• L'agriculture biologique autorise-t-elle des pesticides ?

    Pour revoir les idées reçues sur l'agriculture biologique et comprendre le fonctionnement de celle-ci, pour une fois je vais me faire le relais d'un autre article. Je vous invite à aller finir de lire ce texte passionnant sur le blog de l'auteur. 

     

    "

    L'agriculture biologique autorise-t-elle des pesticides ?

     

     

    La manière erronée, ou pour le moins simplificatrice, dont l'agriculture biologique est présentée dans la plupart des médias, des encyclopédies en ligne ou des textes institutionnels, conduit à un fréquent malentendu à propos des pesticides. Il n'est hélas pas étonnant que ce malentendu soit instrumentalisé par certains éditorialistes au service de l'agro-industrie, qui se délectent à accuser l'agriculture biologique d'utiliser des pesticides dangereux. Pour comprendre la situation réelle, il faut se pencher sur les caractéristiques des pesticides, et distinguer autorisation et utilisation.

     

     

    Pulvérisateur à dosPulvérisateur à dos (photo Rustica)

     

     

    Quel est le but de l'agriculture biologique ?

     

    Les habitué·e·s de ce blog ont compris que la définition courante de l'agriculture biologique est problématique, car basée sur l'idée fausse qu'il y aurait une agriculture universelle qui serait « avec ou sans chimie », « intensive ou extensive », « industrielle ou paysanne », etc. Depuis 40 ans, des enseignants formés selon une approche réductionniste et découvrant la bio de l'extérieur, des lobbyistes ayant intérêt à nier la diversité agronomique des agricultures, des encyclopédistes que ce sujet dépasse (personne n'est expert en tout), des ministères totalement formatés, et j'en passe, propagent inlassablement l'idée que l'agriculture biologique se définirait comme une agriculture sans produits chimiques de synthèse. Cette caractéristique n'est pas fausse, mais en faire la définition de la bio est exactement du même ressort que de définir un livre comme un assemblage de feuilles de papier. Cela revient à définir un objet à partir d'un détail, exact mais factuel, au lieu d'en expliquer le but et l'usage. Cette désinvolture inexcusable provient d'un ethnocentrisme : cette définition est celle d'un règlement européen récent (1991, soit plus d'un demi-siècle après l'invention de la bio) et ultra-limité dans l'espace (l'Union européenne). Eh, réveillez-vous ! La bio est très antérieure à 1991, elle est présente dans le monde entier, et ce règlement européen réducteur n'est lui-même qu'éphémère, il est le résultat de jeux d'influence politiques et économiques complexes qui peuvent changer demain... 

     

    ... Suite de l'article

    « The Spring (le printemps) L'homme des bois En forêt de Fontainebleau »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 21 Octobre 2020 à 07:28

    Très intéressant cet article.

    Bonne journée Brigitte.

    Christian

    2
    Mercredi 21 Octobre 2020 à 14:54

     bonjour brigitte ,

     article très  passionnant et très intéressant   et j'ose espérer que beaucoup de monde en sont demandeur ,  et L'agriculture biologique doit être encouragée car elle est respectueuse de l'environnement ; c'est là mon avis belle journée brigitte et gros bisous monette

    3
    Mercredi 21 Octobre 2020 à 18:30

    Merci à toi , très passionnant 

    Gros bisous 

    @ demain 

    4
    Mercredi 21 Octobre 2020 à 19:57

    Bonsoir ma Brigitte

    J'espère que nous y arriverons un jour tous...un article des plus passionnants

    Bonne soirée ma douce et gros bisous 

    Méline

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :