• Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

    poule Orpington

     

    Le monde moderne croule sous ses déchets. Aujourd’hui tri et recyclage sont  les mots à la mode. Mais certains déchets peuvent être recyclés au domicile, je veux parler des déchets organiques. Nous sommes nombreux à avoir opté pour un composteur afin d’offrir à nos jardins, nos fleurs du bon compost nourricier avec nos déchets verts. Aujourd’hui une nouvelle étape est franchie. De plus en plus de communautés de communes, surtout en milieu urbain propose à leur concitoyen d’adopter une ou deux poules. Et oui, les  cocottes, qu’elles soient dites pondeuses comme la poule rousse ou d’ornement comme la poule Houdan,  sont championnes du recyclage utile car elles offrent aux familles adoptantes des bons œufs frais en échange. Et elles mangent tout, reste de viande, légumes, pâtes, riz…  Car toutes les poules bien nourries pondent sans la présence d’un coq. Les œufs seront bien sûr infertiles.

    Mais adopter une poule, ce n’est pas si évident que ça lorsqu’on ne connait rien dans la physiologie de la poule. Et oui, on ne s’improvise pas aviculteur sans un minimum de connaissances.

     

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

     

    Physiologie de la poule

    D’abord, il faut savoir qu’une poule a une durée de vie d’environ 5 à 6 ans.

    Pour vos 1ers œufs,  il vous faudra attendre une bonne quinzaine de jours avant que vos cocottes ne pondent. En effet au  moindre stress la ponte s’arrête. Et un déménagement est déjà un sacré stress.

    Ensuite une poule va beaucoup pondre  sa première année, bien nourrie environ 200 œufs (plus ou moins selon la variété de la poule) puis les années passant, le nombre d’œufs va décroître. Ceci est normal. Le froid et le manque de lumière diminuent aussi la ponte donc ne soyez pas surpris d’avoir peu d’œufs en hiver.

    Une poule pond « par le bec ». Dans une année grosso modo, elle donnera plus de 10 kg d’œufs. Et pour fournir une telle quantité, il est facile de comprendre qu’une nourriture abondante, variée et équilibrée est nécessaire.  Un peu comme pour nous les humains, ce qui fait que nos restes lui conviennent très bien.

    La mue influe sur la ponte. En effet, les poules changent de robe une fois dans l’année, c’est la mue, qui correspond à la fin de son cycle de ponte.  Pour elle c’est une période de repos car elle aura besoin de la nourriture pour reconstituer son plumage.  A ce moment la crête pâlit et diminue de taille. Cela se produit généralement en été. Il peut y avoir aussi des mues secondaires en cas d’erreur d’alimentation, de maladie ou de condition climatique anormale et dure.

    La poule s’effraye facilement, il faudra donc éviter d’être trop brutal, les cris. Elle aime ses habitudes et le moindre changement induit un stress. Grande mangeuse, elle passera sa journée à gratter pour chercher à manger et cet exercice est indispensable à sa bonne santé physique et mentale.

     

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

     

    Que faut-il pour qu’une poule se sente bien ?

    Un minimum d’espace vital herbé donc un petit jardin au minimum 10 m² par poule. Si votre espace est grand, prévoyez un ou plusieurs abreuvoirs extérieurs et une mangeoire.

    Il leur faut aussi un endroit où elles pourront se poudrer afin de pouvoir entretenir leur plumage et se débarrasser de quelques petits parasites. Installez-leur un bac dans lequel vous mettrez un mélange de sable, de cendre de bois, de fleur de soufre et de pyrèthre.

    Et bien sûr il faudra un abri fermé mais ventilé et avec une source de lumière, le poulailler, où elles pourront dormir sans crainte du renard ou de la fouine, belette. Facultativement mais pour que vos poules soient heureuses et que vous ayez moins de travail, voici comment organiser au mieux votre poulailler. 

     

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

     

              Organisation du poulailler

    Prévoyez des casiers où elles pourront pondre dans lesquels vous mettrez de la paille et un œuf factice (en bois ou en plastique) pour les inciter à pondre à cet endroit.

    Prévoyez aussi un dortoir, des perches le haut possible en bois avec angles arrondis d’un diamètre de 4 cm environ  sur lesquelles elles pourront de percher la nuit pour dormir les pattes au sec. Dessous quelques planches ou une tôle pour le « crottoir » qui recevra les déjections nocturnes sur lesquelles vous mettrez ou du journal ou de la paille. Le crottoir sera nettoyé une fois par semaine. 

    Au sol du poulailler, vous pouvez mettre soit de la paille (à remplacer dès qu’elle est souillée) soit de la sciure de bois qui tiendra beaucoup plus longtemps. Lorsque vous pénétrez dans un poulailler vous ne devez sentir aucune mauvaise odeur. Si c’est le cas, c’est que vous ne le nettoyez pas assez souvent.

    Et bien sûr, n’oubliez pas une mangeoire et un abreuvoir.

    Il est important de faire une désinfection complète du poulailler au minimum deux fois par an et chaque fois qu’un animal a été malade. Pour cela on peut prendre du vinaigre blanc dans de l’eau très chaude ou  l’eau de javel diluée et fortement rincée, du crésyl, de la chaux vive ou le désinfectant SoluClean à base de plantes…. Les possibilités sont multiples et vous trouverez facilement sur le net  le moyen qui vous convient le mieux.

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

    Que mangent les poules ?

    Une poule est omnivore, il lui faut aussi bien de la verdure que des grains et des protéines animales, des lipides. Donc tous vos restes alimentaires seront les bienvenues sauf les os, les épluchures de pommes de terre, de kiwi, d’agrumes, de bananes et d’alliacés (oignons, échalotes, poireaux…). Les restes que vous leur donnerez, devront être sains, pas de nourriture avariée, pas de pourriture, nid de moisissures. Et surtout ne laissez pas traîner les restes non consommés qui fatalement se gâteraient. Il vaut mieux leur donner les restes en petites quantités, plusieurs fois par jour à heures fixes et plutôt dans une mangeoire qu’à même le sol.

    Mais en quantité, cela ne suffit pas toujours. Pensez à acheter un peu de blé, orge (en petite quantité), avoine, des tourteaux pour compléter. Eviter le maïs concassé qui engraisse les poules au détriment de la ponte. Contrairement à une idée reçue, le maïs influe peu sur la couleur des jaunes mais la verdure que mangent les poules détermine fortement sur l’intensité de la couleur. Si vous n’avez pas suffisamment de verdure, fauchez-leur de l’herbe, elles vous en seront reconnaissantes. Pour les protéines, elles se feront une joie de gratter et manger vers, limaces, insectes divers et même petits serpents…

    Pour les minéraux, faites germer des grains de céréales (blé, orge, avoine). Pour le faire simplement, prenez un plateau de dessous de jardinière, percez-le de plusieurs petits trous à la perceuse. Faites tremper le grain pendant une journée puis disposez-le sur le plateau. Vous arroserez tous les jours pour garder humide. Au bout de quelques jours, vous verrez les grains germer. Vous pouvez les donner en deux temps. La verdure que vous couperez au ciseau, puis les grains avec les racines dans un second temps. Le germe de blé apporte du calcium.

    Vous pouvez aussi leur apporter de la levure de bière, de l’huile de foie de morue pour la vitamine D (surtout en hiver ou lors de la mue), des orties hachées

    Les poules n’ont pas de dents. Ce qu’elles mangent, sera broyé dans leur gésier et pour cela il leur faut des petits gravillons fins ou des coquilles d’huitres broyées. Mettez-en à leur disposition.

    Si vous voulez les gâter un peu, vous pouvez de temps en temps leur tremper du pain dans un peu de lait coupé d’eau, vous pouvez y adjoindre vos restes de soupes, de sauce. Mélangez, écrasez et   donnez-leur cette pâtée humide. Elles vont se régaler.

    Il est indispensable de tenir à leur disposition de l’eau propre, de préférence à proximité des mangeoires.

     

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

     

    Qui va commander dans le poulailler ?

    Et oui, il y a une hiérarchie chez les poules aussi et un rapport de dominé-dominante. Ce rapport  va se mettre en place très rapidement.

    Soit par un combat et la poule vaincu sera la dominée à vie. Soit par la peur de l’une qui lui donnera son statut d’inférieure. Et le dernier cas de figure, les deux ont peur et c’est la première qui vaincra la peur qui deviendra la dominante.

    Il faut donc surveiller un peu les premiers temps. Si le rapport dominant-dominé se fait sans heurt, comme cela se fait souvent, le problème sera définitivement réglé. Mais il arrive qu’une poulette est plus timide, plus faible. Elle sera alors constamment poursuivie et mangera mal au point de s’affaiblir. Il faut donc veiller à protéger la plus faible et multiplier les mangeoires pour qu’elle puisse toujours trouver à manger quelque part.

     

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

    Docteur Cocotte

    Les poules peuvent être atteintes de différentes pathologies. Il est bon de savoir comment réagir en ces cas. Pour les pathologies les plus graves, virales ou bactériennes, il y a bien sûr les antibiotiques que vous trouverez chez le vétérinaire. Mais avant vous avez tout un panel de traitements naturels pour pallier aux petits bobos gênants que vous pourriez rencontrer ainsi que pour essayer de traiter en 1ère instance à la moindre alerte d’infection. .

    • Contre les affections virales : en préventif (et c’est aussi efficace chez l’homme), coupez un oignon en deux et la placer dans le poulailler.
    • Coccidiose et infection bactérienne : ail, thym et 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre dans 2,5 l d’eau.
    • Coryza et affection respiratoire : eucalyptus
    • Gale des pattes : les pattes sont couvertes d’une croûte blanchâtre parfois épaisse. Lavez les pattes à l’eau tiède additionnée de savon noir sans faire saigner. Sécher et enduire les pattes avec un mélange de pétrole et de fleur de soufre. Puis enduire les pattes de vaseline.
    • Piquage et cannibalisme : les oiseaux mangent les plumes de leurs congénères et les piquent au sang sur tout le corps, pouvant entraîner la mort de la victime. La première cause est un manque de nourriture animale ou un manque de fibre mais cela se produit aussi lorsque les volailles n’ont pas assez d’espace pour s’ébattre, si elles sont trop nombreuses. Isolez la piqueuse.  Donnez à toutes les volailles de la farine de viande, abondamment de verdure et de l’avoine. Salez un peu l’eau de boisson du matin et redonnez de l’eau pure l’après-midi. Si après 3 jours de traitement la manie n’est pas passée, il faudra passer au débecquage (couper la pointe supérieure crochue du bec qui repoussera).
    • Plaies diverses : huile essentielle de lavande sur la plaie
    • Les poules mangent les œufs : 4 causes soit un manque de calcium, soit un entassement exagéré, soit un manque de vitamine D3, soit une insuffisance de nids. Il suffira de remédier aux causes pour que le problème s’arrange.
    • Puces et poux. Si vous avez un bac de poudrage cela ne devrait pas arriver. Mais toutefois pour remédier au problème enlevez la paille des nids et brûlez-là. Remettez de la paille fraîche. Saupoudrez de la poudre de pyrèthre sur le plumage en soufflant pour que la poudre aille sous les plumes.

     

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

     

    Des poules, des œufs

    Evidemment si vous prenez des poules, vous espérez avoir des œufs.

    Nous l’avons vu, la poule pond par le bec, donc une alimentation variée, suffisante est nécessaire.

    L’œuf est un organisme vivant et fragile. Il respire au travers des pores de sa coquille. Mais s’il n’y a pas de coq dans l’élevage, il est stérile. Avec ou sans coq, une poule pondra. Donc quelques règles d’hygiène sont à savoir.

    Les 1ers œufs d’une jeune poule sont petits au début, puis ils grossiront peu à peu. Selon la poule un œuf peut peser entre 55 et 70 gr.

    La couleur de la coquille est un facteur héréditaire que l’alimentation ne saurait modifier. Pour apporter le calcium nécessaire à la formation de la coquille, apportez des coquilles d’huitres broyées ou même des coquilles d’œufs broyés. Il peut arriver qu’en fin de série, la poule ponde un œuf avec une fine membrane sans coquille. L’œuf est consommable cuit mais rapidement.

    Ne lavez jamais un œuf même s’il est souillé de fiente. En effet, l’œuf est entouré d’une couche protectrice, la cuticule qui le protège des bactéries et des moisissures. Si vous l’enlevez, vous permettez la pénétration des microbes dans l’œuf. De toute façon si le nid est propre, les souillures seront rares.

    Récoltez-les le plus souvent possible, ne les laissez pas à la chaleur et mettez-les dans des alvéoles bien propre (boite à œufs) la pointe vers le bas. En effet il y a une poche d’air au-dessus de l’œuf et de le mettre dans le bon sens permet au vitellus (le jaune) de rester centré. Mieux vaut ne pas les réfrigérer et les garder dans une pièce fraîche à température ambiante. Si vous préférez les réfrigérer, ne les sortez que pour l’utilisation car la différence de température fera une condensation qui enlèvera la cuticule rendant possible une contamination de l’œuf.

    Vous pouvez noter la date de ponte au crayon de papier sur l’œuf mais en aucun cas au stylo à bille ou au feutre. La coquille étant poreuse, l’encre pénétrerait dans l’œuf.

    Cette porosité aussi laisse passer les odeurs donc ne rangez jamais les œufs près d’aliments sentant forts. Par contre un petit truc pour les adeptes d’omelette aux truffes : rangez les œufs pour l’omelette avec une truffe dans un bocal fermé pendant quelques heures. Les œufs prendront le goût de la truffe, qui pourra vous servir à une autre utilisation.

    Rarement il peut arriver de trouver des taches de sang dans le jaune. Ceci est en raison de petites hémorragies au niveau de l’ovaire. Un petit peu de vitamine K antihémorragique lorsque cela se produit et l’incident sera résolu.

    Une baisse de ponte en hiver due au froid et surtout à une luminosité moindre est normale. Un arrêt de la ponte en été lors de la mue aussi.

    Si un œuf est fêlé, éliminez-le. Une fêlure est la porte ouverte à une contamination bactérienne de type salmonelle.

    Un œuf se conserve environ un mois. Si vous ne savez plus de quand date votre œuf, il suffit de la placer dans un verre d’eau. S’il coule, il est extra-frais. S’il flotte à la surface, il faut le jeter. Entre les deux eaux, il est moins frais mais parfaitement consommable.

     

    Des poules pour revaloriser les déchets – guide pratique

     

    Et bien vous voilà parés pour accueillir des petites cocottes. Si vous prenez l’habitude d’aller les voir régulièrement, de leur parler, elles s’habitueront à vous et il n’est pas rare que l’une ou l’autre vienne à la caresse. Un dernier mot : cot cot codec :D

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Juillet 2016 à 09:10

    Si j'avais une maison et un jardin, peut être que j'en prendrais une !!! Merci pour ce beau reportage.

      • Dimanche 3 Juillet 2016 à 09:19

        Ceci est un partage de mon expérience personnelle. Nous avons élevé des poules pendant quelques années. Nous avons commencé par des poules pondeuses comme tout le monde puis nous nous sommes intéressés aux différentes races reconnues. La poule orpington de la photo était l'une de nos cocottes puis nous sommes passés à une autre variété dite la Rhode Island plus adaptée à notre situation en pleine campagne et pour elles en liberté totale. L'orpington, pourtant si douce, si belle, était trop visible pour les buses qui venaient nous les tuer régulièrement.

        La passion s'est installée au point que nous visitions toutes les expositions avicoles de la région.

        C'était hier :D

        Bon dimanche Renal.

    2
    Césarion
    Dimanche 3 Juillet 2016 à 19:37

    super article bien construit et instructif pour l'éleveur novice que je suis ... petit conseil à Rénal il en faut au minimum 2 de poules , une seule s'ennuie et ne vit pas longtemps.

    Quel plaisir de manger ses propres oeufs frais .. coque ou au plat , dur ou en gateaux ... comme dit Pestoune ...cocotte-codec ... :D

    Et puis pour diminuer le tonnage des déchets ménagers ...une belle solution naturelle et utile à l'environnement.

      • Dimanche 3 Juillet 2016 à 19:47

        Oui tu as raison de le signaler, Cesarion, les poules comme tous les êtres vivants n'aiment pas la solitude donc il faut au moins les mettre par paire.

      • Jeudi 11 Août 2016 à 22:16

        Merci à Césarion !

    3
    Jean-Pierre
    Dimanche 3 Juillet 2016 à 19:57

    Superbe article !  Merci Brigitte

     

    JP

     

     

     

      • Dimanche 3 Juillet 2016 à 20:08

        Coucou JP

        Merci d'avoir pris le temps de commenter, ça fait plaisir.

    4
    Jean-Pierre
    Dimanche 10 Juillet 2016 à 08:16

    Brigitte,
    Par politesse: acceptes-tu que l'ALEC27 reprenne ton article pour diffusion ou le lien ??

    Bon W.E

    JP

     

      • Dimanche 10 Juillet 2016 à 10:33

        Bien sûr, JP, sans problème. 

         

        Bon week-end à toi aussi

         

    5
    Jeudi 11 Août 2016 à 22:15

    Très intéressant cet article, merci Pestoune. Peut-être qu'un jour je prendrai 2 poules, ça me plairait bien. J'ai la place, mais  un mari non bricoleur arf alors pour le poulailler...Merci à Césarion pour son conseil sur le nombre de poule à prendre. Bonne soirée !

      • Vendredi 12 Août 2016 à 06:31

        Bonjour Isa. Il existe des petits poulaillers déjà tout conçus. Ils sont joliment fait. Donc le jour où vous êtes vraiment décidés, ton mari n'aura pas besoin de se faire de souci, ça peut être livré tout monté.

        En plus les cocottes c'est sympa. Je pourrais écrire un livre avec toutes les anecdotes à leur propos.

        Bonne journée à toi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :