• Pascal DESSAINT, Philippe MATSAS – Les voies perdues

    Pascal DESSAINT, Philippe MATSAS – Les voies perdues

     

    Un superbe album mêlant les clichés du photographe Philippe Matsas et les textes de l’écrivain Pascal Dessaint qui nous fait voyager au cœur des friches ferroviaires et industrielles.

     

    Pascal DESSAINT, Philippe MATSAS – Les voies perdues

     

    Qui mieux que Pascal Dessaint peut nous parler de leur livre.

    « Au fil des ans le paysage a changé résolument. De la plupart des activités anciennes, il ne reste plus que des traces. Le temps peine à les effacer sans la volonté des hommes. Malgré mon goût pour la vie sauvage, il n’y a rien qui m’émeut tant que les friches humaines – industrielles ou ferroviaires. Je relève la tête et guettent ces voies qui se perdent au hasard.  Des voies enfouies, muettes et sans issue. La nature les dissimule au printemps et nous les restitue en hiver. Ce serait dommage de cacher à jamais ces voies. Elles disent un monde disparu, racontent les existences des gens pour qui labeur rimait trop souvent avec malheur. Elles provoquent, c’est selon les moments consolant ou effrayant, le souvenir ou la mélancolie ».

     

    Pascal DESSAINT, Philippe MATSAS – Les voies perdues

    C’est vraiment un très beau livre à offrir ou à s’offrir.

     

    Pascal DESSAINT, Philippe MATSAS – Les voies perdues

     

    « Ces rails sont une allusion à la folie d’un monde perdu.

    Une espérance trahie. Un sentiment aléatoire, confus et douloureux.

    Des cicatrices à vif. La peine qui va son chemin ».

     

    « Il y a de la vie après l’abandon et l’oubli »

     

    Pascal DESSAINT, Philippe MATSAS – Les voies perdues

    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Novembre 2016 à 22:11
    Séverine

    Juste pour parler de ces vieux rails, tu connais l'utilisation qui en est faite dans certaines régions : le vélorail, j'ai testé, c'est génial.

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 06:35

        ça fonctionne sur le principe de la draisine ?

    2
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 07:27
    Séverine

    Je viens d'aller voir, ça a  l'air le même principe mais on pédalait au milieu pas sur les côtés.

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 12:44

        Sympa. Et  ça vaut le coup de restaurer les vieilles lignes abandonnées pour en faire quelque chose de ludique et sans danger car loin de la circulation routière.

    3
    Vendredi 25 Novembre 2016 à 12:04

    Joli partage

    JP

    Photo prise à Londres

      • Vendredi 25 Novembre 2016 à 12:45

        Cette maison avait un peu le style normand. Mais anglais et normand ont énormément de points commun.

    4
    Samedi 26 Novembre 2016 à 14:29

    Nous laissons donc des traces : que révèleront les nôtres? notre folie...ou notre course en avant? Comme vous, j'adore par contre la réappropriation des traces anciennes de manière ludique! joli clin d’œil! Bisous Ely et bon WE!...cool

      • Samedi 26 Novembre 2016 à 18:02

        Trop de traces, nous laissons bien trop de traces sur cette planète. Heureusement que la nature reprend toujours ses droits et qu'elle se réapproprie très vite les lieux que nous délaissons pour montrer sa luxuriance.

        bon week-end Marialis

    5
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 20:45
    lapinbleu2

    Ben là, que de souvenirs. Je suis entré à la sncf en 1973. Maintenant le chemin de fer n'a rien à voir avec l'actuel. J'ai la nostalgie de cette époque d'il y a plus de 40 ans. Merci pour ce partage qui me touche beaucoup. Bonne fin de dimanche Brigitte !!

      • Dimanche 27 Novembre 2016 à 21:07

        De nombreux anciens de la SNCF partagent ta nostalgie. Bonne fin de dimanche à toi aussi JC

    6
    Dimanche 27 Novembre 2016 à 21:39
    lapinbleu2

    A l'époque c'était une grande entreprise qui représentait la nation. C'est un vrai désastre maintenant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :