•  

    Quand An Tem avait sept ans, il perdit ses parents. Comme il était intelligent et passionné, il fut accepté comme mousse sur un navire marchand qui négociait des produits indiens - soie, épice, sucre et plantes médicinales - contre bois de santal, anis, cannelle et poivre du Viêt Nam. Un jour, le capitaine du bateau alla présenter ses hommages à Hung Vuong III, laissant An Tiem l’accompagner. Le roi fut immédiatement séduit par le garçon et apprenant qu’il était orphelin, il propose de l’élever comme son propre fils.

    Lorsque An Tiem eut atteint l’âge adulte, le roi lui donna sa fille Oanh en mariage, et puisqu’il parlait couramment plusieurs langues grâce à ses voyages à bord du navire marchand, il fut chargé du commerce extérieur, ce qui lui permit de s’enrichir rapidement. Cependant, il n’était pas intéressé par le profit. Il souhaitait simplement faire de son mieux pour développer les échanges du royaume. Néanmoins, de nombreux courtisans jaloux prétendirent que son succès était dû aux seules faveurs du roi.

    Un jour, Hung Wuong le fit appeler pour lui dire :

    « An Tiem, j’entends dire que tu es un fils ingrat. Il paraît que tu déclares que mon aide n’est pour rien dans ton succès. Est-ce vrai ?

    - Père, répondit An Tiem, je ne suis pas un ingrat. Je sais très bien que je ne serais pas où j’en suis aujourd’hui sans votre appui généreux. Mais je pense cependant que si je récolte de merveilleux fruits dans cette vie, c’est grâce aux bonnes actions de mes vies passées. Quand j’étais enfant, on m’a enseigné ces lignes :

    . Pour connaître les graines semées dans tes vies passées

    . Regarde les fruits que tu récoltes aujourd’hui.

    . Pour savoir quels fruits tu récolteras dans tes vies futures

    . Regarde les graines que tu sèmes aujourd’hui.

    Je n’ai jamais oublié ces mots. Je crois qu’ils disent la vérité.

    - Crois-tu donc que c’est grâce aux bonnes actions de tes vies passées que je t’ai adopté dans cette vie ? demanda le roi.

    - Oui, Père, répondit An Tiem.  C’est ce que je crois. »

    Hung Vuong réfléchit un moment en silence, puis il continua :

    « Bon, imagine alors que je te bannisse sur une île déserte avec ta femme et ton petit garçon. Crois-tu que tu survivrais ? Si je comprends bien ce que tu viens de me dire, tu devrais récolter de bons fruits où que tu te trouves, puisque tu as semé de bonnes graines dans le passé.

    - Oui, Père, affirma An Tiem. Certainement.

    - Bien, fit le roi en colère. Je vous bannis donc, toi, ta femme et ton fils, sur l’île Sa Chau. Nous verrons si ta théorie de graines et de fruits résiste à l’épreuve.

    - Comme vous voudrez, Père » répondit An Tiem, inébranlable.

    Le lendemain, An Tiem, Oanh et Hao, leur petit garçon de six ans, furent emmenés sur l’île à bord d’un petit bateau et abandonnés avec quelques mois de vivres. Quand le marin qui les avait transportés reprit la mer, Oanh éclata en sanglots.

    « Ne désespère pas, lui dit An Tiem, essayant de la consoler. Si n ous avons semé de bonnes graines, nous en récolterons les fruits. Si nos graines étaient mauvaises, pleurer ne changera rien à la situation. Nos moyens de subsistance sont dans nos mains et tiennent à nos savoir-faire. Souviens-toi du proverbe, « La nature n’a pas créé les éléphants sans avoir fait pousser l’herbe. »

    Ayant foi en son mari, Oanh cessa de pleurer. Ils bâtirent ensemble un abri étanche avec du bois flottant et des feuilles de palmier. Comme on ne leur avait pas permis d’emporter des graines, ils explorèrent l’île à la recherche e fruits et de légumes comestibles, mais n’en trouvèrent aucun. Ils fabriquèrent des filets pour attraper du poisson et des crevettes, puis ils ramassèrent du silex pour allumer du feu. Ils commencèrent à sécher les excédents de leur pêche, en regrettant seulement de n’avoir aucun moyen de cultiver des fruits et des légumes.

    Après environ quatre mois d’exil, leurs réserves de nourriture étaient épuisées. Il leur semblait devoir vivre pour toujours avec les seuls produits de la mer. Un jour cependant, ils découvrirent un carré de melons étranges de l’autre côté de l’île. Chaque fruit était au moins trois fois plus gros que ceux qu’ils avaient l’habitude de manger. En ouvrant, l’un d’eux, ils découvrirent une chair rouge rubis et des graines noires. A leur grande joie, le fruit était délicieusement  sucré. Ils dégustèrent un melon entier sous le soleil brûlant. C’était frais et désaltérant, et leur moral remonta bien vite.

    An Tiem se souvient alors que plusieurs semaines auparavant, les cris d’une volée de grues traversant l’île avaient attiré son attention. Il avait vu quelques graines noires tomber de leurs becs, puis il avait oublié l’incident. Qui aurait pu imaginer qu’il s’agissait  d’une nouvelle variété de melons ? Le soir même, ils préparèrent un potager se semèrent plusieurs de leurs précieuses graines.

    Le jour où An Tiem commençait sa première récolte, un navire étranger fit une escale imprévue sur l’île, car ses voiles avaient été déchirées par une tempête. An Tiem aida les marins à réparer les dommages et leur montra où ils pouvaient se ravitaillera en eau fraîche. Il ramassa également un melon et le coupa en tranches pour l’offrir aux marins. Le trouvant délicieux, ceux-ci demandèrent à en acheter plusieurs. An Tiem en échangea trente contre des provisions – haricots, seigle, sucre, sel et tissu. De plus, il leur proposa de refaire escale quatre mois plus tard s’ils voulaient en acheter plusieurs centaines, demandant en échange qu’ils lui fournissent des graines et autres denrées. Le marché fut accepté.

    Quatre mois passèrent. Les nouveaux melons étaient prêts pour la récolte. An Tiem et Oanh avaient semé le seigle et les haricots rouges, ils avaient largement les moyens de subsister même si le navire re revenait pas. Grâce au tissu fourni par les marins, Oanh avait cousu de nouveaux vêtements pour toute la famille.

    An Tiem eut l’idée de donner au melon le nom de leur fils.

    « Ces fruits nous ont donné un avenir, expliqua-t-il à Oanh. Notre enfant est l’avenir lui aussi. Ils seront donc nommés melons Hao. » L’idée plut à Oanh. Bien que la vie sur le continent lui manquât, elle restait auprès de son mari en qui elle plaçait toute sa confiance.

    Un jour qu’An Tiem et Hao se promenaient sur la plage, ils entendirent soudain Oanh crier depuis la cabane :

    « Le navire est là ! Le navire ! »

    Hao sauta sur place pour voir le plus loin possible. C’était vrai, le navire arrivait, minuscule tache à l’horizon. Grossissant minute après minute, il finit par atteindre le rivage. An Tiem accueillit les marins et les mena au potager. Des vignes chargées de grappes vertes s’étiraient sur la fine terre sablonneuse. Ils ramassèrent plus de six cents pastèques qu’ils chargèrent ensemble à bord du navire. En échange, de nombreuses variétés de graines, des outils et des provisions de toutes sortes furent déchargés et déposés au sec, dans une grotte de l’île.

    La famille d’An Tiem continua la culture des pastèques. Le sol sablonneux de l’île s’y prêtait parfaitement et leur récolte était florissante. Le navire marchand se mit à faire escale chaque mois pour en acheter et les revendre dans les autres ports. Le délicieux melon rouge fut bientôt très demandé. Il ne fallut pas très longtemps pour qu’An Tiem puisse bâtir pour sa famille une maison plus grande entourée de rizières et de champs de haricots. Il commença à élever des animaux de ferme et engagea des métayers du continent.

    Quatre années étaient passées depuis le début de leur exil sur l’île Sa Chau. Un jour, An Tiem envoya vingt de ses meilleures pastèques au roi Hung Vuong III, accompagnées d’un message disant qu’elles étaient un cadeau de son fils adoptif. Surchargé par la tâche de gouverner son royaume, le roi l’avait oublié. Le cadeau raviva sa mémoire et il demanda qu’un bateau le conduise sur l’île. Il voulait voir par lui-même comment son fils s’en était sorti.

    Lorsque Hung Vuong constata la réussite d’An Tiem sur son île déserte, il comprit son erreur.

    « Mon fils, déclara-t-il, tout ce que tu disais à propos des graines du passé qui déterminent les fruits du futur est prouvé de toute évidence.

    Tes paroles n’étaient pas celles d’un fils ingrat, comme je l’ai cru, mais celles de quelqu’un qui croit en la responsabilité de ses propres actes. » 

    Hung Vong demanda à An Tiem de revenir sur le continent avec sa famille et lui rendit son ancienne fonction. Les melons hao, ou pastèques, furent semés dans tout le royaume et depuis ce temps-là, chacun se souvient de l’histoire d’An Tiem en dégustant le fruit sucré à la chair rouge.

     

    Graines de pastèque  -  Thich Nhat Hanh

    Pin It

    2 commentaires
  • Mon alpage pour un fromage

     

    "L’alpage de Mille se situe sur les hauts des Mayens de Bruson dans le Val de Bagne à 2200 m d’altitude. A l’été 2018, comme chaque année depuis 6 ans, Pierre-Alain Michellod avec l’aide de sa femme, de ses enfants et de ses employés y est resté durant 110 jours pour gardienner 250 vaches et fabriquer avec passion et dans la plus pure tradition un authentique fromage à raclette d’alpage."

    Une vie simple, dure, traditionnelle qui pourtant rend heureux. Tout se fait dans le respect des traditions des anciens. Loin des fermes aux 1000 vaches, loin de l'industrialisation, on retrouve le goût du savoir-faire, de la qualité. C'est un bonheur de suivre cette famille. 

     

    https://www.youtube.com/watch?v=11_ge_FwtSU

    Pin It

    3 commentaires
  • Véronique OLMI – Bakhita

    Un livre émouvant qui raconte la vie de Bakhita, devenue religieuse et canonisée par Jean-Paul II.

    Elle n’a que 7 ans lorsqu’elle est enlevée dans son village du Darfour quelques temps après que sa sœur aînée l’ait été aussi. A partir de là, c’est une vie d’esclavage, de violence, de chaînes, d’humiliation qu’elle vivra. Le choc est si grand, qu’elle en oublie son véritable prénom. Comme toutes les fillettes enlevées, elle subira l’innommable d’hommes sans scrupules. De maître en maître elle subit le calvaire. Et pourtant malgré les tourments, les souffrances, l’amour ne cessera pas d’habiter en elle lui donnant cette humanité dont ses maîtres sont dépourvus.

    Adolescente, elle est rachetée par le consul d’Italie. Elle sent que c’est pour elle l’unique chance de changer de vie. Elle réussit à le convaincre de l’emmener avec lui en Italie. Une nouvelle vie, une nouvelle famille puis une rencontre décisive : celle de Dieu. Elle veut devenir sa fille, être aimée par lui, le servir. Bakhita réussira à obtenir le droit de choisir sa vie et elle choisit le couvent. Une vie d’humilité, de service, entièrement tournée vers l’autre, particulièrement ces enfants orphelins, affamés dans lesquels elle se reconnait. Ainsi elle traversera 2 guerres, subira la propagande fasciste de Mussolini qui l’oblige à s’exposer à travers l’Italie malgré son âge déjà avancée pour la plus grande gloire du Duce.

    Une histoire forte, bouleversante, poignante. On ne sort pas indemne d’un tel récit.

     

    Véronique OLMI – Bakhita

     

    Véronique Olmi nous elle-même raconte Bakhita

     

    https://www.youtube.com/watch?v=6A_EdcyHNbA

    Pin It

    6 commentaires
  •  

    Nassim Haramein : L'intelligence de l'univers

     

    "Nassim Haramein, chercheur et physicien, raconte son parcours qui l'a mené à s'intéresse à la nature de la réalité et au fonctionnement de l'univers.

    Il nous explique que la matière n'est constituée quasiment que de vide, mais que cette structure du vide est en réalité pleine d'énergie, et relie toutes les particules de l'univers entre elles. Il montre que cette structure du vide était connue de nombreuses anciennes civilisations, et qu'elle pourrait permettre de développer de nombreuses technologies d'évolution et d'ascension à l'avenir.

    Le site de Nassim Haramein : https://academy.resonance.is/french/"

    Et si nous nous réveillons enfin, si nous sortions de notre consumérisme qui nous éloigne du bonheur, et si nous admettions qu'il y a autre chose. Un nouvel horizon se présente à nous, ouvrons-lui nos consciences

    https://www.youtube.com/watch?v=qN1ZaFtIBuI&feature=share

    Pin It

    3 commentaires
  • Marso Savaro invitation au voyage

     

    « Ancienne élève de l’Académie de Sénart, Marso SAVARO part d’expositions en expositions à la quête de son indépendance créative, qu’elle manifeste par l’équilibre et l’assurance de son graphisme et de ses compositions. »

     

    Marso Savaro invitation au voyage

     

    « Elle travaille la couleur en réagissant vite afin de saisir la lumière et l’émotion du sujet. »

     

    Marso Savaro invitation au voyage

     

    « La qualité de ses recherches chromatiques donne une puissante distribution des couleurs où les bleus deviennent chauds et les rouges finissent par se fondre. »

     

    Marso Savaro invitation au voyage

     

    « Ses différentes matières utilisées mettent en scène une atmosphère africaine, on y sent une chaleur sableuse sortant de la toile. »

     

    Marso Savaro invitation au voyage

     

    « C’est là qu’est tout le talent de Marso; c’est d’être figurative, coloriste et joueuse avec l’abstraction des silhouettes, de plus elle sait donner une âme à ses personnages. « 

     

    Marso Savaro invitation au voyage

    Marso Savaro invitation au voyage

     

    « A chaque toile, elle nous offre "une véritable invitation au voyage." »

     

    Marso Savaro invitation au voyage

     

    Source : Le site de l’artiste :

    http://www.marso.savaro.sitew.com/#Accueil_.A

     

    Marso Savaro invitation au voyage

    Marso Savaro invitation au voyage

    Pin It

    4 commentaires