• Tamara de Lempicka

     Tamara de Lempicka

     

    Tamara  de Lempicka, née  le 16 mai 1898 à Varsovie (Pologne, alors dans l'Empire russe) et morte le 18 mars 1980 à Cuernavaca (Mexique), est une peintre polonaise représentative du mouvement Art déco.

     

    Tamara de Lempicka

     

    Son enfance se passe dans un milieu aisé et cultivé entre Saint-Pétersbourg, Varsovie et Lausanne.  En 1914, elle est retenue par la guerre à Saint-Pétersbourg où elle s'inscrit à l'Académie des Beaux-Arts. Elle se marie, devient mère mais la révolution d'Octobre bouleverse sa vie et, après un détour par Copenhague, elle gagne Paris

     

    Tamara de Lempicka

     

     

    Elle y est recueillie par ses cousins qui l'ont précédée dans l'exil. Tamara commence alors avec beaucoup de ténacité une carrière de peintre.

     

    Tamara de Lempicka

     

    En 1920, à l'académie Ranson, elle reçoit l'enseignement de Maurice Denis et à l'académie de la Grande Chaumière, celle d'André Lhote. C'est là qu'elle forge petit à petit son style qui, dans une synthèse inattendue de l'art maniériste de la Renaissance et du néo-cubisme, va correspondre parfaitement à la mode de son époque.

     

    Tamara de Lempicka

     

    En 1923 elle expose au Salon d’Automne Perspective (ou Les deux amies), une toile très remarquée "représentant deux nus féminins dans une pose intime, tout à fait saphique", signée Lempitzky ", on la prend alors pour un homme". Son identité de femme n’est révélée qu'en 1925 lors de sa première exposition personnelle à Milan qui marque l'envol de sa carrière. C'est là qu'elle fait la connaissance de Gabriele D'Annunzio et de son entourage, aussi aristocratique qu'excentrique. En 1927, le vieil écrivain l'invite chez lui, au bord du Lac de Garde, pour qu’elle réalise son portrait.

     

    Tamara de Lempicka

     

    De retour en France, elle divorce en 1928 puis participe pleinement à la vie artistique et mondaine parisienne où elle rencontre de nouveaux modèles : André Gide, Suzy Solidor, de riches industriels, des princes russes émigrés, etc. Bisexuelle elle assume publiquement ses liaisons avec Colette ou Suzy Solidor.

     

    Tamara de Lempicka

     

    En 1929, elle installe sa maison-atelier au no 7 de la rue Méchain, dans le 14e arrondissement de Paris. Cet atelier fait partie en effet du seul immeuble d'habitat collectif conçu par Mallet-Stevens, dont le travail porte habituellement sur des villas et hôtels particuliers. Il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1984. Dans son atelier elle reçoit ou "travaille sans interruption sous l’effet de la cocaïne" alors autorisée en usage privé.

     

    Tamara de Lempicka

     

    La même année, appelée par Rufus Bush, un riche Américain qui lui a commandé le portrait de sa fiancée, Tamara de Lempicka fait son premier voyage à New York. Outre le portrait de commande, elle exécutera sur place plusieurs tableaux, dont des études de gratte-ciel. Elle expose simultanément en Pologne (médaille de bronze à l'exposition internationale de Poznan), à Paris (dans quatre salons et à la galerie Colette Weil) et aux États-Unis (Carnegie Institute de Pittsburgh).

     

    Tamara de Lempicka

     

    Elle connaît ensuite une crise morale et artistique qui provoque un ralentissement de sa production, puis elle se remarie, en 1933, avec le baron Raoul Kuffner (1886-1961), l'un de ses premiers et plus riches mécènes.

     

    Tamara de Lempicka

     

    Fuyant les menaces de guerre, elle s'installe aux États-Unis en 1939 où elle fait trois expositions à New York et à San Francisco chez Paul Rheinardt et chez Julien Levy. Après-guerre, son œuvre tombe dans un profond oubli jusqu'à ce que la redécouverte de l'Art déco, dans les années 1970, fasse ressurgir son nom.

    En 1978, Tamara de Lempicka s'installe définitivement au Mexique, à Cuernavaca, où elle décède le 18 mars 1980 après avoir offert certaines de ses toiles au Centre Pompidou.

     

    Tamara de Lempicka

     

     

    Tamara de Lempicka occupe une place à part dans l'art du xxe siècle : malgré une production modeste (à peine 150 tableaux dans sa meilleure période, qu'on situe entre 1925 et 1935), ses œuvres évoquent et reflètent le style et la mode des années folles de l'entre-deux-guerres.

    Avec une stylisation néo-cubiste, ses œuvres, principalement des portraits, se caractérisent par un modelé accentué, des couleurs vives mais dans une gamme restreinte, mises en valeur par des fonds gris ou noirs. La composition très resserrée s'inspire du cadrage cinématographique.

    source

     

    Tamara de Lempicka

    « GUIHOME VOUS DÉTEND - LE POUVOIR D'ACHAT !En France, des manifestants présumés coupables »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Mai à 06:55

    J'aime beaucoup ces tableaux...Merci pour l'histoire de cette peintre...

    Très bonne journée et gros bisous.

    2
    Lundi 16 Mai à 15:49

    Je découvre cette peintre talentueuse.

    Je trouve ses tableaux très beaux.

    Bizzz

     

    3
    Lundi 16 Mai à 16:04
    Renée

    je trouve très joli ce qu'elle fait donc merci de me faire connaitre.  Bonne semaine. Bisous

    4
    Lundi 16 Mai à 17:13

    bonjour brigitte

     ces peintures sont d'une grande beauté et grâce à toi que je découvres ces tableaux magnifiques et suis impressionnée par son talent, son style déjà défini  c'est à mes yeux merveilleux belle fin d'après-midi et gros bisous monette. 

    5
    Akritas
    Mardi 17 Mai à 21:23
    Akritas

    J'ai un peu honte, je connaissais certaines oeuvres de cette femme mais pas son nom ... mais c'est réparé grâce à toi, merci :)

    La dernière toile est magnifique, elle me rappelle la descente de la croix de Rogier van der Weyden ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :