•  

    Les additifs modernes n’ont plus rien à voir avec les moyens de conservation du passé tels que : le sel ou le sucre en grande concentration, le fumage, le séchage, la cuisson, la stérilisation, la réfrigération et plus récemment la congélation. Non aujourd’hui nous employons et consommons souvent à notre insu des additifs chimiques pour la conservation, comme colorants ou exhausteurs de goût : les fameux E.

    Depuis de nombreuses années, des scientifiques, des médecins tirent la sonnette d’alarme mettant en doute l’innocuité de ces produits sur la santé notamment des plus fragiles : les enfants. Il est extrêmement difficile d’avoir des informations sur la toxicité de ces produits.

    Bien que l’EUFIC (Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation qui ont pour membres AB Sugar, Bunge, Cargill, Cereal Partners, Coca-Cola, Dow Seeds, DSM Nutritional Products Europe Ltd., Ferrero, General Mills, Kraft Foods (Mondelez), Mars, McDonald's, Nestlé, PepsiCo, Pinar Et, PureCircle, Südzucker, Unilever et Zoetis donc on peut suspecter un conflit d’intérêts dans leurs infos), bien qu’ils prétendent « qu’il y avait des preuves limitées sur l’effet des mélanges d’additifs alimentaires testés sur l’activité et l’attention chez certains enfants », ils n’ont pas osé non plus dire que les preuves étaient nulles et non avenues.

    Parents, grands-parents, regardez attentivement cette vidéo et prenez votre décision quant à l’alimentation de vos enfants. Le doute étant largement autorisé, pourquoi ne pas revenir à une nourriture simple qui a fait merveille pendant des siècles. Il ne s’agit pas d’un retour en arrière mais d’une question de bon sens. Franchement est-il indispensable de donner un soda ou un jus de fruits industriel pour le goûter des enfants sachant que la seule boisson qui désaltère vraiment est l’eau ? Les barres chocolatées et autres confiseries et viennoiseries ne peuvent-elles être remplacées par une pomme, un pain avec quelques carrés de bon chocolat ? En pique-nique, au lieu de donner les chips et autres cochonneries, rien de tel qu’un bout de baguette beurré avec une tranche de jambon, quelques œufs durs, des tomates, un bout de gruyère, un fruit. Non seulement vous opterez pour un régime santé, en plus vous retrouverez le goût varié des produits naturels mais en plus vous ferez des économies.  Cela vaut le coup d'y penser. Et n'oubliez pas que dans notre corps toutes ces substances s'accumulent et nous le paierons tôt ou tard.

    Diffusez cette vidéo un maximum afin que chacun puisse prendre sa décision en connaissance.

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Fs-N0Gjf4C8


    votre commentaire
  •  

    Il n’y a pas si longtemps que ça, l’objectif majeur des gens était de « gagner son pain ».  Aujourd’hui tout a changé et l’objectif est devenu  de « gagner sa viande ». Manger de la viande était synonyme d’opulence, de richesse. C’est devenu le but ultime : mettre de la viande dans les assiettes quotidiennement voire à chaque repas. La viande perd peu à peu son statut de préciosité pour devenir un aliment banal. Or, produire de la viande demande plus de matière première que produire des céréales ou des légumes.  Nous sommes plus de 7 milliards d’individus sur la Terre et pour fournir assez de viande à la population, tous les moyens sont bons : antibiotiques, anabolisants, transformer des braves animaux ruminants en carnivores afin d’obtenir une croissance maximale la plus rapide possible mais aussi accaparement des terres exclusivement réservé à l’élevage et la nourriture du bétail. A titre d’exemple, en 1950 la population mondiale était de  2 milliards et demi et consommait dans les pays développés environ 50 kg de viande par an et par habitant. En 2050 nous serons 9 milliards et la consommation de la viande passera à 90 kg de viande par habitant et par an. 

    Les enjeux sont tels que la filière de production animalière perd toute son autonomie dans nos pays prétendument développés, en effet la production est subventionnée et industrialisée. Les animaux sont élevés dans des conditions inhumaines. De plus l’élevage intensif tel que nous le connaissons déjà est polluant. Responsable de déforestation, de l’érosion et l’épuisement des sols,  du réchauffement climatique, la production de viande nous met en danger. Hormis les résistances aux antibiotiques, l’homme développe des tas de pathologies pour avoir abusé de la viande : obésité, cholestérol, maladies cardiaques, cancers… Mais il y a plus grave encore, la façon de nourrir les animaux a une grave répercussion sur notre santé, l’ajout de produits chimiques, le non-respect de la biologie animale en introduisant dans leur alimentation des mets qu’ils ne mangeraient pas naturellement,  perturbe le métabolisme des bêtes puis le nôtre.   Il faut réapprendre à manger. Notre nouvelle devise devrait être : mangez moins, mais mangez mieux !

    Le documentaire belge Love meat tender dont voici un extrait nous explique, parfois avec une pointe d’humour, en détail, avec des images parfois difficiles à voir pour ce qui est des méthodes d’élevage absolument scandaleuses les limites de la production de viande. Si vous avez l’occasion de voir ce documentaire en entier, n’hésitez pas. Vous comprendrez vite qu’il est impossible de continuer ainsi très longtemps.    

    https://www.youtube.com/watch?v=3AYVkc703BE

     

    Vache highland

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    Selon l'association Greenpeace, qui se bat depuis des années contre l'utilisation des pesticides dans l'agriculture française, il est grand temps de savoir exactement ce qui se trouve dans nos assiettes. 

    Pesticides et engrais chimiques : danger dans nos assiettes

    Face à divers aléas naturels, les marques de produits de consommation choisissent des options de production ou de fabrication qui menacent notre santé. 

    En effet, à cause de la destruction des sols, la pollution des eaux, la perte de la biodiversité et donc le dérèglement climatique, les marques n'hésitent pas à utiliser avec acharnement des pesticides et des engrais chimiques qui impactent négativement les sols, les eaux et les produits que nous consommons.

    Si les OGM viennent justement d'être définitivement interdits en France, il est urgent d'adopter des méthodes de contrôles agricoles sur les produits que nous consommons.

    Greenpeace veille au grain

    Greenpeace réagit face aux pratiques agricoles effectués par les marques en ce qui concerne l'usage des pesticides tueurs d'abeilles. A cet effet, il lance un site qui épie les pratiques agricoles de 150 marques et nous révèle ce qui se cache derrière ce que nous consommons. 

    Selon Greenpeace, de nombreuses marques ne peuvent garantir l'absence des pesticides tueurs d'abeilles dans le processus de fabrication de leurs produits destinés à la consommation, comme Blédina, Ancel, Danone, Taillefine ou Weight Watchers. 

    Profitez donc du Guetteur http://greenpeace.fr/guetteur/  pour scanner les produits et bien orienter vos choix parmi les marques de consommation.

    http://www.youtube.com/watch?v=zaE7XIlZ2Ao

     

    Source : http://news.radins.com/actualites/pesticides-greenpeace-scanne-tous-nos-ingredients,8116.html?utm_source=newsletter&utm_medium=dossiers&utm_campaign=actu-07-05-14

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Tous ces plats industriels sont gras, trop salés ou trop sucrés et pourtant une majorité ne jure que par eux. Mais qu’y a-t-il exactement dans nos assiettes ? Plus de 8000 références dans les supermarchés, comment décrypter tout ça ?  Avec tous les scandales qui éclatent ces dernières années, on peut indéniablement affirmer que l’industrie agro-alimentaire se moque et trahit la confiance du consommateur. Mais allons plus loin encore, cette même industrie met notre santé en danger. Le reportage qui suit , est effrayant.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=uvwUEbSildk

     


    votre commentaire
  •  

    Comment lutter contre Monsanto sans connaître toutes les ramifications dans l’industrie alimentaire. Comme moi, vous allez sans doute être étonnés de la diversification de cette multinationale dans les produits de consommation courante. Il va falloir faire un choix. Repérer les marques et les bannir de notre panier est la meilleure façon de se battre contre Monsanto. A chacun sa conscience écologique. Pour moi le choix est fait…

    Boissons

    Les boissons de la marque Coca-Cola: Coca-Cola, Fanta, Dr Pepper, Minute Maid…

    Les jus de fruits Capri-Sun et Topricana.

    Le boissons Ocean Spray, les sodas Pepsi-Cola, Seven Up, Schweppes ou les boissons énergisantes Gatorade.

    Les thés Lipton et les cafés Maxwell.

    Le lait Gloria de la firme Nestlé

     

    Produits sucrés

    Les chocolats Poulain, Lindt, Côte d’Or, Dam, Milka, Suchard et Toblerone.

    Les biscuits Lu, Oreo, Cadbury et les cookies Pepperidge Farm.

    Les produits Brossard ou Savane.

    Les bonbons Carambar, Krema et La Vogienne.

    Les chewing-gums Hollywood ou Malabar.

    Les barres de chocolat Bounty.

    Les glaces Häagen Dazs, Miko et Ben & Jerry’s.

    Les céréales Kellogg’s, parmi lesquelles Special K, Trésor, Miel Pop’s, Froties ou encore All Bran.

    Les céréales Quaker.

    Les yaourts Yoplait.

     

    Produits salés

    Les chips Lay’s, Pringles et Doritos.

    Les biscuits apéritif Benenuts et Bahlsen.

    Les spécialités fromagères Philadelphia.

    Les plats préparés Marie, Findus, Tipiak.

    Les pains Jacquet.

    Les soupes et bouillons Liebig, Knorr, Royaco, Alvale.

    Les préparations mexicaines Old El Paso.

    Les sauces Heinz, Amora, Benedicta.

    Les produits Uncle Ben’s.

     

    Hygiène et entretien

    Les couches pour bébé Pampers.

    Les protections féminines de la marque Always.

    Les gels douche, shampoings et déodorants Pantene, Axe, Monsavon, Dove, Rexona ou Timotei.

    Les dentifrices Signal.

    Les produits nettoyants Cif, Omo, Dash, Skip, Cajoline et Sun.

    Ou encore les désodorisants Febreze.

     

    Cette longue liste, loin d’être exhaustive et qui ne concerne que les produits présents sur le marché français, permet de se donner une idée du nombre d’articles de consommation courante dans lesquels on peut retrouver des produits Monsanto, afin de faire le tri dans sa consommation.

     

    Source : http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/10502/monsanto-produits-boycotter#sthash.wXBOxeKW.dpuf

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique