• L'araignée qui mange le jaguar

    L'araignée qui mange le jaguar

    Kric- krac
    C’est l’histoire de l’araignée qui mange le jaguar

    Anansi l’araignée vit avec sa femme Ma'koeba et ses enfants, Ontimang, Asengéo, Apanikitapun, dans un petit village, où un jour la famine leur rend visite. Ils n’avaient plus rien à manger et avaient faim. Anansi est un homme qui n’aime pas avoir faim mais qui n’aime guère travailler. En revanche, Anansi est très malin.

    Anansi s’assoit sur un banc et commence à réfléchir : « Comment trouver de quoi manger ? ». Il envoie son fils chercher à manger mais celui-ci revient sans rien, puis les deux autres enfants, qui reviennent eux-aussi bredouille. Pour finir, il envoie sa femme Ma’koeba mais elle revient les mains vides.

    Soudain lui vient une idée. Anansi dit : « Je ne sais pas pour vous mais moi, je vais manger Compère Tigre, le jaguar ! ». Sa femme Ma’koeba lui répond : « Mais tu es fou Anansi ! Manger le tigre ? N’importe quoi ! ».

    Sur ces belles paroles, Anansi va voir Compère Tigre le jaguar :
    « Bonjour mon ami, comment vas-tu ? lui dit Anansi. Comme tu le sais, c’est la famine dans le village, il n’y a plus rien à manger, Mais moi je sais que toi tu as de quoi manger, fais-moi un prêt. Je voudrais un kilo de riz, un kilo de sel et un litre d’huile.
    - C’est tout ? lui demande Compère Tigre le jaguar. Tu ne veux pas de viande ?
    - Ne t’en fais pas pour la viande ! lui dit Anansi.
    - Et quand me rendras-tu mon dû ? lui demande Compère Tigre.
    - Cet après-midi même, vieux frère ! »

    Sur ces paroles, Anansi retourne chez lui. Il avait fait ce qu’il avait dit, Anansi avait trouvé de la nourriture pour sa famille.
    « Mais où est la viande ? demande sa femme
    - Ne sois pas pressée, ma chère, lui dit Anansi. Ce sont les grains de riz qui font les sacs des riz. Cet après-midi, la viande viendra d’elle-même. »

    Effectivement, le tigre se présente au bout de trois heures pour récupérer son argent comme il avait dit. Dès qu’il le voit arriver, Anansi se met à courir avec toute sa famille pour rentrer dans une ruche vide qui se trouvait derrière la maison.

    Mais le tigre les voit et il demande :
    « Anansi, pourquoi cours-tu ? Où est mon argent ?
    - Ah désolé, je n’ai pas ton argent pour te payer, vieux frère ! lui dit Anansi.
    - Comment ? Tu me fais venir ici et tu me dis que tu n’as pas mon argent ? Et bien, dans ce cas, je vais te manger ! lui dit Compère Tigre.
    - Ah, essaie de m’attraper si tu peux ! » lui dit Anansi.

    Tigre se met en colère : « Mais je suis le tigre, personne ne me manque de respect. Je vais te le prouver de suite ! ». Tigre arrache la ruche de terre et la prend sur ses épaules.
    Derrière la maison d’Anansi, coule une rivière où habite une anguille. Tigre lui demande : « Anguille, j’ai besoin de tes services, j’ai besoin d’aller chercher du bois pour faire un bon feu. Peux-tu me surveiller cette ruche ? ». Anguille lui répond : « Oui mais fais vite car moi aussi j’ai à faire. »

    Le tigre s’en va chercher du bois et, pendant ce temps, Anansi et sa famille sortent de la ruche.
    L’anguille lui dit : « Anansi, où vas-tu ? Le tigre m’a demandé de surveiller la ruche pour lui !
    - Mais qu’est-ce que tu es bête Anguille, Tigre t’a dit de surveiller la ruche, pas moi ! » lui dit Anansi.
    L’anguille obtempère et ne donne pas l’alarme. Anansi va se cacher derrière un arbre Wapa avec sa petite famille.

    Lorsque le tigre revient, il soulève la ruche et la trouve bien trop légère.
    « Anguille, où est passé ce qu’il y avait dans la ruche ?
    - Ah tu veux parler d’Anansi et de sa famille ? lui dit l’anguille. Comme tu m’as dit de surveiller la ruche et pas ce qu’il y avait dedans, je les ai laissés partir !
    - Dans ce cas, c’est toi-même qui finiras au fond du feu ! » lui dit Compère Tigre.

    Il attrape Anguille par le cou et la jette dans le feu. Anguille commence alors à danser sur le feu. Tigre n’en revient pas, Anguille a l’air contente !
    « Mais Anguille, dit Compère Tigre, quel plaisir prends-tu donc à danser comme ça ?
    - Ah tu veux voir et bien, viens et prends ma place ! » lui dit Anguille.

    Le tigre était à peine arrivé sur le feu que son poil s’est enflammé et qu’il s’est évanoui de douleur. Quant à Anansi, il a aussitôt envoyé sa femme et ses enfants chercher plus de bois et il s’est approché du tigre, muni d’une corde. Il a alors attaché bien serré le tigre qui n’avait plus de poil et il l’a assaisonné avec du sel, du miel et du piment puis il a commencé à le faire boucaner. Quand le tigre était bien cuit, toute la famille d’Anansi l’a dégusté.

    C’est alors qu’Anansi dit : « Ce n’est pas parce que quelqu’un est petit, qu’il ne faut pas se méfier de lui ! ».

     

    Conte de Guyane.

     

    Source : Conte-moi la francophonie

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Octobre à 07:31

    Un conte très original.

    Bon samedi Brigitte.

    Christian

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :