• Les larmes en Flammes - Alberto BLANCO

     

    Le feu est le même partout,

    Le coeur crépite, les vitres s'enflamment

    et une fleur de haine s'ouvre entre les hommes : 

    nuit verte, feuilles de fumée, et pétale de sang. 

     

    Le feu est le même dans chaque incendie..

    Se dresse l'arbre veillé par des gardiens

    de l'ordre à l'envers, du monde de tête : 

    l'arbre d'or noir et de fruits infernaux. 

     

    Ah le feu de toujours au centre de la place !

    La décision triviale et la fin d'une folie

    franchissant le pas vers une folie majeure : 

    une bêtise de plus protégée par les lois ! 

     

    Murs brûlés et taches de graisse,

    sirènes de la nuit profonde et asphyxiante : 

    bouches ouvertes hurlant à l'étoile d'os

    carbonisé dans la bouche du four. 

     

    Des milliers d'années et ce feu demeure vif...

    la blessure bourdonnant avec les mouches spectrales : 

    la fièvre flamboyante, les numéros dansant

    en silence avec des ombres grotesques de mascarade. 

     

    Horreur sans fin et le feu demeure le même...

    déchirant la tunique nocturne comme un éclair : 

    une entaille furieuse à qui cherche la vengeance,

    une piteuse prière aux lèvres d'un soldat. 

     

                  Alberto Blanco

                    (extrait de Feu nouveau) 

     

    Les larmes en Flammes - Alberto BLANCO

    « Comment se libérer de ses propres pensées | Ilios Kotsou | TEDxAgroParisTechThe Velvet Underground - Pale Blue Eyes »
    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Février à 06:56

    Un texte pas très "gai" et un peu "angoissant"... J'ai envie de plus de légèreté en ce moment....

    Très bonne journée et gros bisous

    2
    Mercredi 24 Février à 07:23

    Jolie poésie d'un auteur que je ne connais pas.

    Bon mercredi Brigitte.

    Christian

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :