et poivre

    Etalez la pâte brisée dans un tôle à tarte. Préchauffez le four à 180°.

    Faites suer les lardons. Dès qu’ils sont fondus, rajoutez l’ail finement haché, les pissenlits grossièrement coupés en morceau et laissez cuire un peu en gardant les pissenlits croquants. Mettre le tout sur la pâte à tarte. Préparez l’amalgame en fouettant œufs, crème et assaisonnement, versez le tout dans la tôle et mettez au four pour environ 40 mn.

     

     

    Gelée de pissenlit ou cramaillotte

     

    Ingrédients

    • 365 fleurs de pissenlits (que la fleur jaune) lavées et séchées
    • 2 oranges bio
    • 2 citrons bio
    • 1,5 l d’eau
    • 1 kg de sucre
    • Une gousse de vanille

    Mettez les fleurs dans une bassine à confiture avec l'eau, les oranges et les citrons lavés et coupés en rondelles.

    Faites cuire à petits bouillons pendant 1 heure en veillant à ce que toutes les fleurs baignent dans l'eau.

    Filtrez dans un linge propre et bien pressez pour obtenir un maximum de jus.

    Versez ce jus dans la bassine avec le sucre et la gousse de vanille fendue et portez la préparation à ébullition. A partir de ce moment, faites cuire 45 minutes.

    Vérifiez la prise de cette recette maison en faisant le test de l'assiette froide. Versez dans des pots tout chaud, fermez et retournez les pots immédiatement.

     

     

     

    Le plantain (plantago)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

    Plantain lancéolé

     

    Quelle que soit la variété du plantain, il est paré de multiples vertus pour notre santé. Anti-inflammatoire ; antitussif ; traitement des affections respiratoires, des inflammations des muqueuses et des inflammations cutanées, des plaies, des brûlures, des crevasses, des gerçures ; traitement des infections urinaires, des hémorroïdes et de la constipation. Le plantain traite l' ulcère gastro-duodénal et intervient également dans la consolidation des fractures. Son effet diurétique et circulatoire facilite l'élimination des toxines par l'organisme. (doctissimo)

     

    Marinière de plantain

     

    Ingrédients  :

    • deux grosses poignées (200 g) de jeunes feuilles de plantain (Plantago),
    • un oignon,
    • deux cuillères à soupe d'huile,
    • deux cuillères à soupe de farine,
    • un verre d'eau,
    • trois verres de vin rouge,
    • sel, poivre.
    • Couper en petits morceaux les feuilles et les ébouillanter dans de l’eau salée. Goûter pour juger de l’amertume (si les feuilles sont vieilles peut-être qu’il faudra les ébouillanter une deuxième fois).
    • Essorer les feuilles.
    • Dans une poêle faire revenir l’oignon avec une cuillerée d’huile.
    • Ajouter les herbes cuites et continuer la cuisson. Quand les herbes sont fondues, ajouter 2 verres de vin.
    • Laisser bouillir 5 minutes à feu doux.
    • Mélanger la farine avec une cuillerée d’huile. Chauffer jusqu’à ce que la préparation devienne rousse et sans arrêter de remuer, ajouter l’eau et le vin qui reste. Quand la sauce devient épaisse y verser les herbes cuites.
    • Saler, poivrer.

    Source : http://patrimoni.macarel.net/node/88

     

     

     

    La berce (heracleum sphondylium)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

     

    La berce est utilisée pour faciliter la digestion, comme diurétique, pour réguler le flux menstruel, contre l’hypertension, l’asthénie. La berce est un tonique qui fortifie et stimule.

    Attention à ne pas la confondre avec l’invasive berce du Caucase qui est géante et dont la tige est pourprée.

    Tout se mange dans la berce, feuilles, tiges, graines. Lorsqu’on écrase la graine, elle répand une odeur d’agrume et parfume agréablement une salade de fruits

    La tige s’épluche et peut se manger tel que en grignotage. Elle aide à passer la soif.

    La feuille se mange en gratin.

     

     

    Roulés de dorade à la berce

     

    Ingrédients :
    - 4 dorades moyennes

    - une vingtaine de jeunes pousses de berce

    - 20 cl de crème fluide

    - sel, poivre rose et huile d'olive

    - du riz

    Epluchez les tiges de la berce et coupez-les en tronçons de 5 cm de long. Faites-les blanchir avec les jeunes feuilles dans une casserole d'eau bouillante salée durant 5 minutes. Egouttez.

    Préchauffez votre four à 200°C. Retirez les quelques écailles que le poissonnier aurait pu laisser sur les filets de poisson. Otez les arrêtes.

    Roulez les 8 filets autour de 3 ou 4 tiges de berce, arrosez d'huile d'olive, ajoutez du sel et enfournez pendant 15 minutes, pas plus. Le poisson sera ainsi cuit à point.

    Pendant ce temps, faire cuire votre riz. Mixez les feuilles de berce cuites avec la crème fluide et versez-la dans une casserole. Faites chauffer lorsqu'il ne reste plus que 5 minutes de cuisson pour les dorades.

    Disposez le riz en timbales dans les assiettes, ajoutez les deux roulés de dorade par personne et nappez avec la crème de berce. Ajoutez ici et là du poivre rose concassé mais pas trop. Décorez aves des feuilles et des fleurs de berce et servez sans attendre.

    http://www.cuisine-campagne.com/index.php?post/2007/05/26/258-roules-de-dorade-a-la-berce

     

     

     

    Le chénopode (Chenopodium album)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

     

    « Mauvaise herbe » très envahissante il est un cousin de l’épinard et se cuisine de la même façon. La plante est assez grande et on peut observer sur le sommet de la plante une couche farineuse au revers des feuilles et au toucher on ressent une sensation d'humidité granuleuse en raison de petits poils ronds qui se détachent au moindre contact. Il est consommé depuis des millénaires. Sédatif et rafraîchissant, le chénopode est riche en protéines complètes, vitamine A, C et calcium. Il contient aussi de la vitamine B, du phosphore et du fer.

    Il se cuisine de la même façon que les épinards, les feuilles de blettes en gratin, simplement poêlées, en rizotto, dans des omelettes. Les feuilles se congèlent parfaitement après un rapide blanchiment.

     

     

     

    Les lamiers  (lamium)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

    Lamier blanc

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

    lamier pourpre

     

    Les lamiers ressemblent aux orties mais ne piquent pas et leurs fleurs sont regroupés à la base des feuilles. Il y a un nombre impressionnant de différents lamiers. Nous retiendrons le lamier pourpre, le lamier blanc.

    On leur reconnait différentes propriétés : Astringent, hémostatique, expectorant, diurétique, tonique, rafraîchissant, vulnéraire, antiviral, antioxydant.

    On les cuisine en soupe, en risotto. Prenez de préférence des plantes jeunes.

     

     

     

    La mauve (malva sylvestri)

     

    Les plantes sauvages dans la marmite

     

    http://raf-photos.blogspot.fr/2009/01/photo-de-fleur-de-mauve.html

     

    La mauve a de véritables vertus adoucissantes dues à sa richesse en mucilage. Elle est salutaire contre la toux, les affections respiratoires mais aussi dans les maladies inflammatoires des voies digestives et urinaires ainsi que pour ses propriétés laxatives douce.

    Les boutons de la fleur se confisent dans le vinaigre comme les câpres ;

    les feuilles se consomment en légumes, braisées, en gratin ou en soupe qui sera bien veloutée grâce au mucilage et bien sûr les fleurs en salade.

     

     

     

    Je vous conseille d’aller visiter les différentes sources présentées dans cet article, vous y trouverez plein d’autres recettes savoureuses à partir des plantes sauvages.

    Une page facebook à suivre pour trouver de délicieuses recettes de fleurs sauvages : https://www.facebook.com/La-cuisine-des-fleurs-de-Val-1448031268762526/?hc_ref=NEWSFEED

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 25 Avril à 07:00
    Séverine

    Eh bien, il y a de quoi faire !

    2
    Mardi 25 Avril à 09:27

    Ça l'air bon toute ces recettes !! et en plus c'est bon pour la santé. Bonne journée.

    3
    Mardi 25 Avril à 12:56

    Bonjour evasieja, je me suis permise de mettre votre commentaire hors ligne parce que votre adresse mail apparaissait au lieu d'un pseudo.

    Si toutefois cela ne vous dérange pas, dite-le moi et je rétablierai votre commentaire.

    Vous m'écriviez : "he oui il y a tant de bonne choses dans la nature   j ais toujours composer avec   "

    Et vous avez raison. Mais il ne faut pas faire n'importe quoi pour les débutants. Certaines plantes sont dangereuses pour l'homme alors si vous hésitez, demandez conseil.

    4
    Mardi 25 Avril à 12:57

    Sev et Renal, oui il y a de quoi faire et se régaler. La nature est une mine d'or mais comme je l'écrivais dans ma réponse précédente, ne cueillez que les plantes dont vous êtes sûres.

    5
    cesarion
    Mardi 25 Avril à 16:10

    au moins en cas de pénurie nous pourrons nous nourrir sainement, à pas cher et ludiquement ... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :