• Mlisse Mélisse : C’est la plante phare pour combattre le stress, la nervosité et accessoirement l’insomnie des personnes tourmentées, de plus elle est hypotensive. Elle est une grande aide pour les personnes ayant de la spasmophilie. De même elle est salutaire pour tous ceux qui ont des problèmes digestifs, y compris ceux qui souffrent de l’intestin irritable.

     

    Radis noir : Les bienfaits du radis noir sur la santé humaine et particulièrement sur les troubles hépatiques et digestifs, sont reconnus depuis bien longtemps. Ce sont ses composés soufrés qui donnent sa saveur piquante et ce sont ces mêmes composés qui agissent sur le corps. Il est recommandé de faire une cure de radis noir et d’artichaut à l’automne pour détoxifier l’organisme.  Mais les vertus du radis noir ne s’arrêtent pas là. Il est aussi efficace pour lutter contre la toux. Il suffit de creuser un trou au cœur du radis noir et de le remplir de sucre candy. Le jus qui en sort est un excellent anti-tussif.

     

    Ravintsara : Cette fois il s’agit d’une huile essentielle. Elle fait partie pour moi de l’indispensable pour combattre les refroidissements. Elle est anti microbienne, stimulante du système immunitaire, expectorante. Aux tous 1ers signes de refroidissement, je prends 3 gouttes sur un sucre. Cela suffit pour enrayer le plus souvent la maladie. Si toutefois, vous n’avez pas pu agir en préventif, l’huile essentielle de ravintsara vous aidera à combattre les infections ORL.  En inhalation, en massage (diluée dans une huile végétale, surtout jamais pure) de la plante des pieds et du bas du dos, dans un bain (diluée dans une base neutre), en diffusion, ou en respirant un mouchoir sur lequel on a mis une ou deux gouttes, tous ces moyens vous aideront à surmonter les infections de la sphère ORL. Et même en cas d’otite en appliquant une goutte derrière l’oreille (jamais dedans). C’est vraiment très efficace. 

     

    Reinedesprs Reine des prés : Belle vivace poussant dans les prairies humides, elle se fait sentir en embaumant le coin dès sa floraison. On se sert des fleurs, des jeunes feuilles et même du rhizome. Sa richesse en acide salicylique (l’aspirine) en fait un atout pour une tisane antigrippale car elle fait baisser la fièvre. Mais elle est aussi un puissant diurétique et aide l’organisme à drainer toutes les rétentions liquidiennes.

     

    sauge Sauge : Les feuilles de ce petit arbrisseau sont récoltées pour un usage médicinal depuis l’Antiquité. D’ailleurs un très ancien proverbe dit : « Qui a de la sauge dans son jardin n'a pas besoin de médecin ». Elle s’utilise pour les affections gastriques, intestinales, inflammatoire de la sphère ORL, contre la toux, les sueurs nocturnes. C’est aussi  la plante pour le bien-être féminin que ce soit lors de la période menstruelle ou lors de la ménopause.

     

    Thym : On ne présente plus le thym, présent dans toutes les cuisines. La tisane par excellence en cas de refroidissement ; en effet le thym est salutaire contre la toux, la bronchite, l’angine, le rhume, toutes les affections ORL et les états grippaux mais aussi pour aider les digestions difficiles.  Il stimule les défenses immunitaires et de plus est antiseptique ce qui explique son efficacité.

    Contre la bronchite : Plongez 2 cuillères à soupe de thym dans un bol d’eau bouillante.  Penchez-vous au-dessus du bol, la tête recouverte d’une serviette et respirez profondément les vapeurs.

    Contre les maux de gorge : Tisane en gargarisme

    Contre les refroidissements : Tisane en bains de pieds

    Et buvez 3 à 4 tasses de tisane par jour à chaque refroidissement ou pour aider à digérer. C’est vraiment salutaire.

     

    DSC02091 Tilleul: Un magnifique arbre que l’on trouve dans de nombreux parcs.  Au Moyen-Âge les tilleuls étaient plantés un peu partout dans les villes et la récolte appartenaient aux hôpitaux. On se sert des fleurs et/ou de l’aubier. Son infusion  est fortement recommandée pour soigner les rhumes. Elle est aussi apéritive, diurétique et sédative.

     

    trflerouge Trèfle rouge : C’est la plante pour avoir une ménopause tranquille par son action oestrogénique, sous réserve de ne pas avoir de problème de thyroïde, auquel cas, il vous faudra demander son avis à votre endocrinologue. Mais elle est aussi une aide précieuse pour la prévention des maladies cardiovasculaires et de l’ostéoporose. On utilise aussi l’infusion de trèfle rouge contre la bronchite, la toux et l’enrouement.

    Pin It

    votre commentaire
  • Coccinellesurlabruyre136178238318 Bruyère : Cet arbrisseau vivace très répandu en Europe est très utile pour les cystites, infections urinaires et pour vous messieurs en cas d’hypertrophie de la prostate. Ces vertus sont d’être à la fois diurétique, anti-inflammatoire, antiseptique. On se sert des sommités fleuries. En général on associe à la bruyère un autre diurétique : l’orthosiphon ou thé de Java.

     

    calendula Calendula : C’est le souci que l’on trouve dans nos jardins.  On l’appelle aussi le safran du pauvre parce que l’on se sert de la fleur en cuisine pour colorer les plats. C’est une plante qui essaime seule et facilement. On la retrouve facilement sans l’avoir voulue, pour peu qu’un voisin en ait semé dans son jardin. Le calendula est une plante tinctoriale qui donne un colorant non toxique servant à teinter les textiles mais aussi à renforcer la couleur jaune du beurre. On trouve son utilisation depuis l’Antiquité et un peu chez tous les peuples du monde.

    On s’en sert beaucoup en cosmétique (y compris et surtout pour les bébés) grâce à ses vertus anti-inflammatoires et apaisantes pour la peau. Le calendula, sous forme de crème ou de pommade, est salutaire pour les peaux gercées en hiver, pour apaiser les coups de soleil, les brûlures.

     

    Camomillesauvage Camomille : On trouve la camomille sauvage aussi bien en Europe, qu’en Asie ou en Amérique du nord. On se sert des sommités fleuries. L’huile essentielle de camomille a la particularité d’être bleue claire. Elle est très utilisée chez les enfants. Ses vertus sont nombreuses. La plus connue est sa propriété sudorifique et calmante, véritable panacée en cas de grippe. Mais elle soulage également les troubles gastro-intestinaux et les diarrhées, est aussi un excellent anti-inflammatoire.  Elle a aussi une action désinfectante des blessures légères en application externe.

     

    cassissier Cassissier : Petit arbuste originaire d’Asie, le cassissier est cultivé dans les jardins. Son fruit, le cassis, est particulièrement riche en vitamine C. On se sert principalement des feuilles, saines bien entendue. Froissées et appliquées sur les piqûres d’insectes, elles apaisent la douleur.  Elle a des propriétés diurétiques, sudorifiques, anti-diarrhéiques, et antirhumatismales.  Les feuilles de cassissier favorisent la souplesse et la mobilité des articulations.

     

    Cerisier : Ici c’est de la queue de cerises dont je veux parler. En tisane, c’est le diurétique le plus connu. En faire une cure régulièrement, détoxifie votre organisme. La tisane aux queues de cerises est une aide aussi lorsque vous décidez de perdre du poids.

     

    Chou blanc : Dans la catégorie des légumes ayant des vertus médicinales, le choublanc  tient une bonne place. Est-il besoin de présenter ce légume ? Nous le connaissons tous. S’il a de bonnes vertus nutritives, il apporte aussi un large éventail de bienfaits au point de vu médicinal. Le chou est un véritable don du ciel pour la bonne santé. Il est riche en fibres excellents pour les transits difficiles,  en  de nombreux minéraux dont le potassium, d’oligo-éléments, en vitamines.

    Il est réputé pour être reminéralisant, tonifiant, désinfectant, il renforce les défenses naturelles, est un antiseptique pulmonaire, lutte contre les ulcères gastriques, les douleurs musculaires, la goutte.

    C’est un antiseptique qui soulage maladie de peau, ulcères, réputé pour protéger le système cardio-vasculaire et les recherches les plus récentes en font un excellent protecteur du colon contre le cancer.

    Pour soulager les articulations douloureuses rhumatismales, prenez des feuilles de chou (bio) que vous aurez lavées, enlever les grosses côtes, bien les écraser en appuyant bien fort avec un rouleau à pâtisserie ce qui va libérer les sucs. Si vous êtes soulagés par du froid, utilisez votre cataplasme tel quel. Si vous êtes soulagés par du chaud, posez-le sur une plaque du four et laissez le chauffer légèrement à la température la plus basse quelques minutes.  Déposez ce cataplasme sur une ou deux feuilles de chou entières (sans les côtes) puis sur les articulations, entourez le tout d’une bande de gaze ou d’un linge. Et laissez agir aussi longtemps que vous le souhaitez voire toute une journée ou toute une nuit. Renouvelez les cataplasmes aussi souvent que vous le souhaitez.

    Ce cataplasme est tout aussi efficace si vous avez des maux de tête ou une insolation en le déposant sur le front et sur la nuque ; contre les maux de gorge en l’appliquant sur la gorge.

     

    chinace Echinacée : Cette fleur vivace très connue dans les jardins est originaire d’Amérique du Nord. Les Amérindiens s’en servaient énormément pour leurs nombreuses vertus notamment contre les refroidissements et les morsures de serpent. Elle est particulièrement immunostimulante. Au moindre signe de refroidissement dans la sphère ORL ou de cystite, il faut prendre de l’échinacéé toutes les 2 hrs lors de la 1ère journée (c’est ce que l’on appelle la dose de charge) puis diminuer la dose jusqu’à la disparition des symptômes.

    En tisane (jusqu’à 6 tasses/jour), en décoction (3 tasses/jour), sous forme de suc, de teinture ou en capsule, vous avez différentes possibilités d’absorption selon vos goûts.

    fenouilpoilu Fenouil : ou aneth doux est une grande plante vivace cultivée pour ses renflements. Tout y est comestible des racines aux graines. Il est utilisé dans la pharmacopée depuis l’Antiquité et fait partie des ingrédients de la médecine chinoise. Digestion difficile, ballonnement, gaz, le fenouil participe au bien être digestif. Une prise régulière de tisane de fenouil soulage les douleurs des menstrues difficiles et apporte aussi une aide pour la période de la ménopause.

    marronsdIndesMarron d’Inde : Nous sommes nombreux à avoir eu un marronnier dans la cours de récréation. Les marrons nous servaient à faire des travaux manuels. On se sert du fruit, le marron qui est riche en principes actifs combattant les affections circulatoires et cardiaques.  En effet le marron permet aux parois veineuses d’être plus résistantes, il augmente aussi la perméabilité des coronaires. Il est particulièrement utilisé pour le soin des varices et souvent conjointement avec la vigne rouge. 

     

    Mlilot Mélilot : Cette grande plante à fleurs jaunes que l’on trouve partout en France est précieuse en cas de jambes lourdes, de chevilles gonflées. C’est un vaso-tonique très efficace (pour certains plus que le marron d’Inde et la vigne rouge) qui réduit le risque de varices. Cette plante particulièrement appréciée des abeilles (son nom vient de miel), est très agréable à boire en tisane, elle est sucrée naturellement. Mais elle est aussi très efficace contre les bouffées de chaleur de la ménopause. Le mélilot est aussi un tranquillisant léger permettant de combattre les petites insomnies.

    Pin It

    2 commentaires
  •  

    Les plantes sont d’une grande aide pour les bobos du quotidien, pour les coups de froid, les lendemains de fête… Que ce soit sous forme de tisanes (infusion ou décoction), de jus ou simplement de consommation courante, il y a quelques indispensables à avoir chez soi ou du moins à connaître. Et bien sûr ayez le souci de vous procurer des plantes cultivées de façon bio.

    Voici ma pharmacie idéale :

    Aloeveraflowerwikipdia Aloe vera :Voici pour moi la plante à tout faire : apaisante, adoucissante, cicatrisante, je m’en sers en usage externe pour les plaies, les brûlures (y compris les coups de soleil), soulager les piqûres d’insectes, l’eczéma, en bref tous les problèmes de peau, ainsi que pour soulager les crises hémorroïdaires  mais aussi en cosmétique pour les cheveux qui s’en trouvent fortifiés, pareil pour les ongles mais aussi pour lutter contre le vieillissement de la peau. En usage internel’aloe vera a des effets hypoglycémiants (baisse du taux de glycémie dans le sang) et hypocholestérolémiant (baisse des lipides), lutte contre les troubles gastro-intestinaux : constipation, flatulences, contre les brûlures d’estomac en régulant son acidité et stimule le métabolisme.

    Attention en usage interne, évitez le jus qui perd ses qualités et privilégiez la pulpe d’Aloe Vera obtenu par la technique de stabilisationà froid qui est un gel translucide

    L’Aloe vera est une succulente de la famille des aloès, aux feuilles persistantes, aux racines peu profondes, poussant en touffes et même en colonies résistant à la sécheresse grâce à ses feuilles qui se gorgent d’eau  et qui est cultivée un peu partout dans le monde depuis l’Antiquité. C’est dire que ses vertus sont connues depuis plusieurs millénaires (6000 ans) et chez de nombreuses civilisations. Déjà Néfertiti et Cléopâtre s’en servaient comme soin du corps.

     

    Arnicamontana Arnica : Plante montagnarde de la famille des asters, elle se retrouve sur toutes les prairies de montagne en Europe. Elle est connue pour son action rapide et apaisante après un choc, un coup, en cas d’hématome ou de blessures légères et contre les traumatismes musculaires. La plupart des parents connaissent les granules homéopathiques Arnica Montana pour soigner tous les bobos des enfants ainsi que la pommade. Sa richesse en principes anti-inflammatoires fait qu’elle est très utilisée aussi en médecine sportive.

    Attention sa cueillette est très règlementée en Europe, voire même interdite comme en Belgique.

     

    200pxArtichautfleur Artichaut :On ne sait pas grand-chose de ses origines, il semble qu’il soit issu d’un chardon qui aurait été domestiqué sous l’espèce artichaut mais aussi cardon. Son nom vient de l’arabe al-ḫaršÅ«f qui veut dire « épine de la terre ». Qui a déjà planté des artichauts, comprendra aisément ce nom car pour ce qui est des épines, le plant n’en n’est pas dépourvu.

    On le retrouve sur les tables italiennes dès le XVème siècle. Mais les agronomes arabes avaient déjà décrit, dès le Moyen-Âge,  sa culture et sa reproduction par œilletonnage.

    L’artichaut est un vivace ayant une durée de vie de 3 à 4 ans. C’est « sa fleur » en bouton ou plutôt son capitule que l’on consomme. Le capitule est un ensemble de fleurs entouré d’écailles, à la base charnue, pas encore parvenu à maturité.

    Il est reconnu pour avoir une action protectrice sur le foie mais aussi pour faciliter la digestion et aider à lutter contre les ballonnements et les flatulences (ces deux effets apparaissent en début de traitements chez certaines personnes provisoirement). Il a également un effet diurétique important et favorise l’évacuation de la bile.

    Les préparations pharmacologiques d’artichaut (gélules, comprimés, ampoules à boire…) le sont à partir des feuilles.

    Mais vous obtiendrez un bon résultat en consommant l’artichaut cru ou cuit à l’eau ou à la vapeur.

    Attention aux personnes ayant des calculs biliaires. Evitez de prendre des compléments à base d’artichaut et d’autant plus si vous avez les voies biliaires obstruées car celui-ci stimule la production de la bile.

     

    aubpinefruits Aubépine :Petit arbrisseaux épineux à fleurs blanches (un dicton populaire veut qu’il ne gèle plus après la floraison de l’aubépine) et à fruits rouges, l’aubépine se trouve partout sous notre hémisphère. Cet arbrisseau a une longévité impressionnante, il peut en effet vivre plusieurs centaines d’années.  Ses vertus sont connues depuis même avant l’Antiquité. L’aubépine est réputée pour soulager les troubles cardiaques mineurs : palpitations, petites insuffisances car elle agit comme un fortifiant du cœur. Elle permet de combattre l’anxiété, les insomnies légères (associée souvent à la passiflore), certains troubles à la ménopause : bouffée de chaleur, palpitations.

     

    DSC02408 Bouleau : Tout le monde reconnait cet arbre avec son écorce blanche. Il est très répandu partout en Europe dans les bois, dans les parcs… Il essaime très facilement. Surnommé « l’arbre de la sagesse », vénéré par les druides et les chamans, il est considéré comme étant un pilier cosmique, car c’est lui qui est le pont qu’empreinte l’énergie céleste pour rejoindre la terre.  Cet arbre est une mine pour notre santé et toutes ses parties sont utilisables avec des vertus qui leur sont propre mais ayant plus ou moins un lien avec notre système urinaire et rénal.

    Les feuilles  sont un diurétique naturel qui augmente le volume des urines. Elles sont donc préconisées dans le traitement des infections urinaires mais aussi pour aider à l’élimination des calculs urinaires. Elle est aussi préconisée pour soulager les crises de goutte.

    L’écorce sert à soigner les fièvres. Sous forme de décoction, elle sert à soigner la dartre. De récentes publications laissent entendre que l’écorce de bouleau pourrait être une aide pour certains cancers.

    Les bourgeons servent contre les engorgements des ganglions lymphatiques. Sous forme de macérât, les bourgeons soulagent les douleurs articulaires. Par leur action drainante, ils favorisent l’élimination des déchets organique du corps.

    Et enfin la sève de bouleau si abondante au début du printemps, est un cocktail bien être et santé. En cure de 3 semaines minimumà raison d’un verre de 150 ml par jour le matin à jeun, elle élimine toutes les toxines accumulées au cours de l’hiver, purifie et régénère l’organisme. Si vous avez un bouleau chez vous, il est extrêmement facile d’obtenir votre sève. Pratiquez un petit trou à l’aide d’un foret à une vingtaine de cm du sol. Enfilez un tuyau en plastique et placez un récipient dessous. Le bouleau peut donner plusieurs litres de sève au quotidien. Lorsque l’écoulement cesse, comblez le trou par une cheville en bois.

    Attention toutefois aux personnes allergiques, le pollen de bouleau est l’un des plus allergène.

    Pin It

    2 commentaires
  • 525208symbolemayaouincadunsoleiloudunetoile18353846.jpg

    En matière de soin, il y a un savoir ancestral qui perdure tant bien que mal à travers toutes les latitudes de la terre. Néanmoins, la médecine dite moderne, imbue de son prétendu savoir, a rejeté ce que les anciens savaient et bien des connaissances ont été perdues avec le décès des anciens.  Aujourd’hui la science découvre que ce savoir recèle des trésors inestimables en matière de soins et surtout un espoir de guérison pour de nombreuses maladies pour lesquelles la chimie ne pouvait rien ou peu.

    Ce documentaire nous montre comment au cœur du Yucatan, un botaniste, don Susanno, tient un savoir ancestral, transmis par son père et son grand père en  médecine traditionnelle. Ainsi par ses connaissances, il aide les chercheurs à établir un codex ethno pharmacologique permettant de créer de nouveaux médicaments à la fois efficace et avec moins d’effets secondaires.  Bien sûr la magie noire ou autre, la ferveur religieuse côtoient intimement la pharmacopée des plantes dans la médecine populaire mexicaine. Mais une profusion de plantes endémiques permet de lutter contre de nombreuses pathologies. Le savoir des guérisseurs est sans conteste. Il date probablement des civilisations précolombiennes. Les aztèques ont même laissé par écrit leur science thérapeutique.

    Bien des scientifiques, aujourd’hui encore, ont mis en doute le savoir populaire et ancestral, persuadés qu’il ne s’agit que d’une affaire de charlatans et de naïfs. Or les différentes expériences ont largement démontré l’efficacité des plantes. Les rencontres avec les guérisseurs amérindiens dans les villages mexicains les plus reculés ont permis de voir à quel point ces hommes et femmes maîtrisent parfaitement la connaissance des différentes pathologies rencontrées, comment ils posent des diagnostiques exacts et enfin proposent une thérapie qui fonctionne. Les extraits de plantes médicinales qu’ils prescrivent, sont parfaitement curatifs. Ils ont une véritable science médicale qu’ils se transmettent de générations en générations.  Mais ce savoir ne se contente pas en l’administration de plantes, il prend le patient en globalité en charge et rejoint la médecine chinoise en cherchant à rétablir une harmonie chez le malade. La médecine des pauvres est plus efficace que l’on ne l’a cru.

     

    Mais pour qu’une plante soit efficace, il y a des données importantes à respecter au moment de sa cueillette : moment de la journée, instant de la floraison…. La pharmacopée de plantes du Mexique est source de beaucoup d’espoir pour bien des maladies, de certains cancers au diabète…

    Une fois encore, nous constatons que la transmission ancestrale est précieuse quoiqu’en pensent certains qui se prétendent scientifiques cartésiens. Les vrais scientifiques gardent toujours l’esprit ouvert.

     

    525208symbolemayaouincadunsoleiloudunetoile18353846.jpg

     

    http://www.dailymotion.com/video/x15gi87_secrets-et-traditions-de-la-medecine-mexicaine_tech#tab_embed


    Secrets et traditions de la médecine mexicaine par 1234angelevil

     

    525208symbolemayaouincadunsoleiloudunetoile18353846.jpg

    Pin It

    2 commentaires
  • sansglutent

    susanapimentaterapeuta.blogspot.com

    On parle de plus en plus d’intolérance au gluten, de danger du gluten, de fait j’avais envie de comprendre d’autant que bien des questions trottaient dans ma tête. Cet article n’est nullement un conseil pour qui que ce soit mais simplement la mise par écrit des renseignements que j’ai pu glaner ci et là.

    Qu’est-ce que le gluten ?

    Il s’agit d’une protéine contenue par certaines céréales dont le blé, l’épeautre, l’avoine, l’orge mais aussi dans le kamut et le spelt. On le trouve donc partout du pain à la pizza en passant par la pâtisserie et même les sauces liées. On le retrouve partout dans les préparations industrielles d’où l’intérêt de revenir à une alimentation plus naturelle. Difficile donc de l’éviter.

    Quel est le problème du gluten ?

    Le gluten pose des problèmes

    -      aux personnes ayant une maladie coeliaque (maladie chronique de l'intestin déclenchée par la malabsorption du gluten), soit 1% de la population

    -      aux personnes ayant une maladie auto-immune tel la thyroïdite de Hashimoto, la spondylarthrite, la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaque, le psoriasis… (D’ailleurs de nombreux praticiens conseillent le régime Seignalet* [voir au bas de l’article] pour ces cas)

    -      aux personnes qui ont une intolérance ou une sensibilité au gluten. Celles-ci ressentent des troubles (maux de tête, douleurs articulaires, troubles digestifs, de la concentration…) qui disparaissent  dès lors qu’elles cessent d’absorber du gluten.

    Selon les dernières recherches, il semblerait que le gluten favoriserait la porosité intestinale et pas seulement chez les personnes souffrant de maladies cœliaques ou ayant une intolérance. En consommant régulièrement des aliments contenant du gluten nos intestins deviendraient perméables. Et c’est cette perméabilité qui déclencherait des réactions inflammatoires et/ou auto-immunes. En effet des antigènes (les protéines de lait sont de plus en plus mis au ban des accusés comme étant des pourvoyeuses d’antigènes), des fragments de protéines peuvent franchir le passage depuis le tube digestif et se retrouvent dans l’organisme. Celui-ci déclenche aussitôt une réponse immunitaire pour répondre à ce qu’il considère comme une agression.

    Pourquoi le gluten représente un problème seulement maintenant ?

    Je suppose que comme moi vous vous dites : mais nous avons toujours mangé du pain ou des pâtisseries ? Alors pourquoi ne serait-ce que maintenant que se posent les problèmes de santé ? Et c’est là que j’ai découvert la preuve supplémentaire de la perversité des recherches de l’industrie agro-alimentaire qui n’a pas pris suffisamment de recul avant de distribuer certains de leur produit.

    Car nous le savons tous, les céréales sont consommées depuis des millénaires sans aucun problème. Leur culture a commencé il y a environ 10 000 ans dans la région de la Mésopotamie. Ce n’est donc pas nouveau. Mais c’est avec la révolution industrielle que tout a changé pour les céréales. On se rend compte que c’est le gluten qui rend la pâte pétrie, si malléable et élastique. Grâce à lui on fait le pain, les pâtisseries. Grâce à lui on peut envisager toutes sortes de préparations industrielles. La vie moderne est passée par là. On veut vivre vite, gagner du temps. Donc la logique mathématique est là, pour plus de rendement, il faut des céréales avec plus de gluten. On sélectionne, on croise, on manipule et on arrive à la farine blanche, qui n’existait pas avant. Cette farine est hyper riche en gluten, se pétrit facilement et plus rapidement, lève bien. Une aubaine pour les industriels. En quelques années les céréales anciennes disparaissent au profit de ces céréales enrichit en gluten. Et pour nous commencent les problèmes.

    Dans la vie moderne où trouve-t-on le gluten ?

    Dans toutes les préparations industrielles pâtisserie ou traiteur (pizza, quiche…), pains, pâtes, dans les céréales du petit déjeuner, la crème glacée, crèmes dessert gélifiées, plats cuisinés, charcuteries… Vous trouvez des glutens cachés dans les produits suivants :  malt, fécule de céréales non-spécifiée, protéines végétales hydrolysées, protéines de plantes, protéines végétales texturées, vinaigres de grains, sauce soya, sirop de riz brun, dextrine, fécule modifiée, mono et di-glycérides, saveurs naturelles et artificielles, alcools de grain, liants et agents remplisseurs dans les vitamines et médicaments. Pas facile alors de se passer du gluten, il se trouve partout.

    http://www.protegez-vous.ca/sante-et-alimentation/regime-sans-gluten-pas-pour-tout-le-monde.html

    Conclusion :

    Alors gluten, pas gluten ? Se passer complètement de gluten me semble difficile tant on le trouve partout. N’ayant pas de problèmes particuliers, je n’ai sans doute pas la motivation nécessaire pour le faire. Mais ceci dit, une nourriture raisonnée peut déjà être un 1er pas. Pas de produits industriels est déjà une grande étape. J’ai goûté au pain sans gluten, il est très bon alors pourquoi pas. Il existe des pâtes sans gluten, un geste à la portée de tous. Revenir au maximum à une alimentation à base de fruits et de légumes, y rajouter du riz complet, du quinoa, millet, soja, pois chiche. Pour ceux qui veulent manger de la viande, des grillades et pour les préparations plus élaborées, remplacer la farine par de la maïzena ou de la fécule de pommes de terre. 

    Mais attention, je ne saurais trop recommander à ceux qui souhaitent un régime sans gluten de faire très attention à ne pas se retrouver carencé par un régime trop restrictif. Il est important d’apporter au quotidien tous les éléments dont le corps a besoin notamment les 8 acides aminés dits essentiels. 

     

    * Régime Seignalet :

    Le lien ci-dessous vous expliquera plus en détail de ce qu’est ce régime et quelles sont ses indications. Mais très brièvement le régime du Dr Seignalet est basé sur le postulat qu’une nutrition bien choisie peut aider de nombreux malades à surmonter leurs maux voire à les guérir. Bien sûr ce médecin se base sur des années de recherche avant de proposer sa théorie. Il préconise à un retour d’une nutrition ancestrale, proche de celle des hommes préhistoriques. Donc dans ce régime, il faut une suppression de tous les laits animaux et leurs dérivés (fromage, yaourt), suppression des céréales dites mutées, des huiles extraites à chaud, ne cuire les aliments qu’à une température inférieure à 110°, un maximum de légumes crus. Ce régime diffère quelque peu du régime sans gluten. Mais il semble qu’il soit un bienfait pour de nombreuses pathologies sous réserve de rester à ce type d’alimentation à vie.

    http://www.psychologies.com/Nutrition/Equilibre/Regimes/Articles-et-Dossiers/Regime-Seignalet-se-soigner-par-l-alimentation

     

     

     

     

    Gluten Confirmed To Cause Weight Gain

     

      

    hungryforchange.tv

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique