• Comprendre les origines du racisme

    gm_28474401
    Graciela Iturbide
     

    Le racisme est une idéologie unanimement condamnée et pourtant mondialement pratiquée, qui veut qu’il y ait plusieurs races humaines et que certaines seraient supérieures à d’autres. Au cours de l’Histoire du monde, ce sentiment est basé sur plusieurs théories qui aboutissent toutes à la même conclusion : le rejet puis la domination de l’autre.

    Au cours du XVIIIème – XIXème siècle, les théories raciales étaient issues de recherches d’anthropologues qui croyaient à une hiérarchisation au sein de l’espèce avec pour explication la possibilité qu’il y a eu plusieurs Adam et Eve simultanément donnant lieu à des groupes humanoïdes parallèles mais différents. C’est le siècle des mesures anthropologiques, une grande mode, telles que la couleur de la peau, la taille du crâne, l’angle facial… Et tout cela était enseigné jusqu’à très récemment dans  les écoles. Une théorie affirmait que le noir était le chaînon manquant entre le blanc et le singe. Sur ce postulat, il y a encore 100 ans à peine, on exhibait des personnes noires, des amérindiens comme des animaux de cirque en mettant même un écriteau proclamant qu’il ne fallait pas leur donner à manger. C’est le racisme biologique.

    Mais le racisme est aussi la conséquence d’une domination économique, religieuse et morale. Toutes les puissances européennes ont capté les ressources des pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique en prétendant que c’est le progrès et que les autochtones n’avaient pas la capacité de gérer les richesses de leur pays. Les japonais ont eu la même démarche. C’est le racisme colonial qui a ouvert la porte à l’esclavage. Dans le dictionnaire, noir était synonyme avec esclave. Le mythe de la modernité est né.

    Toutes les recherches paléontologiques depuis plus de 2 siècles le prouvent : homme africain ou homme européen nous avons tous la même origine. Biologiquement nous savons que le génome n’a pas de couleur.

    Nous avons atteint le summum de l’horreur avec la prétendue supériorité raciale aryenne. Avec eux, les races inférieures ne se contentaient plus d’être « prétendues différentes » racialement, en plus des juifs, noirs, tsiganes, il y avait les homosexuels, les handicapés, les malades, les faibles…

    Aujourd’hui le racisme prend un nouveau visage. Basé sur l’identité culturelle, il amène à un rejet de l’autre, à la peur du mélange, à des amalgames, des préjugés. Il est aussi le résultat d’une histoire compliquée non réglée comme la guerre d’Algérie ou l’apparteid par exemple, des humiliations subies et non reconnues avec une stigmatisation de certaines communautés. C’est le racisme sociologique.

    Le racisme n’est pas une fatalité. En apprenant à comprendre ses origines, nous ferons tomber les fausses croyances. Il ne faut pas faire fi du passé, au contraire, il faut le décortiquer, le regarder en face, pointer les erreurs au cours des siècles en expliquant pourquoi ces idées sont fausses. Il faut apprendre à affronter ses peurs, à les regarder et à les comprendre. Il n’y a pas de hiérarchisation de l’être humain. Sortir du racisme est une question d’intelligence. Les enfants ne naissent pas racistes, s’ils le deviennent, c’est plus tard sous l’influence de ce qu’ils entendent. Cela devrait nous faire réfléchir.

    https://www.youtube.com/watch?v=MlueZ1-wgMA

     

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    renal
    Jeudi 29 Janvier 2015 à 09:34
    Un bel article. Merci Pestoune
      • Pestoune Profil de Pestoune
        Jeudi 29 Janvier 2015 à 10:21
        Bonne journée Renal :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :