• Femmes SDF – Vivre dans la rue

    Femmes SDF – Vivre dans la rue

     

    En France, 40% des sans-abri sont des femmes soit 2 SDF sur 5. 7000 d’entre elles vivent à Paris. Elles sont de plus en plus nombreuses et pourtant personne ne les remarque.

    Être femme les rend plus vulnérables. Face aux agressions dont elles sont victimes, elles se cachent, se rendent le plus invisible possible. Elles se cachent où elles peuvent, squats, cages d’escalier, parking… Leur situation est précaire et dangereuse.

    Divorce, rupture, accident de la vie chacun a son histoire qui l’a mené dans la précarité.

    Pour beaucoup d’entre elles, pas d’aides, elles ne vivent que de la manche. Le système D permet de survivre. Et parfois l’aide de la drogue, de l’alcool, le tabac ou des médicaments, toutes ces dépendances pour un aléatoire et provisoire oubli.

    A force d’errer dans la rue sans but, dormir peu et mal, elles perdent la notion du temps.

    Pour un minimum d’hygiène, les bains municipaux. Pour des habits, les puces à Paris ou les associations.

    Reste aussi la peur de ne pas se faire dérober le peu qu’elles ont. Le moindre lieu d’accueil de jour permet de se reposer un moment au chaud sans avoir peur de se faire voler. Mais les lieux d’accueil pour les femmes de jour comme de nuit manquent cruellement.

    Puisse ce reportage vous faire regarder ces personnes d’un œil plus bienveillant.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=P8plIqJf1Fc

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 13 Février à 05:47
    Séverine

    Une bien triste réalité.

    2
    Mardi 13 Février à 07:55

    C'est vraiment lamentable de laisser des gens dormir dans la rue quand on pense a tout l'argent qui est dépensé pour des choses inutiles.Il serait plus utile pour aider ces gens.

    Bonne journée.

    Christian

    3
    Mardi 13 Février à 13:12
    jean Claude Divet

    C'est scandaleux de constater qu'au 21ème siècle il y ait autant de personnes qui vivent dehors pendant qu'une minorité amasse des richesses tant et plus. ça me révolte. Ils nous raquettent nous les petits retraités avec l'augmentation de la csg. Entre ma femme et moi c'est 30 euros par mois que nous ne toucherons plus. S'ils prenaient 500 euros par mois aux plus fortunés il n'y aurait plus personne dans les rues. 500 euros pour ces personnes correspond à 20 euros pour nous. Excuse moi Brigitte si je suis un peu hors sujet mais quand je vois ça je suis révolté car cela peut arriver du jour au lendemain à n'importe qui.

      • Mardi 13 Février à 16:40

        Ce n'est pas grave JC, je comprends et j'abonde dans ton sens.

        Hier se retrouvaient dans la rue des personnes ayant mal surmonté des difficultés, ayant perdu pied. Aujourd'hui se retrouvent dans la rue des gens qui économiquement ne peuvent plus se loger et ça c'est grave. Et plus grave encore certains d'entre eux ont un emploi. Un emploi pas assez payé, des loyers trop chers et pour eux aussi c'est au mieux la voiture, au pire la rue avec tous les dangers que ça comporte.

        Ce n'est pas admissible au XXI ème siècle. Nous vivons une ère de régression morale.

      • Mardi 13 Février à 18:21
        jean Claude Divet

        Il me semble que nous sommes retournés au au XVIIIème siècle. Quand on voit que certains dépensent 2 fois si ce n'est pas 3 fois le montant d'une petite retraite dans une seule soirée on a le droit d'être révolté. Ce sont des voyous. Et le plus fort c'est qu'ils n'ont pas honte de passer des émissions pour montrer ce que certains dépensent dans une soirée. Ce genre d'émission devrait être interdites par descence vis à vis des gens qui sont dans des situations alarmantes.

    4
    cesarion
    Mardi 13 Février à 19:29

    Et pendant ce temps nos élus se gavent de bonne foi et de foie tout court dans une complaisance honteuse d'auto-satisfaction d'avoir créé des logements sociaux ... c'est une plus juste répartition des gains qu'il faut appliquer et à tous niveaux, avant de mettre des pansements là où ça saigne !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :