• Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET EST né à Paris le 7 janvier 1852 et mort à Quincey, dans l'agglomération de Vesoul, le 3 juillet 1929.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    Cet artiste peintre, franc-comtois d’adoption a été très jeune élève de Corot, puis de Alexandre Cabanel avant de rejoindre l’atelier de Jean-Léon Gérôme, le grand peintre vésulien.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    Il fut l’ami de quelques-uns des plus connus des peintres de sa génération tels  Gustave Courtois, Bastien Lepage.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    Il aura pour élèves des artistes tels le peintre catalan Jean Sala et   le peintre chinois Xu Beihong.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    Adulé, il suscite l’enthousiasme du public (élu à l’académie des beaux-arts, légion d’honneur, reconnaissance internationale), reçoit des commandes d’Etat puis il finit par être vilipendé par les critiques de l’époque dès lors qu’il touche le naturalisme.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    Un artiste tellement perfectionniste qu’il a passé sa vie à se renouveler.

    Son domaine de prédilection est les scènes de la vie quotidienne. Il peint aussi de nombreux sujets religieux et vers la fin de sa vie, il se consacre aux portraits.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    A la fin de sa vie, ayant perdu son épouse bien aimée et son fils unique, il mourra bien seul laissant une œuvre inachevée : la Via Dolorosa.

    Le musée Georges-Garret de Vesoul héberge 16 tableaux de cet artiste que l’on redécouvre enfin.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

     

    Pour en savoir plus, il y a le magnifique livre de Daniel Sassi : Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET, les couleurs de sa vie.

     

    Jean-Adolphe-Pascal DAGNAN-BOUVERET

    Pin It

    votre commentaire
  • Moses Goes Down to Egypt by artist Nina Paley

     

    Sur la chanson interprétée par Louis Armstrong, une animation créée par l’artiste Nina Paley.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=rp2WdyeAHIM&feature=youtu.be 

    Pin It

    1 commentaire
  • Omair AHMAD -  Jimmy le terroriste

     

    A Moazzamabad, il y avait un jeune garçon qui répondait au nom de Jamaal Ansari, fils de Rafiq Ansari et de Shaista Shabbir, et la route qu’a empruntée cet enfant avait été tracée longtemps auparavant par ses deux parents.

    Ainsi commence l’histoire de Jamaal dit Jimmy le terroriste qui portait l’histoire de sa famille, l’histoire de son quartier musulman au cœur de l’Inde hindouiste des années 1990 et qui un jour de révolte a commis le geste ultime qui lui valut la mort.

    Au cœur de l’histoire nous découvrons le conflit entre la minorité musulmane et les hindous. Jamaal grandit entre son père devenu mollah, la violence, les couvre-feux. On suit la progression de l’enfant, de l’adolescent avant qu’il devienne ce Jimmy le terroriste parce qu’il s’est trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. 

    Pin It

    votre commentaire
  • Laura Calu – service consommateur

     

    Laura Calu a des réclamations à faire aux services consommateurs de quelques produits qu’elle a acheté. En effet, elle n’est pas satisfaite des dits-produits.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=uPI7D2xBdiU

    Pin It

    1 commentaire
  • Jean Anglade – Le semeur d’alphabets

    Jean Anglade – Le semeur d’alphabets

    Romain Fougères, un auvergnat né au début du XXème siècle a passé sa carrière comme imprimeur. Alors lorsqu’à l’heure de la retraite on propose à cet homme de lettres de partir installer et enseigner le travail sur des machines d’impression, Romain n’hésite pas. A la veille de son départ, il nous raconte sa vie, celle des siens avant de nous narrer son aventure au Congo.

    Bien que j’aime habituellement Jean Anglade, j’avoue avoir trouvé son livre long et ennuyeux. Il y a trop de thèmes différents ne s’emboitant pas forcément à la suite l’un de l’autre. Dommage, le sujet aurait mérité d’être exploité d’une façon différente.

    Pin It

    votre commentaire