• Stances de John Keats

     

     

    Dans l’abandon des nuits de Décembre,

    Arbre trop heureux,

    Tes branches ne se souviennent jamais

    De leur verte félicité ;

    Le Nord ne peut les détruire

    De la force de son vent de neige ;

    Ni le gel ou le dégel les empêcher de bourgeonner

    A la venue du Printemps.

     

    Dans l’abandon des nuits de Décembre,

    Ruisselet trop heureux,

    Tes eaux ne se souviennent jamais

    De l’été, saison d’Apollon ;

    Mais grâce à leur doux oubli

    Leur flot cristallin

    N’est pas tourmenté

    Par la venue de l’Hiver.

     

    Ah, s’il en était ainsi

    Entre hommes et femmes !

    Mais fut-il jamais une joie

    Remémorée sans souffrance ?

    La connaître sans l’éprouver

    Quand rien ne vient la remplacer,

    Quand les sens engourdis ne peuvent l’endurcir :

    Cela, aucun poème ne l’entrevit.

                                                                   John Keats 

                                                                   Les Odes Ed Arfuyen

                                                                   Traduction Alain Suied

     

    Stances de John Keats

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Décembre à 07:39

    Très beau. Merci. Bonne journée.

      • Vendredi 8 Décembre à 09:37

        Oui, je trouve aussi. Keats est un poète merveilleux. Bonne journée Renal

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :