• IMG_7284

     http://www.youtube.com/watch?v=SaG8QN-pTRE

     

    Jacoulet-jeune-400Paul Jacoulet, artiste longtemps méconnu voire même inconnu en France, a quasiment toute sa vie au Japon.  A travers estampes, croquis, aquarelle et dessins, il donne vie aux personnalités qu'il a rencontré dans ce pays qui est devenu sien et dans les pays asiatiques (Corée, Chine, Micronésie) qu'il a parcouru en de multiples voyages. En contemplant ses oeuvres, nous avons la vision de l’artiste-ethnographe d’un ailleurs devenu son quotidien parfois intime. La représentation des tatouages et des parures mais aussi de certains rituels, les moeurs ou encore la composante érotique, sensuelle caractérisent certains portraits et c'est un véritable témoignage qu'il nous offre. Il a su saisir le quotidien de ces personnages en ce début du XXème siècle. Bien que sa culture et sa nationalité eussent été Française, mais installé sur l'archipel en 1899 à l'âge de 3 ans (son père étant professeur de Français à Tokyo) il était fortement empreint de l'esprit et de la sensibilité japonaise. Il ne revint jamais en France (hormis un cour séjour, à l'âge de dix ans, avec son père qui lui fit découvrir à l'occasion les peintres français).  Malgré tout on le dit le plus Français des peintres japonais. Mais son pays de naissance n'a eu un sursaut d'intérêt que très tardif, alors que son talent est reconnu partout depuis fort longtemps. Nous commençons à peine à nous intéresser à son oeuvre, à sa personnalité avec une première exposition timide en 2011 à la Bibliothèque Nationale. Depuis les expositions se succèdent au rythme de l'intérêt que l'on porte à l'artiste.

    http://www.youtube.com/watch?v=OGoFwgupZvA

     


    Après avoir admiré certaines de ces oeuvres, il m'est venu à l'esprit que le titre du film d'Oshima "l'empire des sens" correspondait bien à l'ensemble de l'oeuvre de Jacoulet.

    100453_1360254512_pp0205506

    291057

    goyo-applying-make-up-kesho-no-onna-1918-m1-watanabe-ajacoulet_ danse d'osekajacoulet-quai-branly

    Pin It

    votre commentaire
  • Joey_083

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jeune photographe canadien, originaire de l'ontario, Joey Lawrence 23 ans, travaille pour la publicité, le cinéma, la télévision... Mais ce qui le différencie des autres, c'est son travail remarquable en photographiant les visages : visages de la rues, d'autochtones, de population tribale... Une gestion de la lumière, une mise en avant des sentiments, l'ensemble donne des oeuvres de toute beauté et profondément humaine. Ce qui est surprenant, c'est que si jeune, il soit capable de saisir toute la profondeur de l'humanité. Un travail d'une grande maturité. En regardant ses créations, nous avons le sentiment qu'un lien affectif lie le sujet à l'artiste... c'est infiniment troublant.

    La vidéo mise sur l'article "sans abris" a été faite à partir de son travail. http://pestoune.kazeo.com/edit/sans-abris,a3802814.html

    Voici deux liens où vous pourrez admirer son travail  : http://www.joeyl.com/   et http://www.joeyl.com/blog/

     

    henry_oelkers_portrait_2048

    Joey_057

    Joey_045Joey_025Joey_030Joey_032Joey_038

    Pin It

    votre commentaire
  • Sur  la Sarabande de Bach à partir de Suite pour violoncelle seul n ° 1 en sol majeur, BWV 1007 interprété par Yo-Yo Ma. 

    Dans cette vidéo, nous voyons l'évolution de la figure féminine idéale à travers 500 ans. Chaque époque avait son standard féminin reconnu : de la très ronde à l'émaciée, la femme objet de fantasme aussi bien pour les hommes que pour les femmes elles-mêmes qui n'ont de cesse de briguer la perfection.

     

     

    http://www.youtube.com/watch?v=nUDIoN-_Hxs&feature=youtu.be

     

     

    Pour avoir le détail des tableaux, noms, artistes, dates... cliquez sur le lien ci-dessous :

    500 ans de portraits féminins dans l'art occidental

     


    votre commentaire
  •  

    Dans un petit village victorien de Marysville, à 95 Km de Melbourne, se trouve une forêt extraordinaire, où se mèlent mystère, beauté, magie. Bruno TORFS, sculpteur et créateur de ce lieu magique a introduit ses sculptures au milieu de la nature. Malheureusement un feu de forêt a ravagé une grande partie des ses oeuvres en 2009. Après un long travail de restauration, les sculptures plus belles que jamais peuvent de nouveau être vues.

     

    Bruno’s Sculpture Garden in Melbourne, Australia (33 pics)
     
    Vous pourrez découvrir ses oeuvres sur son site  http://www.brunosart.com/
     
     
    http://www.youtube.com/watch?v=nnLZUmkX3mo&feature=player_embedded

    Pin It

    votre commentaire
  • La macrophotographie nous donne vision du petit complètement différente. Grâce à elle nous pénétrons dans un monde étrange et inattendu.

     

    Un asticot n'a rien de bien ragoutant... maintenant vous le verrez d'un oeil complètement différent. Il n'est pas mignon là ?

    6011170.jpg

     

    Et la petite coccinelle au petit matin couverte de rosée qui joue à la porteuse d'eau

    6011196.jpg

     

    De l'ail, rien de plus banal... Erreur, quand vous utiliserez l'ail en cuisine, vous aurez le sentiment de mettre un soupçon de poésie dans vos plats

    6011178-copie-1.jpg

    Vous pourrez découvrir d'autres clichés sur ce lien :http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20130628.OBS5843/samedi-9h-grand-format-zoom-sur-l-infiniment-petit-en-15-photos.html

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique