•  

    Ils étaient 4 jeunes, vingt ans à peine, en 1ère année de formation apiculture, idéalistes et rêvaient d’une nouvelle vie près de la nature autour des abeilles.  Au cœur de la Lozère, ils ont créé le groupe des apis.

    Qu’en est-il dix ans après ? Ont-ils dû renoncer à leurs idéaux face aux contraintes économiques, à la mortalité des abeilles mais aussi en composant avec une vie de famille ? Ils ont dû faire face à des questionnements perpétuels, des difficultés, ont dû accepter de faire des compromis. Chacun des 4 apiculteurs a son parcours personnel, ses difficultés propres et pourtant tous ont les mêmes valeurs et se sont accrochés à leur idéal de vie.

    Un documentaire sympathique qui nous montre la conjoncture difficile mais ouvre la porte sur une nouvelle ruralité.

    https://www.youtube.com/watch?v=369l3HoEZT4&feature=share


    4 commentaires
  • Maxime Ginolin est né le 28 septembre 1988 à Aix-les-bains. Très jeune, ses parents l'emmènent vivre au Maroc où il passera toute son enfance. En 2006, il monte son premier groupe et commence à tourner à travers tout le pays. Ce n'est qu'en 2007 qu'il rentre vivre en France pour suivre des études en Psychologie. Après deux ans passés à l'université, écœuré par le système éducatif, il décide de prendre une année sabbatique pour se concentrer uniquement à l'écriture et la composition. C'est en 2010 que naît la chanson ” Hope ”, qui traite de la souffrance animale à travers le monde et produit un clip documentaire relayé par Louis Psihoyos, réalisateur de ”The Cove ”, primé aux oscars et produit par Luc Besson, ainsi que Shaun Monson réalisateur de ”Earthlings”. Il est alors invité à présenter la chanson à Los Angeles. Le clip sera par la suite censuré une multitude de fois par Youtube, Dailymotion et Vimeo pour des raisons plus que douteuses. (source : http://maxime-ginolin.skyrock.com/3114917921-Maxime-Ginolin.html )

    Lorsqu'on voit l'engagement passionné de ce jeune homme, la composition-hommage dédié à Paul Watson et à l'organisation Sea sheperd est une suite logique. Quel magnifique hommage rendu et surtout mérité à cet homme, militant et activiste écologiste,  qui  se donne entier à la sauvegarde des océans.

     

    https://www.youtube.com/watch?v=yvUoYxlvu2M


    votre commentaire
  •  

    N’en déplaise aux climato-sceptiques, le changement climatique est là. Ils sont à peine 3% dans le monde à crier que la détérioration du climat est naturelle mais ils prétendent détenir la vérité et font même du battage médiatique pour essayer de justifier qu’ils ont le droit de continuer à vivre comme avant. Car le changement climatique est bel et bien installé. Nous ne savons rien encore de l’ampleur de ce changement mais nous pouvons tous déjà constater le fait. Alors surtout ne laissons les politiques, les industries, les multinationales et les chercheurs corrompus par l’univers pétrolier, nous laisser croire que le changement climatique est anodin et naturel ? C’est de la survie de la planète dont il s’agit et accessoirement celle de l’espèce humaine.

    Voici une courte vidéo nous expliquant tout cela. Nous avons dépassé le niveau « Urgence » et nous sommes à l’orée du niveau « vital » pour sauver ce qui le peut encore sur ce point.

     

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=iXm-9u-Zqu8


    votre commentaire
  •  

     

    Un superbe court-métrage d’animation créé à la main par  une dessinatrice des Pays-Bas Marsha Onderstijn.

    La mort arpente   une forêt et elle tombe sur une douce et tendre biche. Elle voudrait pouvoir l’aimer, la caresser mais tout ce qu’elle touche, meurt. Alors elle se contente de vivre à proximité comme une ombre à la fois rassurante et inquiétante. La biche s’attache elle aussi à la mort au point de braver les interdits quel que soit le prix à en payer.

    L'amour pousse à faire des choses dépassant toute logique, il permet de briser les tabous, franchir les interdits. Il sublime les individus mais amène parfois à une issue fatale, forcément sublime.

    https://vimeo.com/154739710 


    8 commentaires
  • Yang Yan et ses paysages-encre éclaboussés

     

    Yang Yan et ses paysages-encre éclaboussés

     

    Yang Yan est un peintre chinois qui a voyagé dans plus de 40 pays mais c’est avec l’Afrique qu’il a tissé des liens spéciaux au point de parler de ses liens particulier en employant le terme Chinafrique. Son épouse est d’ailleurs originaire de Sierra-Léone.

     

    Yang Yan et ses paysages-encre éclaboussés

    Les voyages sont pour l’artiste particulièrement importants afin de pouvoir exprimer la richesse des paysages de notre merveilleuse planète : des glaciers aux prairies alpines, des plateaux de loess aux déserts, des forêts à la mer… 

     

    Yang Yan et ses paysages-encre éclaboussés

    Il explique sa technique de paysages éclaboussée en faisant le parallèle avec  une éruption volcanique. Il commence d’abord par des éclaboussures transformées en lavis figurant les paysages du fond : montagnes, collines… avant de rajouter les détails plus précis tels les temples, ou bateaux, arbres, animaux, personnages…  avec une encre plus sombre. C’est le contrôle de la densité, du débit, de la profondeur et de la superficialité de l’encre qui fait la différence et la complexité de l’œuvre.

     

    Yang Yan et ses paysages-encre éclaboussés

    Yang Yan et ses paysages-encre éclaboussés

    Yang Yan et ses paysages-encre éclaboussés

     

    Pin It

    votre commentaire