• Laisse couler le sable entre tes doigts de Bernard Friot

     

    Laisse couler le sable entre tes doigts

    Surtout ne compte pas.

     

    Heures secondes années

    Qu’importe le calendrier

    Ma montre est grippée

    Le passé se conjugue au futur

    Et le présent recomposé

    Confond aujourd’hui et toujours.

     

    Invente si tu veux d’autres repères

    Trois fois par jour fêtons notre anniversaire

    Et vivons notre mort avant notre naissance.

     

    Surtout ne compte pas.

     

    Entre tout et rien il y a nous

    Infini du désir

    Et la joie saute la mesure.

    C’est décidé

    Pas de frontières à notre vie

    Vitesse illimitée jusqu’à l’immobilité.

     

    Et si ce n’est pas vrai

    Ça ne compte pas non

    Ça ne compte pas.

     

                       Bernard Friot  - La vie sexuelles des libellules et autres poèmes pas chiants.

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Novembre à 07:07
    Séverine

    Bon ben ne comptons pas alors !

    2
    Jeudi 16 Novembre à 08:46

    Un beau poème !!! Merci. Bonne journée.

    3
    Jeudi 16 Novembre à 10:03

    Sans compter, bonne journée les filles ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :