• Max de Carvalho extrait de "Le Grand Veneur des âmes"

    A deviner le plan que notre ivresse dessine,

    Esquisse sans contours tracée à main levée. 

     

    Par ces détours on passe dans le quartier perdu,

    La lumière d'une seule lampe s'allume sous les toits, 

    Une lucarne sous les combles transfigure les façades, 

    Un œil-de-bœuf fantôme tel une bouche d'ombre bée 

     

    (Après la rue Saintonge, si nous fermions les yeux, 

    Le banc des Quatre Frères rapetissait là-bas, 

    quand l'écho d'un passant sur le trottoir d'en face

    Allait mourir par vagues au large du matin.) 

     

    Jamais je n'aurais cru que la ville fût si vaste, 

    Volant foraine des cloches de Saint-Etienne-du-Mont

    Aux plus lointains faubourgs, aux vertes solitudes

    De quels jardins errants, de quels écarts mouvants. 

     

    Viens petite âme, allons, le point du jour efface

    Les belvédères célestes ; au cœur du labyrinthe

    Une gloriette s'élève. Retrouvons-nous là-haut.

    Les cercles de l'Ether pâlissent évanescents. 

     

    Max de Carvalho 

    extrait de "Le Grand Veneur des âmes" 

     

    Avant que la chaîne d'argent soit rompue de Max de Carvalho

     

    « Les personnages attachants d'une des plus belles régions de Suisse : l'EmmentalNomade - L'Eldorado »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Mars à 06:47

    Un beau texte...

    Très bonne journée et gros bisous.

    2
    Samedi 26 Mars à 16:48
    Renée

    C'est superbe merci. Bisous doux weekend

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :