• Rien ne peut remplacer la présence d’un être cher de Dietrich Bonhoeffer

     

    Rien ne peut remplacer la présence d’un être cher.

    Il est inutile d’essayer ;

    Il faut supporter et tenir bon.

    Cela parait très dur, et c’est pourtant aussi une grande consolation, car, puisque le vide n’est pas comblé, on reste lié par lui.

     

    Il est faux de dire que Dieu le comble.  Il le maintient au contraire, et nous aide ainsi à conserver notre ancienne communion, même si c’est douloureux.

    Ensuite, la séparation est plus dure dans la mesure où nos souvenirs sont plus beaux et plus riches.

     

    Mais la gratitude transforme le supplice du souvenir en une douce joie.

    On porte en soi la beauté du passé non comme une épine, mais comme un précieux cadeau.

     

    Qu’on se garde de fouiller dans ses souvenirs, de se livrer à eux.

    Un cadeau précieux est un trésor caché qu’on est certain de posséder, mais qu’on ne contemple qu’en de rares moments ; alors une joie et une force durables émanent du passé.

     

    Dietrich Bonhoeffer – Widerstand und Ergebung

     

    Rien ne peut remplacer la présence d’un être cher de Dietrich Bonhoeffer

    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 29 Novembre 2018 à 08:42
    Très beau, et tellement vraie. Bonne journée.
      • Jeudi 29 Novembre 2018 à 08:46

        J'essaye de trouver la motivation, la force dans de beaux textes. J'espère réussir à trouver la paix et la joie dans le souvenir. Pour le moment ce n'est pas tellement ça encore.  Merci Renal. Bonne journée à toi aussi

    2
    Jeudi 29 Novembre 2018 à 08:47

    Un texte très réaliste.

    Bonne journée Brigitte.

    Christian

    3
    Jeudi 29 Novembre 2018 à 11:17

    Bonjour ma Pestoune,

    Magnifique texte. Courage pour cette période difficile. Plein d'énormes bisous. Ely.

    4
    Pestoune
    Jeudi 29 Novembre 2018 à 11:58
    Merci Ely
    5
    Samedi 1er Décembre 2018 à 06:17
    Séverine

    Très beau texte, j'espère que tu commences à reprendre le dessus. Bises

      • Samedi 1er Décembre 2018 à 08:08

        C'est très fluctuant.  De toute façon, rien ne sera plus jamais pareil maintenant. Merci Sev

    6
    smara
    Jeudi 18 Avril à 15:13

    L'absence , une forme de vide , plein néanmoins , des émergences régulières .. un mot , un geste , une situation , une odeur ... Je pense que rien ne peut combler l'absence , c'est dans cet espace ouvert toujours que continue à pulser , à être autrement , celui qui est présent autrement .

      • Jeudi 18 Avril à 15:56

        Nous ne sommes jamais préparé à la façon dont nous vivrons l'absence. Contrairement à ce que j'ai dit à bien des familles, en toute bonne foi, le temps n'apaise pas.  On s'habitue à la douleur de l'absence, on est aux aguets du moindre signe que celui qui est parti, pourrait nous faire. Et ces signes lorsque nous avons le bonheur de les ressentir ou voir apporte un peu de réconfort. 

    7
    smara
    Jeudi 18 Avril à 18:05

    Oui , on le dit que le temps apaise et on le dit avec bienveillance . Mais quand on arpente l'absence , on se rend compte que c'est la vie qui bat et qui nous accapare , qui remplit des moments , pas le temps . Mais la douleur de l'absence reste vive quand on s'y reconnecte . 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :