• " Un amour plus grand que l'amour "

    Après avoir lu l’article de Renal concernant une question posée à un prêtre sur l’opposition entre la foi et les malheurs de cette terre notamment les guerres http://www.philosophie-poeme.com/beaux-textes-philosophiques-et-spirituels/beaux-textes-philosophiques-et-spirituels-comment-croire-en-dieu,a5052484.html publier la lettre de St Paul concernant l’amour, m’a paru une évidence.

    Que l’on soit croyant ou non, ce texte révèle la plus belle des voies pour vivre au mieux avec les autres, pour trouver le bonheur et le semer autour de soi : l’amour. C’est un sentiment universel et la solution à tous les problèmes que rencontrent les hommes pour vivre les uns avec les autres. En effet c’est grâce à ce sentiment que nous nous parlons, entraidons, comprenons, soutenons, supportons. Gentillesse, patience, tendresse, pardon, bonté, compréhension, générosité, autant de signe de l’amour que nous pouvons offrir à l’autre qu’il nous soit connu ou inconnu. Parfois un simple sourire suffit pour amener du baume au cœur à ceux que nous croisons.

    En réalité s’aimer les uns les autres, ne devrait pas être une option de vie mais une obligation.

    Et pour les croyants, nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous n’aimons pas celui qu'Il a créé à son image : l’homme.

    Et pour les cartésiens, il suffit de savoir que pour les scientifiques l’amour permet de vivre plus longtemps, en meilleure santé et que les gens aimants apaisent leur entourage.

    Alors prenez le temps de lire ce texte et laissez-le vous imprégner en profondeur.

     

    Lecture de la première lettre de Saint Paul, apôtre, aux Corinthiens (12,31 -13,8a)

    Frères,

     Parmi les dons de Dieu,

     Vous chercherez à obtenir ce qu'il y a de meilleur.

     Eh bien, je vais vous indiquer une voie supérieure à toutes les autres.

     

    J'aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel,

     Si je n'ai pas la charité, s'il me manque l'amour,

     Je ne suis qu'un cuivre qui résonne,

     une cymbale retentissante.

     J'aurais beau être prophète,

     avoir toute la science des mystères,

     et toute la connaissance de Dieu,

     et toute la foi jusqu'à transporter les montagnes,

     s'il me manque l'amour,

     je ne suis rien.

     J'aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés,

     j'aurais beau me faire brûler vif,

     s'il me manque l'amour,

     cela ne me sert à rien.

     

    L'amour prend patience,

     l'amour rend service,

     l'amour ne jalouse pas,

     il ne se vante pas,

     ne se gonfle pas d'orgueil,

     il ne fait rien de malhonnête,

     il ne cherche pas son intérêt,

     il ne s'emporte pas,

     il n'entretient pas de rancune,

     il ne se réjouit pas de ce qui est mal

     mais il trouve la joie dans ce qui est vrai,

     il supporte tout,

     il fait confiance en tout,

     il espère tout, il endure tout

     L'amour ne passera jamais.

     

     

    DSC01348
    Pin It

    2 commentaires

  • Les épreuves font partis de la vie. Nous en avons tous traversées, nous en vivrons encore. Certaines personnes arrivent à sublimer tout cela. Elles ont appris à vivre heureuses malgré tout. Nous en parlions avec une amie bloggeuse. Comme elle le disait : on ne peut rien contre les soucis ; il faut les accepter et continuer. Le bonheur c’est un ensemble de petits riens. Ce n’est pas un état de perpétuelle béatitude. Ce sont des plaisirs, des joies grappillés çà et là, un désir simple assouvi, un mieux-être... Dans cette vidéo, nous partageons les témoignages de personnes ayant eu à traverser, à vivre de lourdes épreuves. Elles nous donnent une véritable leçon. A nous d’en tirer les conclusions et d’apprendre à avancer avec humilité mais avec avidité. Mais surtout apprenons à reconnaître dans notre journée les moments de bonheur, apprenons à les savourer, à les intégrer, à les capturer. C’est une façon d’apprivoiser ce sentiment qui nous paraît nous fuir tellement souvent mais qui pourtant est là à porter de nos mains.
    La conclusion que je retiens de cette émission : « Si vous ne voulez pas être heureux pour vous, soyez-le pour les autres. Le bonheur est contagieux. Le bonheur c’est quelque chose qui se partage »


    Une dernière chose : ça fait du bien. Voir ce documentaire ou plutôt cette série de documentaires, ça fait vraiment du bien et ça n’est que du bonheur.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=ZoFOzIGvDSU&feature=endscreen

     

     

    https://www.youtube.com/watch?v=Temb5LL6OLA


    2 commentaires
  • Avec une approche simple et compréhensible par le plus grand nombre,  Eckhart Tolle nous amène à une prise de conscience du pouvoir de l’inconscient sur notre façon d’être et plus que tout, l’image que l’ego nous donne de nous-mêmes. Etre soi-même, retrouver notre état naturel, voilà quel devrait être notre but. Ne pas se comparer à d’autres, ne pas être sur la défensive, ne pas défendre notre image, ne pas penser au travers du regard des autres, il faudra passer par toutes ces étapes pour retrouver l’harmonie avec ce que vous êtes vraiment. Apprendre à lâcher prise pour vivre le moment présent en pleine conscience de l’instant sans laisser l’ego prendre le dessus, c’est un but à atteindre mais conditionnés comme nous le sommes dès le plus jeune âge, cela reste un combat ardu à mener contre nous-mêmes. Parce qu’au fond nous sommes de grands inconnus et nous ne nous connaissons pas vraiment. Voilà je dirais que le but c’est se connaître pour se guérir et enfin se libérer et être.

    https://www.youtube.com/watch?v=_ACj8KXYW4Y


    2 commentaires
  • La compassion, qu’est-ce que c’est que la compassion ? Avons-nous de la compassion ?

    La compassion est un acte d’amour. C’est se sentir concerné par l’autre. Ma devise personnelle est : «  Fais aux autres ce que tu voudrais qu’on te fasse ». Etre compatissant, c’est se comporter face au malheur, à la souffrance de l’autre comme nous aimerions qu’on se comporte envers nous : avoir de l’attention, être à l’écoute, donner du temps, un sourire, une présence, apporter notre aide mais sans rien attendre en retour. Le retour c’est de voir l’autre sourire, le voir se sentir mieux.

    Mais être compatissant, ça n’est pas se mettre à la place de l’autre, ça n’est pas s’identifier à l’autre. Il ne s’agit pas non plus de donner des conseils : tu devrais faire ceci ou cela…  On ne peut pas vivre les émotions à la place des intéressés mais on peut les aider à les porter, à les supporter. La différence me semble importante.

    Pour avoir de la compassion, il me semble, qu’il faut avoir la capacité d’être touché par l’autre, d’être ému.

    Le bonheur de tous est l’affaire de chacun. Nous ne pouvons être heureux seuls. Nous faisons partis d’un même ensemble donc le bonheur se construit avec les autres. Et cela passe par l’amour et la compassion.

    http://www.youtube.com/watch?v=aUKbwoGqD3U#t=109

    Pin It

    2 commentaires
  • L’incapacité, ou plutôt la non-disposition du mental humain à lâcher le passé est parfaitement illustrée dans l’histoire des deux moines zen, Tanzan et Ekido, qui marchaient sur une route de campagne extrêmement boueuse après des pluies torrentielles. Près d’un village, ils croisèrent une jeune femme qui tentait de traverser la route. La boue était si profonde qu’elle aurait abimé le kimono de soie qu’elle portait. Tanzan la prit sur ses épaules d’un coup et la transporta de l’autre côté de la route.

     Puis les moines reprirent leur route en silence. Cinq heures plus tard, alors qu’ils approchaient du temple où ils allaient loger, Ekido ne put se contenir plus longtemps.

    « Pourquoi as-tu porté cette femme ? » demanda-t-il.

    « Nous sommes des moines. Nous ne sommes pas censés faire des choses pareilles. »

    « Je me suis délesté de la femme en question il y a des heures, lui répondit Tanzan, mais toi tu la portes encore, il me semble. »

    Extrait du livre Nouvelle Terre de Eckhart Tollé

     

    Nous l’avons tous plus ou moins constaté à quel point le poids du passé influe sur notre présent. L’âge avançant, de plus en plus, je me rends compte de la nécessité vitale de lâcher prise. En effet, revenir sans cesse sur des blessures, des expériences douloureuses voire regretter des moments intenses empêche notre développement affectif, amène de la souffrance au présent.  Nous tournons en rond, empêchons le bon d’entrer dans nos vies et sommes constamment sur le qui-vive pour mettre en corrélation notre présent avec notre vécu passé. Revenir en arrière démontre une non-acceptation de ces expériences douloureuses pour les pluparts. Il ne s’agit ni de nier ou de renier ce qu’il s’est passé mais de l’accepter afin de pouvoir en sortir grandis. En faire un moteur et pas un frein pour notre aujourd’hui. C’est un long travail qui demande une introspection profonde et une acceptation consciente de ce bagage que l’on nous a imposé.

     

    citation Zen
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique