• O. de Bernard Friot


    O. de Bernard Friot

    J’ai compté les flocons les gouttes de pluie

    Les grains de sable les cendres du foyer

    Les cailloux des chemins les fleurs du jardin

    Et les mots prononcés

    Quand je n’écoutais pas.

    J’ai compté les pages imprimées

    Les heures passées à rêver

    Les serrures brisées les bâillements étouffés

    Les dents cachées sous l’oreiller les lettres déchirées

    Les mains que j’ai serrées

    Et toutes les idées reçues.

     

    Et puis

    Je me suis embrouillé dans mes additions

    Je n’ai gardé que les zéros.

    Exact ils font le compte rond

    bulles crevées cerceaux roulés sur le pavé

    Il faudrait inventer une nouvelle unité

    Pour mesurer la vie

    Que j’ai vécue à moitié.

     

    Et s’il faut rendre le temps perdu

    Voilà prenez

    J’ouvre mes mains

    Servez-vous

    Pièces et billets roupies de sansonnet

    Je paie en monnaie de singe

    Et mes châteaux sont en Espagne.

    Je ne crains pas les dévaluations

    Pas besoin de saler l’addition

    Le compte est bon

    J’ai plus un rond

    Et quelques millions.

     

                                          Bernard Friot  -

                                    La vie sexuelle des libellules et autres poèmes pas chiants.

     

    O. de Bernard Friot

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :