• Alessandro D’AVENIA  Blanche comme le lait, rouge comme le sang.

     

    Léo 16 ans traine son adolescence comme un boulet. Il n’a pas de rêve, pas de passion, rien qui le transporte. Il joue au foot, mais déteste l’école où il s’ennuie. Bref un adolescent dans toute sa splendeur. Il n’y a qu’une chose qui le différencie des ados de son âge, Léo déteste le blanc. Le blanc c’est la déprime, la tristesse, l’angoisse, l’absence.  Mais il y a aussi Béatrice avec ses magnifiques cheveux roux, ses yeux à s’y perdre.  Ils sont faits l’un pour l’autre. Il en est certains mais Béatrice ne le sait pas encore. Béatrice c’est le rouge, l’amour, la passion, le sang.

    Mais le blanc menace Béatrice et il va falloir que Léo apprenne à faire face à ce blanc, à le combattre, à aller au-delà.

    Un premier roman sympa, avec une écriture fluide et agréable et une histoire d’aujourd’hui racontant une tranche de vie.  Les personnages y sont attachants. Ce fut un bon moment de lecture.

    Pin It

    votre commentaire
  • Dans l’océan Indien, l'éthnocide de la tribu Jarawa, décimée par le tourisme

     

    Dans l’océan Indien, l'éthnocide de la tribu Jarawa, décimée par le tourisme

     

    Pour les préserver, il est interdit de les rencontrer. Alors que les Jarawa ont toujours vécu en autarcie et en harmonie avec la nature sur l’archipel des Andaman, dans l’océan Indien, leur mode de vie a été bouleversé par l’arrivée massive de touristes au début des années 2000. Des rapports alarmants font état de "safaris humains", d'exploitation sexuelle des femmes ou encore des ravages des maladies importées sur ce peuple menacé d’extinction.

     

    Notre reporter est parti à sa rencontre.

    Perdu dans l’océan Indien, à quelques centaines de kilomètres des côtes indiennes, l’archipel des îles Andaman est devenu l’Eldorado de la classe moyenne indienne. Chaque année, des milliers de touristes profitent des plages coralliennes de ce petit bout de terre paradisiaque à la nature encore préservée. C’est aussi un endroit stratégique, où le gouvernement a décidé de construire le plus grand port sur l’océan Indien. Mais ce développement économique spectaculaire se fait au détriment des Jarawa, peuple afro-asiatique qui vit dans l’archipel et compte parmi les dernières tribus primitives de la planète.

     

    Les Jarawa sont des pygmées. Ils ont quitté l’Afrique il y a 70 000 ans avec les premières migrations humaines. Cela fait plus de 35 000 ans qu’ils sont établis sur les îles Andaman. Ce peuple, qui vit de chasse et de cueillette, a toujours farouchement refusé de se mélanger aux puissances qui ont successivement colonisé son territoire, de la Grande-Bretagne au Japon en passant par l'Inde, dont les îles Andaman font partie intégrante depuis 1947. Mais depuis une vingtaine d'années, et notamment le tsunami de décembre 2004, le tourisme a explosé sur leur archipel et les contacts avec la tribu se sont multipliés... Bien souvent pour le pire.

    Plus que 420 membres

    La route qui traverse leur forêt, l’Andaman Trunk Road, destinée à l’origine aux transports locaux, est devenue le théâtre de safaris photos organisés pour les touristes avec la complicité de la police locale. Les Jarawa ont tenté à plusieurs reprises de se plaindre auprès des autorités locales, en vain.

    Des braconniers viennent aussi chasser le gibier sur leurs terres en toute impunité et sont accusés d'avoir introduit l’alcool et le tabac sur l’archipel. Les Jarawa affirment par ailleurs que des femmes ont été kidnappées et violées par des étrangers, et que des enfants ont été tués en avalant des médicaments périmés... Sans compter les maladies nouvelles contractées au contact des intrus, à l'instar de l'épidémie de rougeole et de pneumonie, qui a décimé 10 % de leur population en 1999.

    Une forteresse pourtant interdite

    Hormis la route des Andaman et ses hordes de touristes, l’accès à la réserve des Jarawa est pourtant strictement interdit. C’est une forteresse. Cent quinze kilomètres de bande côtière plantée d’une jungle dense qui est patrouillée en permanence par l’armée indienne et les gardes forestiers de l’AAJVS, l’organisme public en charge de la protection des minorités ethniques. Le black-out médiatique est total.

    Nous sommes allés malgré tout à la rencontre de ce peuple menacé d’extinction. Les Jarawa, qui ne comptent plus que 420 membres, parlent une langue qui leur est propre. Nos guides sont parmi les rares étrangers à la maîtriser. Ils ont accepté de prendre des risques importants pour nous conduire à travers la jungle. Certains Jarawa ont accepté de nous rencontrer et nous ont parlé librement de la gravité de leur situation.

    Source de l'article  : http://www.france24.com/fr/

     

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=10&v=kAMJt6M3rAQ

     

     

     

    Où est le droit de vivre sa vie comme on le souhaite, loin de la technologie, loin de la société dite moderne qui pourtant rend l'homme esclave de ses passions. 

    Qui sont ces touristes qui veulent à n'importe quel prix assouvir une curiosité malsaine ?  

    Je réclame le droit aux peuples de choisir la vie la meilleure pour eux. Je réclame le respect envers ces populations 

     

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Comment les animaux vieillissent-ils ?

     

     

    "Les animaux eux-aussi prennent de l'âge... Nous raconter comment le vieillissement se passe dans le règne animal, c'est l'objet de cette série de documentaires qui met en vedette diverses espèces pour examiner les secrets de la longévité, la sagesse essentielle des aînés, la défense en situation de rivalité, les secrets de reproduction et les rituels entourant la mort."

     

    https://www.youtube.com/watch?v=HY-YUCbKjU4

    Pin It

    3 commentaires
  • Elina Ellis - La vérité sur les grands-parents

     

    Diplômée en illustration de la Cambridge School of Art, Elina Ellis est d’origine ukrainienne. Elle a remporté le Macmillan Prize for Illustration en 2017 et vit à Cambridge, au Royaume-Uni.

     

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

    Elle écrit des albums dont elle compose les textes et les illustration. « La vérité sur les grands-parents » est son premier livre chez Kaléidoscope. Il s’agit d’un petit album dans lequel un petit garçon nous offre son regard aimant, émerveillé et   enthousiaste sur ses grands-parents.

     

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

     

    Ce qu’Elina Ellis aime c’est raconter des histoires au travers de ses dessins.

     

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

     

    Il s’agit principalement d’illustrations de livres pour enfants.   

     

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

     

    Parfois, elle conte des voyages et des promenades, parfois   des bêtises comme elle le dit elle-même sur son site.  

     

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

     

    C’est plein de couleurs, de gaité, de fraicheur. Un véritable bain de jouvence.

     

    Elina Ellis - un monde de fraîcheur

    Pin It

    2 commentaires
  • "Course of Nature " by Lucy Xue and Paisley Manga

     

    Mère Nature enseigne à sa fille le cycle de l’eau et le rôle des mignons chiots-nuages.

    Une animation formidable pour expliquer l’importance de l’eau sur la Terre.

     

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=16&v=T78ruBKK26w

    Pin It

    2 commentaires